Variants : "Les contaminations vont inexorablement monter", estime le Pr. Gilbert Deray

Variants : "Les contaminations vont inexorablement monter", estime le Pr. Gilbert Deray

INTERVIEW - Invité de LCI ce vendredi 19 février, le Pr. Gilbert Deray, chef du service de néphrologie à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, fait par de ses craintes pour les prochaines semaines. "Je vois les variants monter", assure-t-il.

"On peut que, dans les prochaines semaines, les prochains mois, on puisse alléger les restrictions". De passage sur France 2, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a laissé entrevoir la lueur au bout du tunnel aux Français après des mois de restrictions. Un optimisme que nuance le Pr. Gilbert Deray. "L'optimisme fait partie de l'acte sanitaire. Il faut toujours chercher une voie de sortie. Le plus important, c'est de dire les choses telles qu'elles sont. On vous dit 'peut-être que', et en plus on vous dit 'dans des semaines ou des mois'. Pourquoi pas dans des années. (...) Il faut qu'on se calme un peu, il faut dézoomer", a estimé le chef du service de néphrologie à l'hôpital de la Pitié Salpêtrière à Paris, invité de LCI ce vendredi 19 février.

"On est sur un plateau depuis des semaines. On a réussi à faire en sorte que ça n'explose pas. Est-ce que c'est dû aux restrictions, est-ce que c'est la vie naturelle du virus ? Je ne sais pas, mais on est sur un plateau élevé" avec 20.000 à 25.000 nouvelles contaminations quotidiennes. "Ce n'est pas bien, ce n'est pas bon pour le pays", a-t-il assuré. "On a oublié l'objectif, c'était moins de 5000. Il y a quelques mois, c'était moins de 3000. Le zéro virus, c'est moins de 600 par jour. On est loin, loin. Ce plateau haut n'est pas satisfaisant. Imaginer que les mesures soient levées avec un plateau comme ça, c'est totalement illusoire."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France fait-elle les bons choix face au virus ?

Les dernières informations sur l'épidémie

Par ailleurs, la menace d'une hausse des contaminations liée aux variants est réelle. "À la question, est-ce qu'il peut y avoir une exponentielle dans quelques jours, quelques semaines ? Oui. Est-ce que l'on est sûr ? Non. Est-ce qu'on est inquiet des variants qui pourraient la mettre en place ? Oui", a affirmé le Pr. Gilbert Deray. "Mon avis est qu'il est probable que (le nombre de contaminations) monte. Est-ce que j'en suis sûr ? Non. (...) Je vois les variants monter. On est à 36% du variant anglais, qui est beaucoup plus contagieux. On est à 5% des variants brésilien et sud-africain, surtout brésilien. Inexorablement, ça va monter. On est à 50% en Île-de-France. Ils sont plus contagieux. Là où ils sont plus contagieux, logiquement la contamination va monter."

Lire aussi

En choisissant une voie intermédiaire au confinement, la France "n'a pas bien fait", a jugé le Pr. Gilbert Deray. "On n'a pas confiné. On a préféré plateau très long à confinement court du pays", a rappelé le médecin à la Pitié Salpêtrière. "C'est là qu'est la vraie discussion. Est-ce qu'il aurait mieux fallu, comme en Italie en décembre, fermer le pays pour quatre à six semaines et remettre les compteurs à zéro pour mieux redémarrer ou faire comme on l'a fait là ? Ma conviction, c'est qu'on n'a pas bien fait. (...) Je ne suis pas un confineur dans l'âme", a-t-il précisé. "Finalement, le choix est entre ce qu'on a là (le couvre-feu à 18h), et un peu plus (le confinement). Mais est-ce que c'est mieux ce qu'on a là pendant six mois ou court pendant un mois ?"

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : au moins 220.000 personnes vaccinées ce samedi en France, annonce Olivier Véran

Patrick J. Adams, le mari de Meghan dans "Suits", dénonce l'attitude "obscène" de Buckingham

Affaire des "écoutes" : après Nicolas Sarkozy, le Parquet national financier fait appel de la décision

"Le succès attire la rage" : le rappeur The Vivi répond à son éviction de "The Voice" en musique

Comportement, climat, géographie... pourquoi les chiffres du Covid font-ils le yoyo d'une région à une autre ?

Lire et commenter