Coronavirus : comment l'armée française s'organise face aux risques de contamination

Coronavirus : comment l'armée française s'organise face aux risques de contamination

DÉFENSE - Malgré la pandémie, le ministère des Armées s'organise pour prévenir autant que possible les contaminations parmi ses rangs et poursuivent ses opérations.

Se protéger tout en continuant à assurer ses missions de défense : telle est l'équation complexe que s'efforce de résoudre l'armée française, alors que la pandémie de coronavirus (Covid-19) continue de progresser un peu partout sur le globe. "A l’heure où je vous parle, nous avons 2400 marins qui sont en en mer. Il n’y a aucun cas de coronavirus à bord des navires", assure le vice-amiral Eric Lavault, porte-parole de la Marine nationale. 

Si le porte-avions Charles de Gaulle va lui rester à quai encore quelques semaines, vingt bâtiments, dont un sous-marin nucléaire, sont en ce moment même en opération à travers le monde. Clé de voûte de la défense française, la dissuasion nucléaire océanique n’est nullement affectée par le virus, assure le général Vincent Desportes, professeur de stratégie à Science Po et HEC. "Nous avons aujourd’hui en position opérationnelle, au fond de l’eau, un sous-marin lanceur d’engins prêt à chaque instant à délivrer le feu atomique", souligne-il.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Lire aussi

3800 cas possibles et probables

Sur le plan des opérations extérieures (Opex), qui mobilisent plus de 30.000 militaires français, l'apparition du virus n'a jusqu'ici pas perturbé les grosses rotations de personnel vers le Sahel, l'Irak, le Liban et les pays où la France assure des missions permanentes. Une stricte quarantaine est ainsi appliquée à tous les soldats, pilotes et marins avant leur départ en mission. Les militaires du porte-hélicoptères Dixmude, qui fait route en direction des Antilles dans le cadre de l’opération Résilience, ont effectué leur quatorzaine pendant la traversée. 

Le service de santé des Armées (SSA) est en train de déployer des kits de tests qui permettront de tester les personnels montrant des symptômes. Des mesures qui n’ont cependant pas empêché le Covid-19 de se répandre. Quatre officiers de l’opération Barkhane au Sahel ont été testés positifs début avril. La ministre des Armées Florence Parly a de son côté confirmé 3800 cas possibles et probables au sein des forces armées françaises. Sur le sol français, les patrouilles de l’opération Sentinelle poursuivent elles aussi leur mission. Gestes barrières et précautions sont de rigueur. Du fait de la pratique de la distanciation sociale dans leur mission, les masques ne sont toutefois pas obligatoires. Les autorités ont reconnu quelques cas de contamination parmi eux. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

REVIVEZ - "Danse avec les stars" la finale : c'est Tayc qui l'emporte face à Bilal Hassani !

Variant "Omicron" : "S'il y a un cas en Belgique, il y en a déjà en France"

VIDÉO - "Vous ne pourrez pas revenir" : le désarroi des voyageurs pris de court par l'arrêt des liaisons Maroc-France

Escroquerie à la carte bancaire : clap de fin pour les rois de l’arnaque du "allo"

"Danse avec les stars" : Elsa Bois, la partenaire de Michou, se sépare de son compagnon

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.