Coronavirus : comment font les pays qui ont rendu le port du masque obligatoire pour tous ?

Le port des masques désormais obligatoire dans plusieurs villes
Santé

MASQUÉS - Les autorités de santé semblent avoir changé de doctrine quant au port du masque en France, finalement recommandé pour tous et pas uniquement pour les malades et les soignants. Au point que certaines communes s'apprêtent à les rendre obligatoires. De nombreux pays l'ont déjà fait.

Allons nous tous désormais sortir masqués ? L'Académie de médecine recommande dans un communiqué le port obligatoire du masque pendant et après le confinement pour lutter contre le coronavirus et la doctrine des autorités en la matière semble elle aussi avoir évolué (voir la vidéo ci dessous).  Dans de nombreux autres pays, les consignes ont évolué ces derniers jours quant au port du masque. Et certains l'ont même rendu obligatoire. Un cap que la France ne semble pas encore prête à franchir. Du moins au niveau national. En effet, plusieurs communes ont d'ores et déjà annoncé leur intention d'obliger le port de ces masques.

Lire aussi

Voici quelques exemples en Europe et en Asie où le port du masque est désormais obligatoire, chacun adoptant une approche différente pour sa mise en place.  

Maintien du confinement et port du masque en Lombardie

Le président de la région de Lombardie en Italie, Attilio Fontana, a décidé de prolonger le confinement jusqu'au 13 avril. Mais une nouvelle ordonnance oblige désormais toute personne de se protéger le nez et la bouche lors des sorties, au moyen d’un masque ou d’un foulard. Les commerces alimentaires autorisés à exercer doivent fournir du gel et des gants. 

Sur sa page Facebook, Attilio Fontana demande aux Lombards de ne pas relâcher leurs efforts. "Ces semaines de sacrifices donnent, ces derniers jours, les résultats escomptés. Continuons. Il est temps de tenir bon, d'augmenter la prudence, de maintenir les comportements respectueux." La région de Lombardie est la plus touchée par le Covid-19 en Italie. 

Masque obligatoire et deux mètres de distance en Slovaquie

Si le port du masque a été dans un premier temps seulement conseillé par le gouvernement slovaque, le Premier ministre Igor Matovič le rend finalement obligatoire lors des sorties hors-domicile pour l'ensemble de la population. La distance minimum à observer entre deux individus passe à deux mètres et la prise de température est obligatoire avant d'entrer dans les hôpitaux, commerces et entreprises encore ouverts. 

La République tchèque compte sur l'entraide entre ses habitants

Pour que toute la population tchèque soit protégée, les autorités encouragent la confection maison de masques. Les pharmacies fournissent les modèles chirurgicaux uniquement aux professionnels de la santé. Un site internet créé spécialement pour l'occasion, Damerousky.cz, propose une carte interactive du pays qui permet de mettre en contact ceux qui se proposent de fabriquer des masques avec ceux qui en ont besoin, comme on peut le voir sur l'image ci-dessous. 

Le Premier ministre Andrej Babiš a même exhorté le président Donald Trump dans un tweet à adopter cette stratégie aux États-Unis. "Monsieur le Président, essayez de lutter contre le virus 'à la Tchèque'. Le port d'un simple masque en tissu diminue la propagation du virus de 80% ! La République tchèque a rendu OBLIGATOIRE pour ses citoyens de porter un masque en public. S'il vous plait retweetez. Que Dieu bénisse l'Amérique !" Donald Trump a fini par transmettre le conseil aux Américains.

En Autriche, la distribution assurée par les supermarchés et pharmacies

Sur son compte Twitter, Sebastian Kurz le chancelier d'Autriche a prévenu. "Il est clair que le port de masques est un grand changement, mais il est nécessaire de réduire davantage la propagation." Comme chez leurs voisins tchèques, les Autrichiens sont invités à s'équiper d'une "protection bouche-nez" pour reprendre les mots du Chancelier. "Ce n'est pas un masque de protection comme pour le personnel médical," précise-t-il. 

Depuis le lundi 6 avril, les chaînes de supermarchés et les pharmacies doivent donner gratuitement à chaque client un masque bouche-nez avant d'entrer, sauf si les clients apportent déjà le leur. Seul inconnu en Autriche : le coût. Le gouvernement n'a pas précisé s'il prendra en charge l'achat des masques par les magasins et les officines. 

Taïwan, le port du masque nécessaire pour se déplacer

Avec seulement cinq décès recensés du Covid-19 dans un pays de 23 millions d'habitants, Taïwan est sans doute le meilleur exemple de lutte contre l'épidémie : le port du masque est depuis longtemps entré dans les moeurs, une quatorzaine est imposée aux personnes suspectées d'être malades et à celles revenant de l'étranger, enfin, l'accès aux tests est très facile. 

Mais le pays ne diminue pas sa vigilance. Le ministre des Transports et des Communications Lin Chia-lung a annoncé, qu'à partir du 1er avril, tous les passagers des trains et des bus interurbains doivent s'équiper des masques, tandis que les contrôles de température sont mis en œuvre dans les gares, aéroports et ports du pays. Les personnes avec plus de 38° C de température ne peuvent se déplacer. 

Distribution très organisée en Corée du Sud

Au Pays du matin calme, les Coréens gardent leur sang-froid face à l'épidémie et respectent les consignes. Dès le début de l'année, les Coréens se sont équipés de masques, y compris lors de parades traditionnelles, comme on peut le voir sur cette photographie datant du 20 janvier. 

Chaque habitant a le droit à deux masques par semaine qu'il récupère en pharmacie. Pour éviter la cohue, le jour de distribution varie en fonction du dernier chiffre de son année de naissance. En plus des mesures propres au personnel soignant, le ministère de l'Emploi et du Travail va également distribuer 3,65 millions de masques aux chauffeurs de taxi, livreurs et conducteurs de bus. Les pêcheurs, contraints à la proximité sur leur navire, recevront eux 200.000 masques. 

Lourde peine en Ouzbékistan pour les sorties sans masques

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

Dès le dimanche 29 mars, l'Ouzbékistan a ordonné à toutes les entreprises de la capitale Tachkent de passer au télétravail et a rendu les masques de protection obligatoires dans toutes les grandes villes afin de prévenir la propagation du Covid-19. 

Les autorités ne plaisantent pas avec ces nouvelles règles sanitaires. Une personne qui enfreint la quarantaine peut être condamnée à une peine pouvant aller jusqu'à 10 ans de prison et les personnes apparaissant en public sans masque encourent des amendes pouvant atteindre 1,1 million de Sum (environ 105 euros), soit le double du salaire minimum. De quoi dissuader les contrevenants. 

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent