Une distinction pour les soignants ? "On nous propose une espèce de médaille en chocolat"

Une distinction pour les soignants ? "On nous propose une espèce de médaille en chocolat"
Santé

PANDÉMIE - La crise sanitaire a mis en lumière des conditions de travail difficiles du personnel hospitalier. Plus qu'un hommage national et des médailles, ils veulent du changement.

Aujourd’hui, tous sont considérés comme des héros, admirés par la nation qui les applaudit chaque soir. Le président Emmanuel Macron souhaite pour sa part que la fête nationale du 14-juillet soit "une occasion supplémentaire de manifester l'hommage et la reconnaissance de la nation à tous ceux qui se sont engagés dans la lutte contre le Covid-19".

L’hommage national aux soignants s’accompagnera également d’une promotion unique de la Légion d’honneur et de l’Ordre nation du mérite. Et la médaille de l’engagement, créée en 1885 après une épidémie de choléra et qui avait disparu depuis 1960, va être réactivée. Cette distinction viendra récompenser toutes celles et ceux qui se sont particulièrement dévoués pour combattre la pandémie et permettre au pays de continuer d'avancer.

En vidéo

Coronavirus : un hommage aux soignants le 14 juillet

Les Français saluent dans leur ensemble la démarche du gouvernement. "Je pense que c’est bien de leur rendre hommage", dit l’un. "Ils le méritent vraiment", complète une autre. Une troisième nuance : "Ce dont ont besoin les soignants, c’est de reconnaissance réelle dans leur travail". D'accord avec elle,  un dernier enfonce : "Si on veut les récompenser, il faut augmenter leurs salaires". Au-delà de l'hommage, c’est la situation à l’hôpital et les conditions de travail des soignants qu’il faut absolument changer.

Et c’est justement ce que réclame le personnel hospitalier. "Ce qu’on estime être le plus important, c’est de pouvoir accueillir nos patients dans des conditions qui soient dignes, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle, souligne Yasmina Kettal, infirmière au centre hospitalier de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis). "Pourquoi ? Déjà, parce que nos professions sont mal payées et que nous n’arrivons pas à recruter et à garder notre personnel. Et aussi parce qu’il manque des moyens, on l’a bien vu pendant la crise", dit-elle, alors que les lits en réanimation et les équipements en masques et en blouses ont manqué au plus fort de la pandémie.

En vidéo

Personnel soignant : une prime de 500 à 1 500 euros

L’ensemble des soignants doivent également percevoir avant l’été une prime allant de 500 à 1.500 euros dans les trente-trois départements les plus touchés par le coronavirus (Covid-19). Une centaine de députés de La République en marche souhaiterait également permettre aux salariés du public comme du privé de faire des dons de congés aux soignants. "L’idée est complètement hors sol. Il faut savoir que nous n’arrivons déjà pas à prendre à nos jours. Cela fait des années qu’on le réclame. Par exemple, rien que sur les hôpitaux de Paris, l’AP-HP doit un million de jours à ses 77.000 agents", rappelle Thierry Amouroux, porte-parole du syndicat national des infirmiers.

Lire aussi

Qu’ils aient la responsabilité et l’honneur de respecter les soignants, en les reconnaissant et en les considérant.- Le Dr Jérôme Marty.

En France, le don de congés n’est autorisé actuellement qu’entre collaborateurs d’une même entreprise. Pour les soignants, l’idée serait de transformer ces jours en une somme donnée sous forme de chèques vacances. Les directeurs d'hôpitaux souhaitent aller plus loin. "Nous allons annoncer la création d’une plateforme qui va permettre aux Français qui possèdent un appartement dans une ville balnéaire ou une ville touristique de pouvoir le prêter à des soignants. C’est une autre manière pour les Français de pouvoir faire un geste vis-à-vis des hospitaliers", explique le président de la Fédération hospitalière, Frédéric Valletoux.

En vidéo

Solidarité : des dons de congés pour les soignants ?

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Invité de LCI, le docteur Jérôme Marty ne cache pas sa colère. "On va maintenant nous proposer une espèce de médaille en chocolat pour remercier les soignants de leur engagement. Ce n’est de cela dont ils ont besoin", s'indigne le praticien. "Cela fait des mois et des mois qu’ils alertent sur l’effondrement de l’hôpital public, la crise extrême de la médecine de ville et les déserts médicaux qui sont partout, sur l’échec des politiques sanitaires successives depuis maintenant trois ou quatre gouvernement (...) Qu’ils aient la responsabilité et l’honneur de respecter les soignants, en les reconnaissant et en les considérant", complète-t-il.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent