Coronavirus : décès, contaminations, hospitalisations... quelle est la situation en France ?

Coronavirus : décès, contaminations, hospitalisations... quelle est la situation en France ?
Santé

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

POINT D'ETAPE - A peine les douze premiers malades du coronavirus en France sont-ils sortis de l'hôpital que six nouveaux cas ont été confirmés sur le territoire. Au total, 18 personnes ont été testées positives au Covid-19 depuis le début de l'épidémie dans notre pays. D'où viennent-ils ? Comment ont-ils contracté la maladie ? Où sont-ils hospitalisés ? LCI revient en détail sur le bilan.

L'épidémie de coronavirus n'est définitivement plus un problème chinois. Les cas de contamination se déclarent partout dans le monde et notamment en Europe. En France, "plus de mille tests" ont été réalisés, que ce soit sur des cas possibles, des rapatriés de Wuhan - berceau de l'épidémie en Chine - ou sur des personnes ayant été en contact avec des malades. Jusqu'à présent, malgré les nombreux confinements et suspicions annoncés dans le pays, seulement 18 cas ont été confirmés positifs à une infection au Covid-19. Parmi eux, deux personnes sont décédées, douze ont guéri et quatre sont encore hospitalisées.

Les six premiers cas, recensés fin janvier, étaient des ressortissants chinois ou franco-chinois, ayant contractés la maladie dans leur pays ou via un contact avec une personne revenue de Chine. L'un d'eux n'a pas survécu. Les six cas de contamination suivants étaient un groupe de Britanniques, tous infectés par une personne revenant de Singapour, lors d'un séjour dans un chalet de Contamines-Montjoie, en Haute-Savoie. Une seconde vague de malades s'est déclarée cette semaine, avec six nouveaux cas confirmés, dont un décès. Une contaminée en Chine, trois cas infectés suite à des séjours en Lombardie - zone la plus touchée par l'épidémie en Italie - et deux cas dans l'Oise dont l'origine de la contraction du virus est encore inconnue.

Un Chinois puis un Français sont décédés

Après plusieurs jours en réanimation à l'hôpital Bichat à Paris, un touriste chinois, âgé de 80 ans, est mort le 14 février. Il était à la fois le premier malade du coronavirus à décéder sur le sol français, et le tout premier mort du virus recensé en Europe. Originaire de la province de Hubei en Chine, il était arrivé en France le 23 janvier. Malade, il avait d'abord consulté les urgences sans être repéré comme un cas suspect, car il ne correspondait pas aux critères. Il avait de la fièvre mais pas de toux et ne venait pas de Wuhan - épicentre de l'épidémie - mais d'une ville de la région, 400 km plus au nord. Il a ensuite développé des problèmes respiratoires qui ont motivé un changement de son classement, et le test s'est révélé positif le 28 janvier. Malgré sa prise en charge, il n'a pas survécu.

Dans la nuit de mardi 25 au mercredi 26 février, un autre homme, âgé de 60 ans, est décédé à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris. C'est le deuxième décès sur le territoire, et le premier Français à perdre la vie à cause de l'épidémie. Pris en charge mardi, il avait été "testé en urgence, dans un état gravissime", a indiqué le directeur général de la Santé Jérôme Salomon, précisant qu'une enquête avait été lancée pour savoir où il a pu contracter cette infection. La situation pourrait être grave car il était enseignant dans un collège de Crépy-en-Valois, dans l'Oise, et n'avait pas voyagé dans une zone touchée par le virus, selon l'Agence régionale de Santé des Hauts-de-France

Douze personnes déjà guéries et sorties de l'hôpital

La majorité des malades recensés en France depuis le début de l’épidémie sont guéris et déjà rentrés chez eux. La première était la fille du touriste chinois décédé, âgée de 50 ans et originaire de Hubei comme son père. Elle avait été hospitalisée et guérie à Bichat, tout comme un couple de trentenaires Chinois originaires de Wuhan. Troisième et quatrième cas traités en France, ils avaient été hospitalisés le 24 janvier et étaient sortis le 12 février.

Le lendemain, le 13 février, un homme d'origine chinoise de 48 ans avait pu sortir à son tour après trois semaines d'hospitalisation à Bordeaux. Il était rentré en France le 22 janvier après un voyage en Asie, où il était passé par Wuhan. Il avait été pris en charge suite à sa consultation par SOS-Médecins. Le 14 février, un médecin français contaminé par un patient chinois - reparti ensuite pour Taïwan où il a déclaré la maladie - était sorti sain et sauf de la Pitié-Salpêtrière, à Paris, après un traitement expérimental. Il s'agissait du premier cas avéré de transmission de la maladie sur le sol français.

Ce sont ensuite les six patients britanniques, dont un enfant, hospitalisés à Grenoble, Lyon et Saint-Etienne, qui sont sortis les uns après les autres, avant de rentrer au Royaume-Uni. Ils avaient été contaminés par un ami, de retour de Singapour, qu'ils avaient côtoyé dans un chalet des Contamines-Montjoie en Haute-Savoie.

Enfin, une Franco-Chinoise de 33 ans est sortie de la Pitié Salpêtrière à Paris, ce mercredi 26 dans la soirée, après deux jours à l'isolement. Revenue de Chine le 7 février, elle avait été testée négative au nouveau coronavirus mais était porteuse de "traces de guérison", selon le ministère, d'où son court passage à l'hôpital. Son mari a été testé et n'est pas contaminé, mais quatre autres personnes avec qui elle a été en contact sont actuellement confinés à leur domicile.

Quatre personnes encore hospitalisées

Le lundi 24 janvier, le ministre de la Santé Olivier Véran annonçait que "tous les patients infectés au coronavirus - hormis le touriste chinois décédé - étaient guéris et sortis de l'hôpital". C'était sans compter sur une seconde vague de malades, due notamment à la forte propagation du virus en Italie. Entre mardi et mercredi, le ministère de la Santé a donc annoncé cinq nouveaux cas, portant à 17 le nombre total de contaminés sur le sol Français. L'un deux est l'homme décédé à Paris ce mercredi, les autres sont hospitalisés à Paris, à Annecy, à Amiens et à Strasbourg.

Un Français de 55 ans est hospitalisé à Amiens "dans une situation clinique grave, dans un service de réanimation", a annoncé le ministère. Selon l'ARS Hauts-de-France, il était originaire de l'Oise, comme le patient décédé mercredi. Et, comme lui, il ne s'était pas rendu dans une zone à risque.

Les trois autres cas ne présentent en revanche "aucun risque de gravité" et sont déjà en bonne voie de guérison. Un Français de 36 ans est revenu contaminé après un séjour en Lombardie, principale région touchée par le virus en Italie. Il est actuellement hospitalisé à Strasbourg. Un couple de soixantenaires, dont l'époux a effectué des "séjours répétés" en Lombardie, sont également hospitalisés à Annecy.

Voir aussi

Toujours 28 rapatriés en quarantaine

Depuis le début de l'épidémie, près de 500 personnes ont été placées en quarantaine en France après avoir été rapatriées de Wuhan. Leur retour s'est fait en quatre vagues. Trois avions affrétés par la France sont arrivés les 31 janvier, 2 février et 21 février avec à leur bord des ressortissants français et étrangers. Un vol opéré par les Britanniques avec des Français à son bord est arrivé le 9 février après une escale à Londres.

Certains passagers étrangers sont repartis directement dans leur pays, d'autres ont été placés avec les Français en quarantaine. Ils ont été confinés pendant 14 jours, durée maximale d'incubation du virus, dans trois lieux : un centre de vacances à Carry-le-Rouet, dans les Bouches-du-Rhône, un centre de formation des officiers de sapeurs-pompiers à Aix-en-Provence et un un centre de vacances du village de Branville, dans le Calvados. Sur les trois premiers vols, 451 personnes sont ressorties. Ne reste en quarantaine que la quatrième vague de 28 Français, arrivée le 21 février dans le Calvados. Selon l'ARS Normandie, aucun ne présente de symptôme et la "quasi-totalité" d'entre eux ont eu des résultats négatifs aux tests.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent