Coronavirus : pourquoi une distance d'un mètre est insuffisante pour les sportifs

Coronavirus : pourquoi une distance d'un mètre est insuffisante pour les sportifs
Santé

SPORT - D'après une nouvelle étude scientifique, la distance préconisée entre deux coureurs ou cyclistes pour respecter les gestes barrières se situerait à 10 mètres. Le seul mètre recommandé jusqu'à présent ne suffisait donc pas dans cette situation.

Depuis le début du confinement, l'exercice physique en extérieur est resté autorisé et de nombreux Français se sont découverts une passion pour le jogging. Un engouement soudain qui a parfois entraîné des files de coureurs les uns derrière les autres, notamment à Paris. Une situation contraire aux règles de distanciation sociale préconisée pour contenir la propagation du coronavirus. 

Car la pratique de la course à pied, les uns souvent collés aux autres, représenterait un vrai risque dans la transmission du coronavirus. D'après les conclusions de la dernière étude menée conjointement par l'Université catholique de Louvain (Belgique) et l'Université de technologie d'Eindhoven (Pays-Bas), la distance minimum recommandée entre deux sportifs serait plutôt de 10 mètres. Explications. 

Une distance recommandée de 5 à 10 mètres

La distance sociale d'un mètre "a été définie pour les personnes immobiles. C'est ne pas prendre en compte les effets aérodynamiques introduits par le mouvement des personnes, tels que la marche rapide, la course et cyclisme", précise l'étude. Une différence qu'explique sur le plateau de LCI le Dr. Jérôme Marty. "Quand vous courez, vous avez une respiration qui est accélérée. Vous allez excréter beaucoup plus que si vous êtes au repos. Donc vous allez créer un 'nuage' qui est beaucoup plus important que lorsque vous ne courez pas. Et comme vous vous déplacez très vite, ce nuage a tendance à rester derrière vous." On comprend donc que la pratique sportive favorise donc un risque plus grand de propagation du virus.

Les chercheurs belges et néerlandais ont travaillé sur des simulations utilisées normalement pour augmenter la performance des athlètes de haut niveau. L’équipe a testé des courses entre 4 et 14 km/h. Résultat : pour minimiser les risques de contamination, il est préconisé de maintenir une distance de 4 ou 5 mètres avec les sportifs qui se trouveraient devant eux. A vélo, cette distance de sécurité sanitaire est estimée à 10 mètres si on roule doucement et jusqu'à 20 mètres pour une vitesse élevée.

Les scientifiques rappellent toutefois que ces résultats ont été modélisés avec une absence de vent. Un souffle dans un parc, même léger, minimisera le risque. L'inquiétude, si elles rouvrent le 11 mai, pourrait donc se porter sur les salles de sport, des lieux clos et où les personnes transpirent et respirent en même temps.

Une situation identique dans les enceintes sportives

"C’est la même chose dans un stade si vous avez au même moment 10.000 personnes qui chantent fort ou qui crient, elle aérosolisent aussi", précise le Dr. Jérôme Marty. Pour l'heure, le ministère des Sports planche actuellement sur le déconfinement et de reprise des activités sportives. Si les entraînements devraient reprendre dès le 11 mai, les compétitions, elles, sont toujours suspendues. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent