Covid-19 : un temps réfractaire, la France s'ouvre à l'idée des vaccinodromes

Les centres ouverts pour le grand week-end de vaccination ne désemplissent pas. Certains ont d'ailleurs été créés spécialement pour l'occasion avec l'aide des sapeurs-pompiers.

VACCINATION - Pour répondre à l'augmentation de la cadence de la campagne de vaccination en France, des centres éphémères ont été ouverts ce week-end. L'exécutif n'écarte plus l'idée de pérenniser ces vaccinodromes.

Ils commencent à bourgeonner un peu partout en France. Face à la propagation du virus et de variants, des opérations de vaccination de masse ont été lancées dans plusieurs régions, où le Covid-19 circule le plus activement. "Déjà ce samedi à 17h30, 220.000 français ont été vaccinés, plus du double de samedi dernier. On continue demain !", a déclaré le ministre de la Santé Olivier Véran, ce samedi 6 mars sur Twitter. En Île-de-France, plus de 100 centres ont été ouverts ce week-end pour écouler plus de 50.000 doses. Dans le Pas-de-Calais, trois vaccinodromes ont été mis en place à Calais, Boulogne-sur-Mer et Béthune. 

Pour remplir l'objectif de 10 millions de premières injections à la mi-avril et de 20 millions le mois suivant, but fixé par le Premier ministre Jean Castex jeudi 4 mars, l'exécutif planche sur une solution de grande ampleur, à la demande d'Emmanuel Macron qui veut faire monter en puissance la vaccination. Le gouvernement étudie la possibilité de créer de grands centres "pour permettre d'absorber le flux important de vaccins attendu à partir d'avril", rapporte le Journal du Dimanche. "On préfère parler de centres de vaccination éphémères", tempère Matignon, privilégiant toujours le recours aux généralistes et pharmaciens. 

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

Une idée "en cours de réflexion"

Reste que l'idée de mettre sur pied des centres XXL s'avère sur un coin de la table, alors que la France attend en effet près de 35 millions de doses de vaccin en avril prochain. "Une réflexion est en cours (...) autour du nombre de centres de vaccination, mais aussi de leur taille", confirme Alain Fischer, coordinateur de la campagne de vaccination, au JDD. "Il reste un sujet d'organisation à prendre en compte. Car la diversification du profil des vaccinateurs et l'augmentation du nombre de professionnels de santé réalisant les injections ne permettra pas d'absorber tout le flux de doses qui vont arriver au printemps." 

"L'option des vaccinodromes n'avait jamais été écartée mais, jusqu'à présent, nous avions des approvisionnements limités pour un public fragile et restreint", indique pour sa part le ministère de la Santé à l'hebdomadaire. "Quand on aura passé le cap du million de doses livrées par semaine, il faudra multiplier les canaux et redimensionner les centres de vaccination."

Lire aussi

La France n'en voulait pas en janvier

Des vaccinodromes dont la France ne voulait pourtant pas entendre parler en début d'année. Le 4 janvier, le ministre de la Santé Olivier Véran avait déclaré ne pas être en faveur de "grands stades dans lesquels des milliers de personnes viendraient faire la queue en plein hiver" pour se faire vacciner. Il préférait alors "miser sur la proximité"

Même son de cloche à la Haute autorité de Santé (HAS), qui avait défendu la politique du gouvernement. "Envoyer les plus fragiles faire la queue dans des vaccinodromes n'a pas semblé la meilleure solution", avait justifié sur RMC sa présidente Dominique Le Guludec. Derrière cette frilosité, le spectre du fiasco des 1000 centres XXL, mis en place en 2009, pour lutter contre la grippe A (H1N1).

Face aux critiques pour sa lenteur, le gouvernement avait finalement assoupli sa position, dès le lendemain, en décidant d'ouvrir 500 à 600 centres, "accessible pour la ville". Dans les Yvelines, la municipalité de Poissy, première à sauter le pas, avait ainsi réquisitionné sa salle municipale pour en faire le premier vaccinodrome de France, ouvert depuis le 7 janvier. Depuis, plusieurs communes et villes ont suivi cet exemple pour donner un coup d'accélérateur à la campagne de vaccination. 

En vidéo

Covid-19 : le premier vaccinodrome a ouvert à Poissy dans les Yvelines

Jusqu'au tournant de ce week-end, impulsé par le président Macron. Suivant les exemples des États-Unis, où les parcs d'attractions comme Disneyland ou plusieurs grands stades ont été transformés en méga-centres, et de l'Espagne, la France envisage désormais de voir beaucoup plus grand afin de pouvoir injecter des doses à plusieurs milliers de personnes par jour. Mis à disposition par l'Olympique de Marseille, début janvier, le Vélodrome va bientôt accueillir un centre de vaccination, indique La Provence. Le projet, validé le 5 mars, va rapidement prendre forme et permettre de vacciner à tour de bras.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Plus de 5.950 Français en réanimation, 324 décès en 24h

"Aujourd’hui, je me dis : plus jamais" : ces infirmières qui, après un an de Covid, ont rendu leur blouse

"Absolument impudique" : Vianney fâché par la couverture d’un magazine people

Castex annonce la suspension de tous les vols entre le Brésil et la France "jusqu'à nouvel ordre"

Variant brésilien : comment éviter sa propagation en France ?

Lire et commenter