Coronavirus : à Rome, le cœur de la "Ville Eternelle" ne bat plus

Violemment frappée par l'épidémie de coronavirus, l'Italie vit au ralenti. A Rome, tous les lieux publics sont fermés et les rues sont désertes.
Santé

A L'ARRÊT - Le coronavirus a mis l'Italie à genou. Soixante millions de personnes sont confinées chez elles, tandis que les commerces ont baissé leurs rideaux, pour tenter d'enrayer l'épidémie qui a déjà fait plus de 1.000 morts. A Rome, c'est désormais le silence qui règne dans les rues de la "Ville Eternelle".

Depuis le début de la semaine, Rome vit comme un dimanche sans fin. Il y règne un calme étrange : peu de voitures circulent, les klaxons et les deux-roues pétaradants, d'ordinaire si bruyants, se sont tus. Et depuis l'annonce, mercredi soir, de Giuseppe Conte de fermer tous les commerces non essentiels pour tenter d'endiguer l'épidémie de coronavirus, les cafés et les bars avaient gardé porte close ce jeudi, laissant les rues définitivement vides.

Résultat, la Ville éternelle, déjà abandonnée par ses nombreux touristes ayant pris la poudre d'escampette quand l'Italie est devenue le deuxième pays le plus touché au monde après la Chine, est désormais quasiment déserte. De la place du Panthéon aux abords du Colisée en passant par la Fontaine de Trévi et l'avenue des Forums impériaux, les foules ne sont plus qu'un lointain souvenir. 

Lire aussi

Et ce qui frappe tout d'abord, au-delà de la disparition des habitants, c'est surtout l'absence de vacarme, qui fait partie intégrante de l'ambiance romaine. Ainsi, un silence sépulcral règne sur la place Navone (photo ci-dessous), alors que c'est habituellement l'une des places les plus fréquentées de Rome, célèbre notamment pour sa fontaine signée du Bernin, ses cafés en terrasse et ses musiciens de rue. 

Pendant ce temps, la place du Capitole, située sur l'une des 7 collines de Rome, s'est vidée de ses touristes (photo ci-dessous). C'est pourtant l’un des lieux les plus visités de la ville, où se trouvent notamment les musées du Capitole et la sculpture légendaire de la Louve, qui fait partie intégrante de la légende de Romulus et Remus.

Et que dire de la célèbre Fontaine de Trévi (photo ci-dessous), qui suffoque habituellement sous le flot des visiteurs, et où il est de coutume de jeter une pièce de monnaie pour s'assurer de revenir dans la capitale italienne ? Plus personne ne songerait à faire ce voeu par les temps qui courent.

Idem pour la place d'Espagne, l'une des principales places piétonnes du centre historique de Rome, où il fait bon s'asseoir sur ses marches, et où les Romains aiment se donner rendez-vous. Les deux photos ci-dessous, la première prise en plein mois d'août et la deuxième ce jeudi 12 mars, y dévoilent un avant-après saisissant.

Autre lieu emblématique, le Panthéon de Rome, l'une des destinations touristiques les plus populaires de la capitale italienne, est désormais presque vide. Seules quelques silhouettes masquées s'y risquent encore, mais l'heure n'est plus à la promenade (la "passeggiata"), pourtant sport national en Italie. On limite désormais les déplacements à l'essentiel.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Ce blocage en Italie réussira-t-il à contenir l'épidémie ? Giuseppe Conte a assuré que les résultats seraient visibles dans les deux semaines.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent