Etudes truquées, résultats falsifiés... : comment les dangers du sucre ont été masqués par les lobbys

Santé

RÉVÉLATIONS - Une enquête américaine affirme que l'industrie du sucre aurait financé des études accablant le gras. Objectif : minimiser le rôle du sucre dans les maladies cardiovasculaires.

Le gras coupable de tous les maux ? Peut-être pas vraiment. Et si l’impact du sucre sur la santé avait été volontairement sous-estimé ? Cette accusation est formulée dans une étude publiée il y a quelques jours par la revue Jama Internal Medicine. 

Dans leur recherche, Cristin Kearns et ses collègues de l’université de Californie à San Francisco (Etats-Unis) s'attaquent au lobby du sucre.  Selon eux, les industriels du sucre auraient notamment payé des scientifiques afin qu'ils minimisent son rôle sur les maladies cardiovasculairesé.

Influencer la science

 L’étude publiée dans Jama s’est intéressée à de nombreuses correspondances entre lobbys et chercheurs. Dès les années 50, des études commençaient à accuser le sucre et à mettre en avant son influence dans l’apparition de certaines maladies. Pour contrecarrer ces découvertes, la Sugar Research Foundation (SRF), la principale organisation de l’industrie sucrière aux Etats-Unis, aurait alors payé des chercheurs pour réaliser des travaux favorables au sucre et attaquer le cholestérol.  

Plus précisément, trois chercheurs de Harvard auraient touché 6 500 dollars en 1965 (ce qui correspond à environ 50.000 euros aujourd’hui) pour une méta-analyse publiée dans le New England of Medicine. A l’époque, le projet soulignait le rôle du gras et lui rejettait toute la faute en disculpant le sucre. Encore plus fou, comme le rappelle le New York Times, l'un des scientifiques payés par le lobby du sucre était même devenu le responsable de la nutrition au ministère américain de l’Agriculture. 

L'épidémie d'obésité

Cité par le New York Times le 12 septembre, Stanton Glantz, l'un des co-auteurs de l'étude publiée par Jama Internal Medecine,  alerte sur les conséquences : "Ces révélations sont importantes car le débat sur les méfaits du sucre et des graisses saturées se poursuit. Pendant de nombreuses décennies, les responsables de la Santé ont encouragé les Américains à réduire leur consommation de matières grasses. Cela conduit beaucoup de gens à consommer des aliments pauvres en gras mais à haute teneur en sucre. Certains experts reprochent à ce changement de régime d’être responsable de l’actuelle crise d’obésité". 

Ces récentes révélations ne sont évidemment pas du goût de la Sugar Association (Association du sucre, qui a pris le relais de la Sugar Research Foundation). Même si elle reconnait qu’elle aurait dû exercer "une plus grande transparence dans l’ensemble de ses activités de recherche", elle s’interroge sur les tentatives de l’auteur de "recadrer les occurrences historiques". Elle dénonce également une volonté de "s’aligner convenablement avec la tendance actuelle anti-sucre".

Avec cette étude supposée falsifiée, le lobby du sucre n’en serait pourtant pas à son premier coup. En mars 2015, Plos Medicine révélait par exemple qu'il aurait influencé un programme d’étude sur les caries dentaires pour éviter que les autorités sanitaires américaines n'incitent la population à manger moins de sucre.

Lire aussi

    VIDEO ARCHIVES - "Zéro sucre", le régime proposé par Danièle Gerkens

    En vidéo

    " Zéro sucre " de Danièle Gerkens

    Sur le même sujet

    Et aussi

    Lire et commenter