Coronavirus : vers un vaccin en "février ou mars 2021" ?

Coronavirus : vers un vaccin en "février ou mars 2021" ?
Santé

RECHERCHE - Partout dans le monde, les scientifiques travaillent d'arrache-pied pour trouver rapidement un vaccin permettant d'endiguer la pandémie de coronavirus. En France, les chercheurs de l'institut Pasteur espèrent trouver un remède dès le début de l'année prochaine.

Quand la pandémie de coronavirus pourra-t-elle totalement disparaître de la planète ? Si les scientifiques ne peuvent pas répondre à cette question, il paraît désormais évident que le Covid-19 ne sera pas tout de suite endigué. En France, l'exécutif prépare même la population à "vivre avec", comme l'a régulièrement évoqué le Premier ministre, lors de sa conférence de presse, dimanche 19 avril.

Pour l'heure, aucun traitement fiable n'a encore été trouvé pour combattre les symptômes de la maladie, et la stratégie de l'immunité collective semble désormais être abandonnée, tant les incertitudes demeurent sur la production, la durée de vie et l'efficacité des anticorps dans l'organisme des personnes contaminées.

Lire aussi

Le vaccin, la solution à plus long terme

Dès lors, pour endiguer la pandémie qui a déjà causé la mort de plus de 165.000 personnes sur la planète, tous les regards se tournent vers un vaccin. Mais les experts ont déjà averti : la stratégie vaccinale prendra du temps. Pourtant, partout dans le monde, les scientifiques travaillent à son élaboration. Et les premiers résultats pourraient arriver d'ici quelques mois, notamment en Chine, pour qui l'épidémie a démarré en décembre dernier. "Deux projets de vaccins chinois sont très avancés et déjà en phase d'essais cliniques", indique à LCI Frédéric Tangy, chercheur du CNRS affecté au laboratoire d'innovation vaccinale de l'institut Pasteur. "L'un deux sera peut-être sur le marché avant la fin de l'année 2020, d'ici la fin de l'automne."

Lire aussi

Toutefois, il y a peu de chances que les Européens puissent bénéficier de ce premier vaccin à sortir des laboratoires. "Les vaccins chinois ne sont jamais autorisés en Europe", rappelle Frédéric Tangy. "En général, les produits chinois ne sont pas autorisés car les niveaux de qualification de l'agence chinoise du médicament ne correspondent pas à ceux de l'agence européenne de médecine."

En France, des essais cliniques dès le mois de juillet

Pour les Français, il faudra donc attendre encore un peu. En Europe comme aux États-Unis, le nombre de candidats explose. En France, Sanofi a récemment annoncé s'allier avec la multinationale britannique GSK pour "développer un vaccin contre le Covid-19". De son côté, l'institut Pasteur travaille également à son élaboration, et les recherches avancent. "Nous allons démarrer des essais cliniques en juillet", annonce même Frédéric Tangy.

En vidéo

Covid-19 : où en sont les recherches sur les vaccins et les traitements ?

Ce dimanche, le Premier ministre Édouard Philippe a évoqué l'échéance de "mi-2021" pour l'arrivée du vaccin. À l'institut Pasteur, les chercheurs sont même un peu plus optimistes. "Si tout va bien entre la phase 1 et la phase 2 qui va suivre, et si l'épidémie est toujours là, il y aura probablement une autorisation temporaire de mise sur le marché en février ou mars 2021", indique le chercheur à LCI. "Il y a des tas de candidats en cours de développement, mais nous ne pouvons pas aller plus vite que cela."

Un vaccin contre la rougeole, piste privilégiée

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Plusieurs vaccins sont à l'étude, dont un capable de résister aux éventuelles mutations du virus, mais c'est la piste du vaccin contre la rougeole qui est la plus avancée. "Nous travaillons notamment sur un vaccin de la rougeole modifié", explique ce lundi au Parisien Christophe d'Enfert, professeur à l'institut Pasteur. "Les travaux consistent à modifier son génome pour qu'il produise une protéine de coronavirus et permette de nous en protéger."

"C'est un vaccin utilisé depuis 40 ans chez l'Homme, qui fonctionne très bien, est parfaitement sûr et n'a jamais donné d'effets secondaires", poursuit Frédéric Tangy. "C'est notre stratégie privilégiée, financée par le Cepi (la coalition pour les innovations en matière de préparation aux épidémies, ndlr), et l'essai clinique qui démarrera en juillet portera sur ce vaccin." De quoi apporter de l'espoir dans la lutte contre le Covid-19.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent