Le chômage partiel sera indemnisé jusqu'à 4,5 fois le Smic, indique le ministère du Travail

Coronavirus : 2 millions de salariés en chômage partiel dès lundi
Santé

Toute L'info sur

Coronavirus : comment bien occuper son temps en période de confinement

EMPLOI - Pour suppléer les salaires versés en dépit de l'absence de travail, forcée par l'épidémie de coronavirus, les entreprises auront un délai de 30 jours pour déposer leur demande, qui sera rétroactive, a indiqué le ministère du Travail lundi 16 mars.

Le gouvernement affine le dispositif de chômage partiel : il ouvrira 100% des versements aux entreprises dans la limite de 4,5 Smic en vertu d'un décret qui sera pris prochainement, selon un communiqué du ministère du Travail. Les entreprises auront un délai de 30 jours pour déposer leur demande, qui sera rétroactive, a encore précisé le ministère lundi.

Il faut dire que Muriel Pénicaud avait dit ce dimanche soir que la demande serait valable à compter du jour où elle était faite mais le site internet n'a pas tenu devant l'"afflux" de demandes, ce lundi matin, et il n'était plus accessible, d'où ce délai. Le site internet est d'ailleurs fermé jusqu'à mardi matin.

Lire aussi

Un système similaire pour les employées à domicile

"Un décret sera donc pris dans les tous prochains jours pour réformer le dispositif d'activité partielle, afin de couvrir 100% des indemnisations versées aux salariés par les entreprises, dans la limite de 4,5 Smic", est-il précisé. Au-delà de 4,5 Smic, la différence est à la charge de l'entreprise.

Le chômage partiel, qui indemnise le salarié à hauteur de 70% du salaire brut et 84% du salaire net, n'était auparavant pris en charge par l'Etat qu'à hauteur du Smic. Le ministre de l'Economie s'était dit ouvert à un "déplafonnement". C'est bien le chômage partiel, et non la totalité de la rémunération du salarié, qui sera pris en charge à 100% par l'Etat.

Le ministère a annoncé ce lundi également la mise en place d'un "système similaire au chômage partiel" pour les personnes employées à domicile (assistantes maternelles, femmes de ménage...) qui n'ont plus de travail ou en ont moins. Les employeurs continueront de les rémunérer à hauteur de 80% de leur salaire habituel et ils se feront ensuite rembourser, via le Cesu. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent