Entre concerts et carnavals clandestins, la fronde flambe aussi en France

Entre concerts et carnavals clandestins, la fronde flambe aussi en France

FRONDE - Annecy, Marseille, Sète, Libourne... Les manifestations publiques défiant les restrictions sanitaires se sont multipliées ces derniers jours en France, sur fond de lassitude dans la population.

Depuis une dizaine de jours, un vent de contestation souffle sur la France. Comme leurs voisins Danois et Belges, avant eux, certains Français manifestent publiquement leur lassitude face aux restrictions sanitaires, bravant par la même occasion toutes mesures de distanciation sociale et les interdictions de rassemblement. 

Dimanche 21 mars, plusieurs centaines de manifestants s’étaient réunies pour une "marche des libertés" colorée, au nom du droit de refuser le masque, le confinement et les vaccins, aux jardins de l’Europe à Annecy. Au même moment, 6500 personnes défilaient dans les rues de Marseille pour fêter Carnaval, beaucoup sans masque ni respect des gestes barrières. À plus petite échelle, ils étaient 400 à Rezé près de Nantes et plus de 200 à Sète ce dimanche pour célébrer l'événement. 

Toute l'info sur

La France retrouve le confinement

Et il n'y a pas que le carnaval. Ce mois-ci, le groupe HK et les Saltimbanks, initiateur de l'hymne anti-restriction "Danser encore", a fait plusieurs performances en plein air dans différentes villes de France comme Libourne et Chambéry, réunissant jusqu'à 2000 personnes sur la place du marché aux Vans, en Ardèche. 

Leur chanson a d'ailleurs été reprise par des soignants du collectif Inter-hôpitaux de Rennes et leurs collègues de Nice, sous le titre "Soigner encore" pour défendre l’hôpital public et dénoncer le manque de moyens alloués à l'hôpital public. Plusieurs personnalités dont Pierre Perret, Corinne Masiero, Guillaume Meurice et Yvan Le Bolloc’h ont participé au clip. Ce lundi 29 mars, la vidéo avait été vue plus de 84.000 fois sur YouTube et 200 000 fois sur le compte Facebook du chanteur HK. 

En Europe, les manifestations anti-restrictions se multiplient, au Danemark, en Belgique, en Irlande, en Allemagne, en Autriche. Et en France, la hausse des rassemblements coïncident plus ou moins avec les nouvelles mesures de confinement locaux, annoncées au mois de mars.  

Le carnaval de Marseille, comme celui de Sète et de Rezé, ont été publiquement condamnés par les autorités locales et nationales qui ont dénoncé des comportements "irresponsables" et "égoïstes". À Marseille, 9 personnes ont été interpellées et plusieurs dizaines de personnes ont été verbalisées. Ce week-end encore, plusieurs rassemblements festifs ont été sanctionnés dans les Bouches-du-Rhône, donnant lieu à 112 verbalisations. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Tensions au Proche-Orient : des soldats israéliens pénètrent dans la bande de Gaza

Covid-19 : les cas de variant indien en légère hausse en France

Traque dans les Cévennes : paranoïaque, passionné d'armes... l'inquiétant profil du fugitif

En Israël, un climat insurrectionnel qui inquiète au plus au point

EN DIRECT - Covid-19 : la Guyane reconfinée jusqu'au 30 mai face à la flambée de l'épidémie

Lire et commenter

LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies. > En savoir plus.