Coronarivus : plus de 6.000 professionnels de santé contaminés depuis le début de la crise en France

Coronarivus : plus de 6.000 professionnels de santé contaminés depuis le début de la crise en France
Santé

PANDÉMIE - Plus de 6.000 cas potentiels de contamination, dont une quinzaine de décès, ont été rapportés à ce jour parmi les professionnels de santé. Etat des lieux d'une profession qui paie un lourd tribut dans la lutte contre le Covid-19, en raison de son exposition aux patients contaminés.

Médecins généralistes ou urgentistes, infirmiers, aides-soignants, agents hospitaliers, cadres de santé sont mobilisés depuis des semaines dans une course macabre pour combattre la pandémie et sauver le maximum de vies. Cependant, en raison de leur exposition aux patients contaminés, de nombreux ont été contaminés et quelques-uns sont décédés.

A ce stade, 6.019 cas potentiels de contamination ont été rapportés parmi les professionnels de santé et les salariés d'établissements médico-sociaux depuis le début de l'épidémie de coronavirus (Covid-19), selon les données de l'Agence nationale de Santé publique. Pour l’heure, une quinzaine de décès ont été rendus publics. 

Lire aussi

Parmi ces héros anonymes, sept médecins en activité ont succombé à la maladie ces dernières semaines, notamment dans la région Grand Est, d'où l'épidémie est partie en France. Premier soignant a succombé du coronavirus Covid-19, Jean-Jacques Razafindranazy, médecin originaire de Madagascar, est mort le 21 mars, à l'âge de 67 ans. A la retraite depuis deux ans, cet urgentiste continuait à assurer plusieurs gardes par semaine à l'hôpital de Compiègne (Oise). 

Sylvain Welling, généraliste âgé de 60 ans, a succombé le lendemain, à l'hôpital de Saint-Avold (Moselle). Ce médecin de famille qui exerçait quant à lui dans la commune de L'Hôpital, en Moselle. Il avait été admis quelques jours plus tôt en réanimation. Gynécologue-obstétricien, Jean-Marie Boegle est mort le même jour au CHU de Dijon. Ce praticien de 66 ans exerçait dans une clinique de Mulhouse (Haut-Rhin) où il aurait contracté le virus auprès de l'une de ses patientes. Décédé lui aussi le 22 mars, à l'hôpital de Colmar, Mahen Ramloll, 70 ans, exerçait comme généraliste dans un cabinet de Fessenheim (Haut-Rhin). Ce natif de l'île Maurice aurait confié à un confrère avoir été en contact avec des patients contaminés. 

En vidéo

Cinq médecins morts du coronavirus en 24 heures

Olivier-Jacques Schneller, 68 ans, s'est éteint au cours du même week-end à l'hôpital de Trévenans (Territoire de Belfort). Selon le maire de Couthenans, commune de Haute-Saône où il possédait son cabinet, ce médecin de campagne était tombé malade quinze jours auparavant. Sixième médecin emporté par l'épidémie, André Charon est mort le 3 avril dans le Haut-Rhin. Âgé de 73 ans, il avait décidé de rester en activité en raison de la pénurie de généralistes dans son secteur et exerçait dans la maison de santé de Folgensbourg, près de la Suisse. Un septième médecin, dont le nom n'a pas été rendu public, a succombé fin mars à l'hôpital Belle-Isle de Metz. Ce praticien de 50 ans travaillait au centre hospitalier régional (CHR) de Metz.

Infirmiers et aides-soignants

Egalement en première ligne, infirmières et personnels soignants déplorent eux aussi de lourdes pertes. Une infirmière de 51 ans, salariée de l'Ehpad La Résidence Sévigné à Saint-Maur-des-Fossés (Val-de-Marne), est décédée à son domicile dans la nuit du 3 au 4 avril. Cette mère de famille, employée depuis un an dans cette résidence, "présentait des symptômes évocateurs du Covid-19".  

Une autre aide-soignante de l'Ehpad La Filature, à Mulhouse, est décédée du Covid-19 le 8 avril. Cette femme de 48 ans, dont le nom n'a pas été rendu public, "avait trois enfants". Ses collègues ont dénoncé le manque d'équipement mis à leur disposition. Un aide-soignant de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, est lui mort jeudi soir après plusieurs jours en réanimation. L'homme de 59 ans travaillait en radiologie et ne souffrait pas d'autre pathologie.

Agents hospitaliers et cadres de santé

Au sein des agents hospitaliers, deux employés de l'Assistance publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont succombé à ce stade du Covid-19. Selon l'AP-HP, qui a annoncé leurs décès jeudi, le premier travaillait à l'hôpital Bichât qu'il avait intégré en 1980 et où il se trouvait en réanimation. Le second est mort à son domicile. Il travaillait depuis 1993 "en qualité d'électricien de maintenance à l'hôpital Antoine-Béclère" de Clamart (Hauts-de-Seine), où il avait fait toute sa carrière, a précisé l'AP-HP dans un communiqué.

Parmi les cadres de santé, la directrice des soins de l'hôpital de Montfermeil-Le Raincy (Seine-Saint-Denis), Elena Mamelli, est décédée le 29 mars. Cette infirmière de 52 ans travaillait depuis près de trente ans au sein de cet établissement, selon Le Parisien. Un cadre de l'Agence régionale de santé (ARS) d’île-de-France, Pierre Housieaux, est également décédé du Covid-19. Membre de la cellule de crise, "il avait été parmi les premiers à répondre à l'appel à mobilisation interne lancé il y a un mois et demi", d'après l'ARS.  

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

A l'annonce de ces deux décès, le médecin urgentiste Patrick Pelloux avait souligné sur Twitter que le coronavirus "frappe durement le monde hospitalier". "Mais nous ne lâcherons pas le combat (...) Nous sauverons le plus de malades tous ensemble", avait-il ajouté. Comme leurs voisins espagnols ou italiens, les Français continuent d'applaudir, chaque soir à 20 heures depuis leurs appartements ou leurs maisons où ils sont confinés, tous ces héros, en première ligne dans la lutte contre le coronavirus, dont personne n'oubliera l'engagement sans faille, au prix parfois de leur vie.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent