Des masques périmés issus des stocks nationaux sont-ils distribués ?

Avec le temps, la résistance des élastiques peut diminuer. Il faut donc se montrer vigilant avec des stocks anciens.
Santé

À LA LOUPE - Des images montrant des lots de masques périmés circulent sur les réseaux sociaux. Ils seraient issus des stocks nationaux, et inquiètent des citoyens qui craignent que leur efficacité ne soit remise en cause. Qu'en en est-il vraiment ?

Pour protéger les soignants, tous les stocks de masques sont réquisitionnés, y compris parfois les plus anciens. Sur Facebook, des publications ont fleuri, s'indignant de découvrir des lots de masques dont la date de péremption a parfois été dépassée depuis plusieurs années. 

"Merci Mr Macron pour l'aide que vous apportez !", s'emporte une internaute, mettant en avant un lot périmé depuis près de 7 ans. Dans les commentaires, les réactions varient : quand certains relativisent en estimant que cette protection très ancienne vaut toujours mieux que de ne rien porter, d'autres s'inquiètent d'un pouvoir de filtration moins important et espère que le personnel soignant n'en fera pas les frais. 

Une vigilance accrue

Contactée par LCI, la Direction générale de la Santé (DGS) ne nie pas que des masques parfois anciens puissent être exhumés des stocks nationaux. Pour autant, elle indique qu'elle ne dispose pas d’information quant au nombre de masques ayant dépassé les dates limites conseillées parmi les masques distribués ou dans les stocks nationaux. Elle précise néanmoins qu'il n'existe "aucun risque à utiliser un masque périmé", tout juste faut-il procéder à certaines vérifications avant de l'enfiler. 

Lire aussi

"Les matériaux qui composent les masques peuvent se dégrader au fil du temps", note la DGS. "C’est pourquoi il existe une date de péremption, au-delà de laquelle le masque peut être trop dégradé pour être utilisable. Cette dégradation concerne néanmoins essentiellement les élastiques qui permettent de bien placer le masque sur le visage. Si ces élastiques sont trop abîmés, le masque peut ne pas suffisamment bien tenir et ne pas fournir la protection appropriée. Les filtres restent quant à eux efficaces, bien au-delà de la date de péremption." 

Si le masque ne présente aucune fragilité au niveau de l'élastique, et que son adhérence sur le visage est satisfaisante, il n'y a donc pas de raison de s'inquiéter d'une date de péremption dépassée. Lorsque des lots de masques sont fournis, la DGS recommande de procéder à un contrôle visuel rigoureux, afin notamment de contrôler la présence éventuelle de traces suspectes ou de changements de couleur anormaux. Ceux-ci pourraient en effet dénoter de mauvaises conditions de conservation, à l'instar de ce qui a pu être observé à la Réunion, avec des masques présentant des traces de moisissure. 

La conservation d'un masque se fait dans un espace sec et ventilé, à température ambiante. Dans de telles conditions, ces matériels médicaux n'ont pas de raison de se dégrader, et peuvent ainsi être utilisés plusieurs années après une date de péremption indicative.

En vidéo

VIDÉO LCI PLAY - Le tuto pour faire son masque en tissu maison avec une couturière professionnelle

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent