Comment expliquer que plus de 270.000 créneaux de vaccination soient disponibles ?

Comment expliquer que plus de 270.000 créneaux de vaccination soient disponibles ?

COVID-19 - Plus de 270.000 créneaux de vaccination sont disponibles, mercredi 28 avril partout en France. Comment l'expliquer, alors que le gouvernement refuse d'élargir le public éligible ?

Entre 275.000 et 280.000 créneaux disponibles dans près de 700 lieux de vaccination. C’est ce qu’indique le site Vitemadose, permettant de détecter les rendez-vous près de chez soi, mercredi 28 avril, en milieu de matinée. Comment expliquer qu’autant de créneaux pour se faire vacciner ne trouvent pas preneur ?

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Les dernières infos sur la vaccination et le déconfinement

"Il n'y en a pas tant que ça", se défend ce mercredi sur Europe 1 Alain Fischer, président du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale. Alors que certains se demandent s’il n’est pas temps d’autoriser la vaccination à un public plus large pour remplir ces créneaux, il rejette cette idée et rappelle que la stratégie du gouvernement est toujours de "vacciner en priorité les personnes vulnérables par l’âge et la maladie". "Il y a encore des personnes vulnérables" non-vaccinées. 

"On est dans une phase d’expansion du nombre de créneaux disponibles, donc il y a des ajustements qui se font", a continué le M. Vaccin du gouvernement. En effet, pour expliquer la disponibilité des créneaux, l’exécutif met en avant la livraison de nombreuses doses de vaccin, notamment Pfizer, ces derniers jours. Mardi, Olivier Véran avait lui aussi sous-entendu que cette disponibilité était "le reflet de l’augmentation des livraisons de vaccins notamment des vaccins à ARN messager en Ile-de-France et des 20% de créneaux en plus qui ont pu être ouverts par rapport à ce qui avait été attendu".

Des disparités selon les territoires

Pour le ministre de la Santé, ces disponibilités ne s'observent pas de manière uniforme sur le territoire. Si certains grands centres dans certaines régions ont de nombreux créneaux disponibles, ce n’est pas le cas partout en France. Ainsi, pas question de ne plus prioriser la vaccination : même si "certains grands centres de vaccination métropolitains ont des créneaux de vaccination qui restent ouverts", "quatre millions de personnes attendent un vaccin", a-t-il rappelé.

Mais pour certains médecins généralistes, la défiance des Français envers les vaccins, notamment l’AstraZeneca, explique en partie la disponibilité des créneaux. Ce mercredi sur LCI, Patrick Vogt, médecin généraliste, a assuré jeter régulièrement des doses d'AstraZeneca, et demande au gouvernement d'ouvrir la vaccination à tous les adultes de plus de 18 ans. Il regrette que les médecins et pharmaciens aient l'interdiction de vacciner les moins de 55 ans. 

Lire aussi

Selon le patron de Doctolib Stanislas Niox-Chateau interrogé ce mercredi par l'AFP, "il n'y a pas de problème d'inadéquation entre l'offre et la demande dans les centres de vaccination", minimisant le nombre croissant de créneaux disponibles répertoriés par l'application Vite ma dose (270.000 sur les 50 prochains jours). "C'est très difficile d'aller plus vite sur Pfizer et Moderna", a-t-il ajouté, alors qu'"il reste des créneaux disponibles pour AstraZeneca en ville", chez les médecins et les pharmaciens, a-t-il ajouté. 

"Si on l'ouvre tous azimuts maintenant, il va y avoir un engorgement et il n'y aura plus de rendez-vous pendant deux semaines", a-t-il mis en garde. L'ouverture de la vaccination aux plus de 50 ans est prévue pour le 15 mai. Doctolib prédit que la moitié de la population française aura reçu au moins une dose d'ici juillet - contre 22% à ce jour.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Covid-19 : le variant découvert en Inde classé comme "préoccupant" par l'OMS

EN DIRECT - Tensions à Jérusalem, frappes sur la bande de Gaza : Washington condamne "une escalade inacceptable"

Mort de Michel Fourniret : "Il était incapable de donner des informations", réagit le père d'Estelle Mouzin

Vincent éliminé de "Koh-Lanta" : "En rentrant, je me suis inscrit à une formation pour devenir coach de vie"

Gironde : un policier attaqué au couteau, l'assaillante est décédée

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.