Masques chirurgicaux à 95 centimes : supermarchés, pharmacies... Comment se les procurer

Masques chirurgicaux à 95 centimes : supermarchés, pharmacies... Comment se les procurer
Santé

PROTECTION - Alors que le prix du masque chirurgical a été plafonné à 95 centimes, de nombreuses grandes surface vont en vendre dès ce lundi 4 mai. Voici comment se procurer ces masques qui seront obligatoires notamment dans certains transports en commun.

Après la pénurie en début d'épidémie suivie d'un arrêté interdisant leurs ventes, les masques chirurgicaux font leur grand retour dans les commerces. Vendus au prix maximum de 95 centimes d'euros, ils seront disponibles dès ce lundi 4 mai afin de préparer le déconfinement. Mais contrairement au masque "grand public", ce produit jetable ne sera pas vendu partout. Alors où en trouver et à quel prix ? Nous avons fait le point.

Disponibles seulement en caisse

Le ministère de l'Economie a annoncé dès mercredi que la grande distribution alimentaire allait "progressivement" mettre en vente, dans des magasins et drive, des masques chirurgicaux. Vendus dès ce lundi, "avec des approvisionnements qui

monteront en puissance après le 11 mai", Bercy précise dans un communiqué qu'ils seront proposés dans les magasins Auchan, Aldi, Carrefour, Colruyt, Cora, Groupe Casino, Intermarché, Leclerc, Lidl, Netto, Supermarché Match et Système U. Cependant, comme le souligne auprès de LCI la Fédération du Commerce et de la Distribution, il appartiendra à "chaque enseigne de mettre en place le dispositif qui lui semble le plus adapté". 

Lire aussi

Ainsi, chez Carrefour ou chez Leclerc, vous ne pourrez pas trouver ces protections jetables en rayon. Et pour cause, afin "d'organiser une distribution responsable", elles ne pourront être achetées qu'en caisse. C'est en tout cas ce que nous explique l'enseigne, qui mettra en vente des lots de cinq ou dix directement en caisse. "On rationnera : le client ne pourra pas acheter plus de deux lots à la fois." Au total, 10 millions de produits de ce type seront vendus "dans un premier temps", puis 75 millions. Les centres Leclerc quant à eux nous disent avoir "sécurisé 170 millions de masques jetables ou réutilisables", sans préciser la part pour chacun, qui seront proposés à l'accueil ou aux caisses suivant "un protocole, un endroit et un personnel dédié". 

Cette technique, c'est aussi celle choisie par les magasins Système U qui possèdent "actuellement entre 10 et 15 millions de masques", selon son porte-parole, qui certifie que les stocks seront "constitués progressivement". Cependant, il n'y a aucun moyen de rationner par personne mais uniquement par passage. C'est pourquoi, auprès de LCI, Thierry Desouches lance un appel "aux citoyens". "Il ne faut pas se précipiter et faire comme avec les nouilles!". Priant chacun d'être "raisonnable et responsable", il avance "qu'il y en aura pour tout le monde si chacun prend la quantité dont il a effectivement besoin". 

Lire aussi

Vendus uniquement sur réservation

C'est pour éviter un tel scénario que d'autres enseignes ont fait le choix de la mise à disposition par réservation uniquement aux "clients fidèles". Ainsi, ni chez Intermarché et ni chez Netto, les quelques 90 millions de masques ne seront disponibles en rayon. Seuls les clients porteurs de carte de fidélité seront contactés par e-mail et "interrogés sur leur volonté, ou non, de bénéficier de cette offre", comme l'annonce l'enseigne. "S'ils sont intéressés, ils recevront un bon de réservation à usage unique, leur permettant de venir retirer à l’accueil de leur point de vente une boîte de 50 masques chirurgicaux. Pour faciliter la mise à disposition, le retrait se fera sur inscription à un créneau horaire défini", précise-t-elle dans un communiqué. Les autres clients ne pourront réserver ces boîtes qu'à partir du lundi 4 mai sur les sites des magasins. 

Toutes les enseignes nous certifient que les masques seront vendus "à prix coûtants", soit moins de 60 centimes l'unité. 

Pharmacies

Jusque-là interdites de vendre des masques chirurgicaux au grand public sans ordonnance, les pharmacies devraient elles aussi s'y mettre. Car l'annonce d'un accord entre Bercy et les grandes surfaces a fait l'effet d'un électrochoc pour ces officines. Elles qui réservaient cette denrée rare à des publics ciblés comme décrété par le gouvernement. C'est pourquoi l'Ordre des pharmaciens, ainsi que plusieurs les syndicats ont invité mercredi dans un communiqué commun les professionnels du secteur "à vendre les masques chirurgicaux de leur propre stock avec discernement, en les délivrant en priorité aux personnes fragiles ou à risque". 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

"C'est une décision logique. Nous ne pouvions pas continuer à refuser de vendre des masques aux gens, alors qu'ils vont en trouver à l'hypermarché en faisant leur courses", a ainsi plaidé à l'AFP Gilles Bonnefond, président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine. Quoi qu'il en soit et quelle que soit la plateforme ou le lieu, si vous trouvez un masque chirurgical à plus de 95 centimes, non seulement c'est une arnaque mais c'est aussi un produit qui ne respecte pas les consignes des autorités. Vous pouvez dès lors le signaler sur la plateforme SignalConso.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent