Contre la dépression, une cure de champignons hallucinogènes ?

Contre la dépression, une cure de champignons hallucinogènes ?

DirectLCI
SANTÉ - Des chercheurs britanniques ont mis en évidence que la psilocybine, le principe actif de ceux que l'on surnomme les "champis" ou "magic mushroom", serait efficace contre les troubles dépressifs et de l'anxiété. Explications.

Des "champis" pour soulager les dépressifs. Si l'idée peut prêter à sourire de prime abord, elle s'appuie pourtant sur une étude des plus sérieuses, publiée ce vendredi dans la revue Nature, et relayée par The Guardian. Des chercheurs de l'Imperial College de Londres ont en effet mis en évidence l'efficacité des champignons "magiques" ou  hallucinogènes contre la dépression et les troubles de l'anxiété. D'après les résultats prometteurs de leurs travaux, c'est plus précisément la psilocybine, substance contenue dans le champignon, qui permettrait de diminuer les symptômes. 


Vingt patients atteints de dépression résistante aux traitements traditionnels, ont ainsi reçu deux doses de ce principe actif (10 mg et 25 mg),  à une semaine d'intervalle. L'IRM (imagerie par résonance magnétique), que 19 d'entre eux ont passé avant et après la prise des doses, a révélé une réduction du flux sanguin dans différentes zones du cerveau, y compris dans celle connue pour être impliquée dans les réactions émotionnelles, du stress et de la peur. Dans le même temps, une diminution des symptômes dépressifs, avec amélioration de l'humeur et réduction du stress, s'est immédiatement fait sentir chez les patients et s'est prolongée jusqu'à cinq semaines après le traitement. 

En vidéo

Fatigue, dépression saisonnière... comment mieux vivre le changement d'heure ?

Une première mais prudence tout de même

L'équipe à l'origine de cette étude insiste toutefois sur le fait que ces résultats doivent être considérés avec prudence. D'une part en raison de la faible taille de l’échantillon, mais également à cause de l’absence de groupe de contrôle. Ils n'ont pas manqué de rappeler par ailleurs les dangers de l’automédication en la matière. Pour rappel, en France, les champignons hallucinogènes figurent sur la liste des stupéfiants.

Plus d'articles

Sur le même sujet