Quels tests sérologiques sont fiables pour dépister le virus ? Le gouvernement publie sa liste des 23

L'Institut Pasteur a retenu une trentaine de tests fiables sur les 91 existants. Qu'est-ce que cela implique concrètement ?
Santé

CORONAVIRUS - Ces tests, censés permettre de "connaître son état d'immunité", ne sont pas tous fiables. Sur son site, le ministère de la Santé publie une liste validée par le Centre national de référence.

Nombreux sont les Français qui, ces derniers jours, ont tenté de se faire tester en laboratoire, pour déterminer, via une prise de sang, s'ils ont développé, ou non, des anticorps à même de les protéger, ne serait-ce que temporairement, d'une contamination au Covid-19. Souvent en vain. La faute à une fiabilité jugée inégale par les autorités sanitaires. En conséquence de quoi, le ministère de la Santé a publié, jeudi 21 mai, sur son site Internet, une liste de tests sérologiques fiables.

Des évaluations toujours en cours

Ils sont, pour l'heure, au nombre de 23, sur la trentaine ayant été examinés par le Centre national de référence. Mais la liste a vocation à s'étoffer dans les prochains jours, d'autres évaluations étant toujours en cours. Concrètement, vous n'avez qu'à cliquer sur ce lien, choisir "sérologie automatisée" (au nombre de 7) ou "tests rapides" (au nombre de 16) dans l'onglet "type de test", puis vérifier si les tests apparaissant correspondent à ceux du laboratoire de biologie près de chez vous.

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Suivez les dernières informations sur le déconfinementRegardez jusqu'où vous pouvez vous déplacer sans attestation avant le 2 juin

Rappelons cependant que ces tests sérologiques se distinguent des tests virologiques, ou PCR, qui permettent, eux, de dire si un malade est infecté au moment où on les réalise. Que ces tests seront disponibles pour le personnel soignant "à l'hôpital, en Ehpad, en établissement médico-social" mais "également en ville", à partir de la semaine prochaine, dixit Olivier Véran, le ministre de la Santé. Que le gouvernement doit encore clarifier qui d'autre pourra en bénéficier. Qu'ils doivent être prescrits par un médecin et remboursés par la Sécurité sociale. Et qu'à ce jour, rien ne permet d'avancer avec certitude que les personnes ayant développé des anticorps soient prémunies contre une seconde infection.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent