Coronavirus : certains tests PCR bientôt périmés en raison de leur sous-utilisation

Coronavirus : certains tests PCR bientôt périmés en raison de leur sous-utilisation
Santé

DÉPISTAGE – Pour détecter les personnes positives au coronavirus, la France réalise un nombre de tests PCR bien moins important que prévu. Conséquence : certains restent en stock, et une partie ne sera bientôt plus utilisable.

La France a-t-elle un stock de tests PCR trop important ? Afin de préparer le déconfinement, le gouvernement a promis, dès le mois d’avril, que 700.000 tests PCR par semaine seraient disponibles pour dépister toute personne ayant des symptômes, ainsi que les cas contacts des patients positifs.

Mais en réalité, depuis le 11 mai, le nombre de tests réalisés est largement inférieur. Selon les données publiées par Santé publique France, 228.623 tests ont été effectués dans le pays la semaine dernière. Bien loin de l’objectif de départ. Pire, depuis le déconfinement, seuls 1.103.427 tests ont été réalisés, contre environ 4 millions prévus initialement.

Des tests périmés avant l’automne

Conséquence : tous les tests non-réalisés restent sur les bras des laboratoires. Contacté par LCI, le groupe Biogroup LCD indique n’effectuer que 30.000 tests par semaine, malgré une capacité de 50.000... par jour (voir vidéo en tête de cet article). Des milliers d’échantillons restent donc dans les laboratoires. Et si nous pourrions penser qu’ils pourraient servir en cas de résurgence de l’épidémie sur notre territoire, ce n’est pas le cas.

Lire aussi

En effet, une partie de ces tests non-utilisés en raison de la baisse du nombre de cas en France ne pourra pas être réutilisée à l’automne ou à l’hiver, période estimée de l’arrivée d’une éventuelle deuxième vague, car ils expirent avant. Certains tests PCR vont se périmer dans les prochaines semaines, et d’autres en septembre ou en octobre, à l’instar de ceux de Biogroup.

Pour écouler les stocks, plusieurs options sont sur la table. D’abord, celle d’organiser des campagnes de dépistage massif. Mais tester des personnes ni symptomatiques ni en contact avec des cas positifs ne présente pas d’intérêt. "Il n’y a pas besoin de tester tout le monde", expliquait ces derniers jours Etienne Decroly, directeur de recherche au CNRS, à LCI. Mais seulement "ceux qui ont des symptômes grippaux et les cas contacts des personnes positives."

Garder et commander des tests disponibles en cas de seconde vague

Revendre une partie de ces tests à l’étranger, dans des pays particulièrement frappés par la pandémie comme en Amérique du sud, pourrait donc être la solution privilégiée. "Si le stock est trop important, nous pouvons le céder", assure François Blanchecotte, président du Syndicat national des biologistes (voir vidéo ci-dessous). "Certains groupes ont déjà fait des propositions. Il faut voir si nous pouvons recycler les tests qui périment en septembre dans un groupe qui peut les écouler avant cette période."

En vidéo

François Blanchecotte : "Nous devons avoir des tests en réserve en cas de deuxième vague"

La France doit tout de même garder des capacités de dépistage, car les tests sont une arme majeure pour contrer une éventuelle deuxième vague. "Notre problématique est de gérer au mieux nos stocks et d’avoir en réserve des tests avec des durées de péremption plus longues, valables pour les mois d’octobre, novembre et décembre, si une deuxième vague se fait jour", confirme François Blanchecotte.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"En général, les tests ont une date de péremption de six mois. Mais certains sont valables jusqu’en mai 2021", poursuit-il. "L’intérêt est désormais de commander avec des dates de péremption les plus longues possibles, et voir si nous pouvons écouler très rapidement ceux qui arrivent à échéance dans les quelques mois à venir." Mais le président du Syndicat national des biologistes l’assure : nos capacités de dépistage nous permettront "de faire face" en cas de deuxième vague.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent