Covid-19 : les 8 millions d'habitants d'Auvergne-Rhône-Alpes pourront être testés avant Noël

 Covid-19 : les 8 millions d'habitants d'Auvergne-Rhône-Alpes pourront être testés avant Noël

CONTAMINATIONS - Face à la recrudescence de l'épidémie en Auvergne-Rhône-Alpes, région la plus infectée de France, une campagne de tests à grande échelle va être lancée pour Noël. Tous les habitants devraient pouvoir se faire tester entre le 16 et le 23 décembre.

Ce sera une première en France. Une campagne massive de tests gratuits sera proposée aux huit millions d'habitants de la région Auvergne-Rhône-Alpes avant les vacances de Noël, a annoncé lundi 16 novembre le président LR de la région Laurent Wauquiez dans un entretien accordé à plusieurs journaux locaux. Un millier de lieux à travers la région vont être définis, en plus de cars déployés en milieu rural, afin de permettre à 10.000 personnes de mener cette opération non obligatoire qui devrait déboucher sur de deux à quatre millions de tests sur la période, a précisé l'ancien patron de la droite.

Cette "immense opération logistique" devrait avoir lieu entre les 16 et 23 décembre, a indiqué le président de la région, précisant qu'une première commande de deux millions de tests avait été passée. "La Slovaquie l'a fait, l'Autriche, qui compte autant d'habitants que nous, le fait. Nous avons décidé de montrer que c'était possible", a déclaré Wauquiez.

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Les dernières infos sur l'épidémie

Lire aussi

Des tests antigéniques utilisés en majorité

Dans cette région particulièrement affectée, ce dépistage vise à "protéger au maximum les aînés en détectant un maximum de contaminateurs et de mettre un coup d'arrêt à la circulation du virus", a-t-il ajouté, jugeant que "les campagnes de dépistage actuelles ne sont pas assez importantes". Les 1000 sites de dépistage, qui restent à déterminer, pourront être des pharmacies, des cabinets médicaux, des lycées et des salles polyvalentes. La région mobilisera pour l'opération des médecins libéraux, des pharmaciens, des élèves infirmiers, des pompiers et les personnels de la Croix-Rouge et de la Protection civile.

L'opération, menée avec l'Agence régionale de santé (ARS) et la CPAM utilisera en majorité des tests antigéniques. "Il y aura des PCR aussi et peut-être aussi d'autres tests qui sont en cours de labellisation", a-t-il poursuivi, indiquant que le montant de l'opération n'avait pas encore été chiffré. Vendredi, l'ARS avait annoncé le déploiement dans la région de 552.000 tests rapides antigéniques, répartis dans les douze départements, selon leur démographie et en fonction de la situation épidémiologique.

Le ministre de la Santé Olivier Véran a qualifié ce mardi 17 novembre "d'effet d'annonce" la décision de Laurent Wauquiez. Ni le directeur de l'Agence régionale de santé (ARS), ni le préfet "n'ont été informés, ni (mis) au courant", a-t-il affirmé sur BFMTV. "Ce qui est important ce n'est pas de tester les gens, c'est d'être sûr qu'une fois testés, on est capable de les mettre à l'abri pour les éviter les contaminations". 

Un pic de 7000 hospitalisations a été atteint ce week-end en Auvergne-Rhône-Alpes, région la plus touchée du territoire, ce qui a contraint les autorités à organiser plus de 100 transferts de patients vers des hôpitaux d'autres régions depuis octobre.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : le variant britannique dominant en France "entre fin février et mi-mars", selon l'Inserm

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

Plus de 75 ans, personnes fragiles... Qui peut se faire vacciner dès lundi ?

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Variants du coronavirus : faut-il désormais porter des masques FFP2 ?

Lire et commenter