Coronavirus : Darmanin annonce deux milliards d'euros pour financer la lutte sanitaire

Des mesures d'une ampleur exceptionnelle ont été annoncées hier soir par Emmanuel Macron, alors que la France s'apprête à entrer en récession. Elles incluent 300 milliards d'euros pour les entreprises. Mais d'où vient cet argent ? À quoi va-t-il servir ?
Santé

CRISE - La France va consacrer deux milliards d'euros à la lutte sanitaire contre le coronavirus, a indiqué le ministre de l’Action et des comptes publics Gérald Darmanin dans une interview aux Echos, où il détaille le financement de "l'effort de guerre" de la France contre l'épidémie de Covid-19.

Pour sauver l’économie française, menacée par le coronavirus, le gouvernement met en place "un plan de sauvetage économique massif", selon les mots de Gérald Darmanin dans un entretien accordé au journal Les Echos, publié mercredi 18 mars. "Quand la maison brûle, on ne compte pas les litres d'eau pour éteindre l'incendie. Je ne suis pas en position de comptable, mais de financeur de l'effort de guerre" ajoute-t-il.

Cet effort de guerre consiste "pour le moment" en un plan de 45 milliards d’euros, comme annoncé mardi par le ministre de l'économie Bruno Le Maire. Sur ces 45 milliards d’euros, une partie va être consacrée à la lutte sanitaire contre le coronavirus : "Nous consacrons deux milliards d'euros aux arrêts maladie, aux masques et à la rémunération des personnels soignants", indique Gérald Darmanin. "Je le dis à chacun des personnels soignants : chaque heure supplémentaire sera payée", ajoute le ministre de l'Action et des comptes publics.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Au total, le plan comprend "des mesures de trésorerie pour environ 35 milliards d'euros", rappelle le ministre auprès du quotidien économique : "Les principaux impôts directs payés à l'Etat ont été suspendus. Cela concerne 12 milliards d'impôt sur les sociétés, en plus d'1 milliard de taxe sur les salaires. La TVA et l'impôt sur le revenu, collecté à la source, ne sont en revanche pas concernés", dit-il. Par ailleurs, certains crédits d'impôt pourront être remboursés par anticipation pour le secteur culturel, notamment le spectacle vivant.

L'effort est le plus important dans le champ social avec le report de 8,5 milliards d'euros de charges dues au 15 mars, et de 13 milliards pour les charges des grandes entreprises qui tombent au 5 avril. Un report des cotisations de retraite complémentaire (Agirc-Arrco) est également envisagé par les partenaires sociaux, dit-il.

A cela s'ajoute le fonds de solidarité pour les TPE, budgété à hauteur de 1 milliard d'euros par mois (financé à hauteur de 750 millions par l'Etat et à hauteur de 250 millions pour les régions), puis l'indemnisation du chômage partiel pour lequel un effort de l'Etat de 5,5 milliards d'euros est prévu pour les deux prochains mois.

Lire aussi

3,9% de déficit cette année

Gérald Darmanin incite les contribuables à moduler leurs taux d'impôt si leurs revenus baissent. "L'impôt s'adapte automatiquement aux revenus et tous les contribuables peuvent modifier leur taux d'impôt à la baisse dès aujourd'hui. Quant aux indépendants, ils peuvent reporter leurs acomptes de trois mois", ajoute le ministre, qui dit réfléchir à allonger les échéances de la campagne de déclaration d'impôt sur le revenu. Une décision sur ce sujet devrait intervenir fin mars, selon lui. "Je profite de l'occasion pour souligner à quel point la réforme de l'impôt à la source va contribuer à amortir cette crise", dit-il.

En raison de la crise en question et des mesures prises par l’Etat pour lutter contre le coronavirus, le déficit public devrait grimper cette année à 3,9% du PIB. Avant l'apparition de l'épidémie, le gouvernement comptait ramener le déficit à 2,2% après 3,1% atteints l'an dernier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent