A l'hôpital, un nettoyage basique suffirait à éliminer le Covid-19, affirment des chercheurs

A l'hôpital, un nettoyage basique suffirait à éliminer le Covid-19, affirment des chercheurs
Santé

CORONAVIRUS - Pour éliminer le Covid-19 de notre environnement, les stratégies se multiplient. La plus simple serait pourtant bien assez efficace, affirment des chercheurs italiens qui ont tenté de cultiver le Covid-19 en milieu hospitalier.

Dans les hôpitaux, les services de nettoyage se démènent chaque jour pour désinfecter au maximum toutes les surfaces, afin de ne laisser aucune chance au Covid-19 de s'y installer. Pourtant, selon les travaux de chercheurs italiens publiés mardi dans le journal scientifique The Lancet, un nettoyage classique suffirait. Suite à l'interrogation d'un microbiologiste américain quant à la persistance de souches du virus sur des surfaces inanimées en milieu hospitalier, ceux-ci ont mené des recherches sur le sujet. 

Lire aussi

Les tentatives de culture du Covid-19 ont échoué

En tout, deux études séquentielles ont été réalisées pour déterminer, d'une part, l'étendue de la contamination de surfaces inanimées dans un service de maladies infectieuses standard d'un grand hôpital du nord de l'Italie, et d'autre part si le risque de contamination était plus élevé dans les salles d'urgence et les services de soins intensifs que dans les services ordinaires. Dans les deux cas, les procédures de nettoyage étaient standard.

Fait remarquable, notent les scientifiques de la Fondation San Matteo, après avoir analysé les surfaces potentiellement infectées dans l'hôpital, seul le casque d'un patient permettant d'exercer une pression positive continue des voies respiratoires s'est révélé positif au Covid-19. Plus important encore, les tentatives de culture des écouvillons positifs ont échoué, ce qui suggère que les objets susceptibles de transmettre le virus et les surfaces dans l'environnement des patients n'ont pas été contaminés par un virus viable.

La contamination de l'environnement conduisant à la transmission du SRAS-CoV-2 est peu susceptible de se produire dans des conditions réelles- Les auteurs de l'étude

Selon les chercheurs italiens, ces résultats "suggèrent que la contamination de l'environnement conduisant à la transmission du SRAS-CoV-2 est peu susceptible de se produire dans des conditions réelles, à condition que les procédures et précautions de nettoyage standard soient appliquées".

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Des recherches en milieu hospitalier ont montré que la plupart des surfaces étaient contaminées, dont les conduits de climatisation, les barrières de lit, les casiers de chevet et plus rarement les toilettes. Les scientifiques ont remarqué que la contamination de la surface de l'environnement a diminué après la première semaine de maladie et, chose curieuse, aucune contamination de surface n'a été détectée dans les salles des unités de soins intensifs (USI). Mais, regrettent les chercheurs italiens, aucune tentative n'a été faite pour cultiver le Covid-19 à partir des écouvillons environnementaux, ce qui auraient aidé à mieux comprendre le potentiel infectieux du virus. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : le terroriste a payé un collégien pour identifier Samuel Paty

EN DIRECT - Covid-19 : un confinement de deux semaines décrété au Pays de Galles

Tempête Barbara et épisode cévenol : à quoi s’attendre à partir de mardi ?

Qui est Ludovic B., l'homme soupçonné du meurtre de Victorine Dartois ?

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent