Covid-19 : la situation sanitaire se dégrade en Guyane, tous les indicateurs virent au rouge

Covid : les voyants au rouge en Guyane

CRISE SANITAIRE - La quatrième vague ne faiblit pas en Guyane, et le nombre de cas est même reparti à la hausse, tout comme les hospitalisations et les soins critiques. Il s'agit du territoire français le moins vacciné.

Malgré une baisse début septembre et le couvre-feu imposé, la quatrième vague repart de plus belle en Guyane. Selon le dernier point épidémiologique hebdomadaire de Santé publique France, publié jeudi 23 septembre, tous les indicateurs virent au rouge. En effet, "le taux d'incidence régional est reparti à la hausse à un niveau élevé, avec 496 cas pour 100.000 habitants", prévient l'agence sanitaire. À titre de comparaison, il était de 421 une semaine plus tôt. "Le R effectif est de 1,12, traduisant cette hausse."

"Jamais la Guyane n’avait enregistré autant de décès et d’admissions en réanimation" depuis le début de l'épidémie de Covid-19, alerte même Santé publique France.

Toute l'info sur

Variant Delta : la France face à une quatrième vague

La semaine dernière, 1442 personnes ont été testées positives dans la région, l'immense majorité au variant Delta. Le taux de positivité des tests explose lui aussi : il est désormais fixé à 14% (contre 1,4% pour la moyenne nationale), son plus haut niveau depuis... l'été 2020. Si la hausse des contaminations reste "limitée pour l'île de Cayenne (+5%)", elle est, en revanche, beaucoup plus marquée à l'ouest : +68% en une semaine.

À l'hôpital, près d'un patient sur dix a moins de 20 ans

Forcément, cette hausse des cas a des répercussions sur les services de soins. "Une stabilisation à un haut niveau s'observe dans les données hospitalières, avec 109 hospitalisations tous services confondus enregistrées contre 114 hospitalisations" la semaine dernière, note Santé publique France. "Ce niveau correspond au pic observé en troisième vague, mais reste inférieur à celui de la première vague."

Lire aussi

Chez les enfants et les adolescents, les hospitalisations bondissent. "Une hausse des hospitalisations en pédiatrie est remarquable depuis trois semaines", avertit l'agence sanitaire. "Les moins de 20 ans représentent 9% des admissions à l'hôpital, le double de ce qui avait été observé lors de la troisième vague."

La couverture vaccinale la plus faible de France

En soins intensifs aussi, la situation s'aggrave. Elle atteint même un niveau inédit. "Les admissions en réanimation sont en forte hausse, avec 26 admissions en réanimation, contre 16" la semaine dernière, poursuit Santé publique France. "Ce niveau d'admissions n'a été connu qu'au pic de la première vague, et il est dépassé." En outre, quinze décès ont été enregistrés en une semaine en Guyane. Pour l'agence sanitaire, il s'agit de l'un des "plus mauvais bilans" depuis le début de la pandémie.

Un aspect peut expliquer la nouvelle augmentation des indicateurs : la couverture vaccinale, qualifiée de "très limitée" par Santé publique France. En effet, le taux de vaccination (schéma complet) s'élève à 22,3%, contre plus de 71% au niveau national. Selon l'agence sanitaire, les personnes vaccinées correspondent à moins d'1% de tous les cas hospitalisés depuis janvier.

En outre, seule "une personne sur trois souffrant d'une pathologie chronique est complètement vaccinée", et cette proportion, "insuffisante pour protéger ces personnes dont le risque de développer une forme sévère est plus élevé", n'augmente quasiment plus. La Guyane demeure toujours la région française la moins vaccinée, avec la Guadeloupe. Le ministre des Outre-mer, Sébastien Lecornu, est attendu sur place ce vendredi, pour un déplacement programmé jusqu'au 28 septembre.

Sur le même sujet

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.