Coronavirus : 100.000 personnes vaccinées, est-ce vraiment "40 morts" évitées ?

Pour défendre la vaccination, le professeur Jean-François Timsit a calculé le bénéfice immédiat de la vaccination. Nous avons passé ses conclusions au crible.

PROTECTION - Pour défendre la vaccination, le professeur Jean-François Timsit a calculé le bénéfice immédiat de la vaccination. Nous avons passé ses conclusions au crible.

Il appelle à y aller "comme des fadas sur les injections". Pour plaider en faveur d'une accélération de la campagne vaccinale en France, le Professeur Jean-François Timsit a donné un chiffre qui marque les esprits. Ce lundi 22 mars dans les pages du Parisien, le chef du service de réanimation de l'hôpital Bichat, à Paris, a ainsi déclaré que pour 100.000 personnes "vaccinées aujourd'hui", ce sont "40 morts de moins"

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Des chiffres valables "en Île-de-France" et "à l'heure actuelle"

 Comment a-t-il réalisé ce calcul ? Auprès de LCI.fr, l'intéressé a détaillé avec méthode son raisonnement "tout à fait mathématique". "Le calcul est tout simple : j'ai pris une incidence de 500 cas pour 100.000 habitants", explique, en guise d'introduction, notre interlocuteur. De fait, le nombre concorde au taux actuel de personnes positives au Covid-19 en Île-de-France, à 552 cas pour 100.000 habitants ce mardi. "Or, si on vaccine ces personnes, on évite les cas graves, les hospitalisations et les décès", rappelle-t-il. 

"Si on considère qu'en moyenne 8% des personnes atteintes du coronavirus décèdent, cela donne 40 décès sur cette période", conclut-il. Pour rappel, il est encore très compliqué de connaître le taux de létalité de la maladie, soit le nombre de morts rapportés aux contaminés. Mais globalement, si on prend la surmortalité liée au coronavirus, on sait que le pays a enregistré en 2020 une surmortalité de 9%, toutes causes confondues, selon un bilan provisoire rendu par l'Insee. Théoriquement, ce sont donc bien autant de vies sauvées. "Aujourd'hui, c'est ce  qu'on évite en vaccinant. Si on le fait dans une semaine, ce sont autant de personnes qui risquent d'arriver dans nos services."

Lire aussi

Ce calcul permet donc en effet de donner un ordre d'idée sur l'impact de la vaccination dans le pays. Attention cependant. Le taux d'incidence que prend le médecin réanimateur est valable à un instant "t" dans une zone donnée. Et ne peut valoir ni pour l'ensemble du pays, ni sur une période élargie. Ce taux varie en effet d'une semaine à l'autre et d'un territoire à l'autre. À titre d'exemple, s'il est actuellement à 500 cas pour 100.000 habitants en Île-de-France, il chute à 160 en Nouvelle-Aquitaine. Sans parler des autres pays. Auprès de LCI.fr, Jean-François Timsit reconnait ainsi que ces chiffres sont valables uniquement "en Île-de-France" et "à l'heure actuelle".

De surcroît, cette estimation se base sur un vaccin efficace à 100% sur la baisse de la mortalité. Or, si les premières données - notamment venues du Royaume-Uni - sont très encourageantes, il est encore difficile de chiffrer exactement les bénéfices de la vaccination sur les formes graves du Covid-19. Mais pour Jean-François Timsit, l'important est de rappeler que sans vaccin, on multiplie les risques de décès. Et aussi "de covid long ou de formes très sévères". 

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Les vaccins Pfizer ont-ils plus d'effets indésirables qu'AstraZeneca ?

Une troisième dose de Pfizer "probablement" nécessaire : la mise au point de Gérald Kierzek

REVIVEZ - La famille royale et le Royaume-Uni ont rendu un dernier hommage au prince Philip

EN DIRECT - Covid-19 : 30.329 personnes hospitalisées dont 5.877 en réa, des chiffres en légère baisse

Déconfinement : les pistes du gouvernement

Lire et commenter