Relâchement face au covid-19 : l'appel d'Olivier Véran aux jeunes

Relâchement face au covid-19  : l'appel d'Olivier Véran aux jeunes
Santé

REBOND - Le ministre de la Santé et des Solidarités appelle les plus jeunes Français à faire preuve de davantage de prudence dans un contexte de "nette augmentation" de la circulation du Covid-19 dans le pays tout particulièrement chez les 15 - 44 ans.

"Sans doute que les personnes vulnérables et âgées ont conservé un niveau de prudence élevé alors que les jeunes, eux, font moins attention". Olivier Véran appelle les Français les plus jeunes à la vigilance. Dans un entretien au Parisien de ce dimanche, le ministre de la Santé estime que les jeunes doivent se montrer plus "vigilants" qu'ils ne le sont actuellement. Il observe notamment un relâchement des mesures barrières qui explique qu'une majorité des patients actuels du coronavirus soient "jeunes, plus jeunes que lors de la précédente vague" avec un "taux d'asymptomatiques [...] extrêmement élevé". 

Olivier Véran a particulièrement pointé du doigt le comportement "lors des rassemblements festifs et surtout familiaux, à l'origine de clusters." S'il comprend le "besoin de changer d'air et de souffler", le ministre de la Santé rappelle que "beaucoup de jeunes étaient contaminés et [que] le virus a fini par se propager dans la population en Catalogne" (qui procède à un reconfinement NDLR).

La circulation du virus en "nette augmentation"

Lire aussi

Le ministre de la Santé a par ailleurs indiqué que sur les 500 000 tests hebdomadaires réalisés en France, le taux de positifs est "de l'ordre de 1 à 1,5%". Un constat qui fait écho à celui de la DGS (Direction régionale de la Santé) qui parle d'une circulation virale en "nette augmentation" en France avec plus de 1000 nouveaux cas quotidiens. 

Toute l'info sur

Vers un rebond de l'épidémie de coronavirus en France ?

Ces 4 indicateurs à connaître pour comprendreLes dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Olivier Véran a également pris des mesures pour tenter de réduire l'engorgement des laboratoires en rappelant à l'ordre ceux qui n'effectuaient pas de tests PCR et en autorisant les pompiers, secouristes, aides-soignants et étudiants en santé à réaliser les prélèvements. L'arrêté paru ce samedi autorise aussi le remboursement de tous les tests PCR, même sans ordonnance. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent