Un épidémiologiste réclame 10.000 euros d'amende pour les jeunes qui "font des fêtes"

Un épidémiologiste réclame 10.000 euros d'amende pour les jeunes qui "font des fêtes"

DISSUASIF - Sur LCI, l'épidémiologiste Martin Blachier réclame une forte hausse du montant des amendes notamment pour les participants à des fêtes non autorisées. D'autres pays comme le Royaume-Uni ou l'Australie ont déjà fait de même.

Tantôt accusée d'être une "génération irresponsable" en négligeant les gestes barrières et les règles imposées par le gouvernement, tantôt remerciée pour tous les sacrifices accordés, le rôle de la jeunesse dans la lutte contre le Covid-19 divise en cette période de pandémie. L'épidémiologiste Martin Blachier, lui, réclame une sévérité beaucoup plus grande. Interviewé par LCI ce mercredi, le spécialiste en santé publique a réclamé des amendes de 10.000 euros notamment à destination "des jeunes qui font des fêtes alors que ce n'est pas autorisé".

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Les dernières infos sur l'épidémie

Lire aussi

L'épidémiologiste était appelé à réagir sur les propos de la responsable des situations d’urgence à l’OMS-Europe Catherine Smallwood, qui soutient dans les colonnes du Parisien ce mercredi que "le virus est avec nous pour toujours". Face à cette affirmation, il estime capital de "trouver une stratégie de sortie de confinement" qui passe par un "plan 'population vulnérable'". 

Pour ce faire, Martin Blachier est catégorique : il faut des mesures beaucoup plus dures. "Il faut des règles assez strictes sur la population plus jeune, qui devra se déconfiner pour reprendre une activité économique. Il va falloir être beaucoup plus dur", assure-t-il. Et de préciser : "C'est-à-dire que des jeunes qui font des fêtes alors que ce n'est pas autorisé, ce n'est pas 150 euros d'amende, il faut leur mettre 10.000 euros d'amende. C'est ce qu'ils font dans les pays où ça fonctionne", citant notamment l'exemple de l'Australie. Face au non-respect de l'obligation de rester chez elles par des centaines de personnes, le pays a annoncé début août tripler le montant des amendes. Les récidivistes s’exposent désormais à une amende de 5.000 dollars australiens (3.030 euros), contre 1.652 AUD auparavant. Cet été, des fêtards australiens se sont d'autre part vus contraints de payer chacun une amende d’environ 1.000€. La note totale de la soirée est ainsi revenue à 26.000 dollars, soit près de 16.000€.

Au Royaume-Uni, la politique de dissuasion est aussi de mise. Ceux qui ne  respectent pas l'auto-confinement réclamé par le gouvernement en cas de contamination au coronavirus risquent une amende de 1000 livres sterling (1090 euros) et les récidivistes de 10.000 livres sterling (11.000 euros).

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Vaccin : l'ARS Île-de-France "utilise toutes les doses disponibles"

CARTE - Covid-19 : quelle est la situation épidémique dans votre département ?

Fin du "Muslim ban", retour dans l'accord de Paris... ce que Joe Biden fera dès son investiture

L'acteur Jean-Pierre Bacri est mort à l'âge de 69 ans

Donald Trump quittera-t-il la Maison-Blanche avec les honneurs militaires ?

Lire et commenter