"Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite" : Macron annonce 300 milliards pour l'économie

"Aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite" : Macron annonce 300 milliards pour l'économie
Santé

AIDE - Lors de son allocution, lundi 16 mars, le chef de l'Etat a promis une série de mesures économiques immédiates et concrètes, notamment pour venir en aide aux entreprises confrontées au risque de faillite.

Face au chômage technique, aux différents ralentissements de l'activité et aux restrictions demandées dans les transports, l'économie du pays va traverser ces prochaines semaines des difficultés majeures. C'est pourquoi, hors les mesures de restriction des déplacements  Emmanuel Macron a promis ce lundi soir lors de sa seconde allocution télévisée qu'"aucune entreprise ne sera livrée au risque de faillite" face à l'épidémie mondiale de coronavirus qui bouleverse le pays. 

Pour ce faire, il a annoncé des mesures de soutien économique, dont une garantie des prêts bancaires accordés aux entreprises à hauteur de 300 milliards d'euros, pour faire face à la crise : "Nous mettons en place un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien au report d'échéances bancaires (...). Celles qui font face à des difficultés n'auront rien à débourser, ni les impôts, ni les cotisations sociales ; les factures de gaz ou d'électricité ainsi que les loyers devront être suspendus. Les plus petites entreprises n'auront rien à débourser, ni pour les impôts ni pour les cotisations fiscales."

Lire aussi

Un "fonds de solidarité"

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le monde

Emmanuel Macron a également rappelé que pour les salariés, le dispositif de chômage partiel sera massivement élargi : "aucun Français ne sera laissé sans ressources, grâce au chômage partiel et grâce à un fonds de solidarité". Ce dernier, abondé par l'Etat, va être créé "pour les entrepreneurs, commerçants, artisans". 

Le chef de l'Etat a par ailleurs soutenu que "toutes les réformes en cours seraient suspendues", à commencer par celle "des retraites". "Parce que nous sommes en guerre, toute l'action du gouvernement et du parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l'épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir. C'est pourquoi, j'ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues à commencer par la réforme des retraites", a également annoncé le chef de l'Etat.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent