Connaît-on le statut vaccinal des personnes qui décèdent du Covid-19 ?

Le ministère de la Santé indique que les données relatives au statut vaccinal des patients devraient être disponibles à l'avenir.

INCONNU - Parmi la masse de données relatives à l'épidémie et communiquées par les autorités de santé, il en est une qui manque. Impossible en effet (pour le moment) de savoir si les personnes admises à l'hôpital ou décédées du Covid étaient vaccinées.

Depuis le 17 juin, le nombre de décès quotidiens liés au Covid-19 est passé sous la barre des 50. Le nombre de patients en soins critiques a, lui aussi, diminué de manière nette au cours des dernières semaines, si bien que l'on n'en compte aujourd'hui moins de 1000 à l'échelle du territoire. Ces indicateurs, comme de nombreux autres, nous permettent de suivre l'évolution de l'épidémie. Pourtant, ils apparaissent parfois incomplets. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Christian, internaute de LCI, a contacté il y a quelques jours les Vérificateurs à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr. Malgré des recherches, il explique n'être pas parvenu à obtenir de réponse à ses questions. Il s'étonne qu'il soit "impossible de trouver d'information concernant la répartition des vaccinés ou non parmi les morts quotidiens du Covid". Une donnée non disponible ? Il n'y croit pas et juge qu'il n'y a "rien de plus facile que de savoir si la trentaine de personnes décédées en moyenne chaque jour est vaccinée ou non". Si ces éléments sont inaccessibles pour l'heure, ce n'est toutefois qu'une question de temps avant qu'elles soient disponibles.

Des bases en cours de recoupement

Contributeur du site Covid Tracker, Elias Orphelin a sollicité à la fin mai le ministère de la Santé. L'objet de sa demande ? Réclamer "la division des indicateurs épidémiques et hospitaliers selon le statut vaccinal des patients", une "transparence nécessaire", rapportait-il, "afin que tous les citoyens puissent mesurer l'efficacité des vaccins". Quelques jours plus tard, il se voyait débouté, au motif que "les appariements entre les différents indicateurs ne sont pas en place, mais en cours d'expertise au niveau juridique et technique".

LCI a également contacté le ministère, afin de faire le point sur la question. Il indique en préambule que "tous les cas d’échecs vaccinaux font l’objet d’une investigation", et rappelle que deux systèmes d'information cohabitent aujourd'hui. Le premier, "VAC SI, est le système de suivi de la campagne de vaccination". Le second, "SI VIC, est le système de suivi administratif des victimes - hospitalisations et décès - de situations sanitaires exceptionnelles, en l’occurrence l’épidémie de Covid-19". Et d'ajouter que "des travaux sont en cours afin de rapprocher les données des systèmes d’informations VAC SI et SI VIC afin de faciliter ce type d’investigations". À l'heure qu'il est, il n'existe donc pas encore de données à l'échelle nationale permettant de connaître la part de personnes vaccinées parmi les patients en réanimation ou parmi les décès. 

Lire aussi

Des remontées de terrain nous permettent d'en savoir davantage, mettant en avant une surreprésentation des personnes non vaccinées ou n'ayant reçu qu'une dose dans les hospitalisations. Le directeur de l'Assistance Publique-Hôpitaux de Paris,

Martin Hirsch, a notamment indiqué, ce mardi au micro de France Inter, que sur les "neuf patients qui sont rentrés ces trois derniers jours" à l'hôpital pour cause de Covid, "neuf sont non-vaccinés".

Structure d'expertise publique en épidémiologie des produits de santé, Epi-Phare expliquait en mai avoir diligenté "une large étude de pharmaco-épidémiologie sur plus de 4 millions de Français âgés de plus de 75 ans". Il s'agissait de "comparer l’incidence des hospitalisations pour Covid-19 chez les personnes vaccinées au cours des deux premiers mois de la campagne vaccinale en France". Les résultats, sans appel, ont abouti au constat que les personnes doublement vaccinées présentaient "9 fois moins de risque d’être hospitalisées pour Covid-19 que les personnes de plus de 75 ans non vaccinées". 

Ces observations ont fait écho à celles réalisées en Grande-Bretagne, où les données relatives au statut vaccinal sont plus facilement disponibles. Une publication du 25 juin mettait notamment en évidence le fait que la majorité des décès étaient observés chez des patients non vaccinés, ou n'ayant reçu qu'une seule dose. Si des décès ont bien été observés chez des patients totalement vaccinés, cela s'explique par le fait que la protection apportée par les vaccins contre les formes graves n'est pas de 100%. Au sein d'une population très largement vaccinée, ces décès ont donc été considérés comme logiques.

Des indices à l'échelle régionale

À défaut de données nationales disponibles pour l'heure, il est possible de se rabattre sur des éléments fournis à une échelle régionale. Des internautes signalaient au printemps que l'ARS de Corse communiquait de manière hebdomadaire sur les admissions en réanimation, en précisant la proportion de personnes vaccinées. Dans les bulletins épidémiologiques les plus récents, ces mentions ont disparu, mais l'on constatait sur les cinq premiers mois de l'année que l'incidence était environ quatre fois supérieure chez les personnes non vaccinées, par rapport à celles ayant reçu au moins une dose du vaccin. La taille restreinte du territoire ne permet pas de tirer de conclusions définitives, mais ces indicateurs vont dans le sens des précédentes études, ainsi que des remontées issues d'autres pays.

D'autres données, plus récentes, portent sur les mois de mai et juillet. Elles sont issues des relevés effectués par le réseau sentinelle, du côté de la Normandie. Sur un total de 109 admissions en réanimation comptabilisées à cette période, on comptait dix patients ayant reçu une première dose, tandis que deux seulement avaient été totalement vaccinées. Ce qui permet par un rapide calcul de conclure que 97 personnes, soit l'immense majorité, n'avaient pas reçu la moindre injection.

Afin d'effectuer un suivi plus fin, il faut désormais attendre que les bases de données de Santé publique France soient interconnectées. Des ajustements qui tardent puisque le ministère de la Santé a été sollicité à ce sujet depuis au moins six semaines. Une fois disponibles, les chiffres récoltés permettront de visualiser avec précision la part des personnes non vaccinées dans les hospitalisations et les décès liés au Covid. Une manière également d'évaluer les facteurs de réduction des risques pour les personnes immunisées.

 Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Variant Delta : les personnes vaccinées pourraient autant le transmettre que les non-vaccinées

Ce que l'on sait de la mort de Maxime Beltra, décédé à 22 ans après une injection du vaccin Pfizer-BioNTech

"C'est comme si la vaccination ne servait à rien" : la déception des touristes face aux restrictions en Outre-mer

VIDÉO - Turquie : les images impressionnantes des feux de forêt qui ravagent la région d’Antalya

Variant Delta : la décrue qui semble s'amorcer chez certains de nos voisins est-elle de bon augure ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.