Coronavirus : n'y a-t-il aucun contrôle à Roissy pour les passagers en provenance d'Iran ?

Les vols en provenance d'Iran ne sont pas (encore) concerné par un accueil sanitaire spécifique.
Santé

À LA LOUPE – Face à la recrudescence des cas de coronavirus en Iran, des internautes s'étonnent de n'observer aucune mesure spécifique mise en place à l'accueil sur le territoire français des passagers en provenance de la République islamique d'Iran. Aéroport de Paris néglige-t-il les risques ?

L'annonce lundi du décès de 4 nouveaux patients en Iran, touchés par le coronavirus, en a fait le pays le plus mortellement touché derrière la Chine. Cela entraîne-t-il des mesures particulières dans les aéroports français, afin de prévenir le risque de contamination lié aux flux de voyageurs ? Non, si l'on en croit une journaliste de France 24, qui a partagé son étonnement dans un message posté sur Twitter. "Les voyageurs arrivant d’Iran à l’aéroport de Roissy n’ont visiblement aucun contrôle médical ni sanitaire", a-t-elle indiqué.

L'Iran n'est pas dans le viseur des autorités sanitaires

Contacté par LCI, Aéroport de Paris (ADP) explique qu'aucun contrôle sanitaire n'est mis en place à Roissy, que ce soit pour les voyageurs venus d'Iran ou d'ailleurs. En revanche, l'accent est mis sur "l'information des passagers, via des affiches ou des flyers". L'Iran, jusqu'à présent, ne figure pas parmi la liste des destinations autour desquels s'applique la plus grande vigilance. 

Lire aussi

En revanche, précise ADP, "un accueil sanitaire est mis en place depuis janvier pour les passagers en provenance de Chine". S'il n'induit pas de prises en charge obligatoires, cet accueil se caractérise par la mobilisation de membre de la Croix Rouge, qui apportent des informations aux voyageurs et les dirigent si besoin vers le service médical d'urgence. Présent tout au long de l'année, ce dernier compte près de 40 professionnels de santé et fonctionne en continu. 

L'accueil sanitaire, initialement réservé aux passagers venus de la région de Wuhan, a été progressivement étendu à mesure que l'épidémie prenait de l'ampleur. Généralisé pour les passagers venus de l'ensemble de la Chine (Macao compris), il a été appliqué de façon identique pour les vols en provenance de Singapour, et plus récemment encore pour ceux venus de Corée du Sud. La dernière zone à faire l'objet d'une vigilance renforcée est en Italie, avec deux régions visées : la Vénétie et la Lombardie. 

Des réévaluations permanentes

Aéroport de Paris souligne que les mesures spécifiques qui sont appliquées ne sont pas décidées de manière unilatérale. Elles résultent en effet de discussions avec le ministère de la Santé, qui préconise un accueil sanitaire pour les passagers arrivant de telle ou telle destination en fonction des risques potentiels. 

Le ministère confirme, et explique que les risques d'exposition sont aujourd'hui concentrés dans les zones pour lesquelles l'accueil sanitaire est déployé. Et estime ainsi que des mesures spécifiques à l'Iran ne se justifient pas pour le moment. "Une évaluation permanente est menée", note toutefois le ministère, une manière de préciser que la situation est susceptible d'évoluer rapidement. Dans l'Hexagone, ce sont les experts de Santé publique France qui sont en charge d'effectuer une veille épidémiologique et qui définissent les zones nécessitant une vigilance particulière. Ce qui n'est donc pour le moment pas le cas de l'Iran. 

En vidéo

Coronavirus : l'épidémie aux frontières de la France

Toute l'info sur

À la loupe

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent