Contagiosité, immunisation... Ce que l'on sait de nouveau à propos du coronavirus

Contagiosité, immunisation... Ce que l'on sait de nouveau à propos du coronavirus

RECHERCHE - L'apparition du Covid-19 a mis en branle toute la communauté scientifique. Au fur et à mesure que les semaines avancent, les scientifiques travaillent et percent à jour certains des mystères entourant ce nouveau coronavirus. On fait le point.

Plus les jours passent, plus la pandémie avance. Mais elle n'est pas la seule : la science aussi. Au cours de ces dernières semaines, les avancées ont été très concrètes autour du monde, même si elles ne restent pour l'heure qu'au stade de l'étude. Rarement un virus n'aura produit autant de publications en si peu de temps, quitte à, parfois, s'abstenir des mesures élémentaires d'examen par les pairs. C'est dire si les scientifiques et chercheurs du monde entier sont à pied d'oeuvre. Voici ce que l'on a appris ces derniers jours. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

La contamination

Sur ce point, la science avance. Auparavant, les scientifiques estimaient qu'il fallait avoir certains symptômes pour être contagieux, comme la toux notamment. Mais cette semaine, une étude est venue chambouler les certitudes. Réalisée par des chercheurs de l'université de Guangzhou en Chine et publiée dans la revue Nature, elle indique que la contagiosité pourrait être à son apogée avant qu'une personne ne déclare des symptômes. Les chercheurs ont effectué des prélèvements dans la gorge de patients et ont "détecté des charges virales élevées peu de temps après l'apparition des symptômes, qui ont ensuite progressivement diminué vers la limite de détection vers le jour 21", expliquent-ils. Et ils estiment que 44% des cas étudiés avaient été infectés au cours du stade préasymptomatique de la personne contaminante. 

Autre question, le virus peut-il survivre en aérosol, dans des gouttes plus petites (moins de 5 micromètres), voire quand l'eau s'est évaporée ? Et ainsi rester actif en suspension dans l'air, comme c'est le cas notamment pour la rougeole ? Plusieurs études ont été menées sur ce sujet. Les Académies américaines des sciences ont récemment fait part d'informations faisant pencher la balance en faveur d'une transmission du virus par des bioaérosols ( qui sont des particules aéroportées vivantes ou provenant de micro-organismes vivants) et non plus seulement par les gouttelettes projetées directement sur le visage ou des surfaces. 

Dans une étude, des chercheurs de l'université du Nebraska ont notamment retrouvé des portions du code génétique du virus dans l'air expulsé par des malades Covid-19. "Ils ont trouvé de l'ARN de virus au bout de deux heures. On ne sait pas en revanche s'il était encore infectieux. Cette question de la présence du virus dans les aérosols est primordiale, cela voudrait dire qu'il flotterait dans l'air et sortirait même par le nez ; il faut attendre d'autres études scientifiques pour le savoir", souligne Christophe Bécavin, chercheur à l'Institut Pasteur et spécialiste des mécanismes d'entrée du virus dans l'organisme.

Lire aussi

L'immunité

Peut-on attraper deux fois le Covid ? C'est l'une des questions centrales que se posent les spécialistes dans la lutte contre cette pandémie, et malheureusement, elle ne trouve pas encore de réponses claires. Bien sûr, les scientifiques présupposent qu'un patient contaminé par le covid est immunisé durant quelques mois, mais la réponse n'est peut-être pas aussi simple. 

"On est en train de se poser la question pour savoir si quelqu'un qui a fait un Covid (...) est si protégé que ça", s'est inquiété ce mercredi le Pr Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique en France.

Comment fonctionne l'immunité ? "Etre immunisé, ça veut dire que vous avez développé une réponse immunitaire contre un virus qui va vous permettre de l'éliminer. Et comme la réponse immunitaire a une mémoire, ça vous permet aussi de ne pas être réinfecté par le même virus plus tard", explique Eric Vivier, professeur d'immunologie à l'Assistance publique des hôpitaux de Marseille. De manière générale, pour les virus à ARN comme le Sars-Cov-2, il faut "environ trois semaines pour avoir une quantité suffisante d'anticorps protecteurs" et cette protection dure plusieurs mois, poursuit-il.

Dans la pratique, ce Covid-19, du fait de sa nouveauté, invite à la plus grande prudence. A l'OMS, la réponse à cette question est : "Nous ne savons pas". "Nous pouvons seulement extrapoler à partir d'autres coronavirus et même pour eux, les données sont limitées", souligne Mike Ryan, directeur des programmes d'urgence de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS). Alors quelles solutions ? "La seule véritable solution est un vaccin", estime Archie Clements, épidémiologiste à l'université australienne Curtin. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ – "Danse avec les stars" : Bilal Hassani éblouit le jury, Lââm éliminée

Covid-19 : le vaccin de Moderna serait supérieur à celui de Pfizer contre les formes graves

EN DIRECT - Covid-19 : avec 22 millions d'injections en un jour, l'Inde bat un record de vaccination

"Danse avec les stars" : qu’est devenu Jean-Baptiste Maunier, le petit héros des "Choristes" ?

#Anti2010 : que cache ce hashtag qui cible des élèves de 6e depuis la rentrée ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.