Coronavirus : teste-t-on moins en France qu’ailleurs… Et pourquoi ?

Coronavirus : teste-t-on moins en France qu’ailleurs… Et pourquoi ?
Santé

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

COMPARAISON - La France se démarque dans sa gestion de la crise du coronavirus, notamment sur sa stratégie concernant les tests que le gouvernement veut décrire comme "moins, mais mieux". Au lieu de tester tous les cas suspects, seules les personnes gravement malades sont éligibles au dépistage officiel.

Depuis le début de l'épidémie de coronavirus en Chine, le monde vit au rythme des chiffres. Combien de malades hospitalisés ? De morts, de guéris ? Combien d'habitants confinés ? Et surtout, combien de personnes contaminées ? La gestion de la crise sanitaire dans chaque Etat est jugée bonne ou mauvaise en fonction de cette courbe de malades, qui apporte chaque jour son lot de déclarations et points presse gouvernementaux.

Les pays touchés par le virus sont alors répartis en un classement mouvant avec un critère prédominant : le nombre de cas positifs aux tests de dépistage. Or ils ne sont pas effectués partout de la même façon. Si la majorité des pays préfèrent viser large, en France, la stratégie est complètement différente.

Corée du Sud, Allemagne, Italie : dépistages à la chaîne

La Grande-Bretagne, qui compte cinq fois moins de cas qu'en France, a pour objectif de faire grimper le chiffre à 10 000 dépistages quotidiens. De nombreux pays pratiquent depuis des semaines cette stratégie des "tests massifs" sur leur territoire. La Corée du Sud est le meilleur exemple de cette méthode, avec des dépistages à très large échelle dès qu'un cas est positif au coronavirus dans une entreprise, un immeuble, etc. A ce jour, près de 8000 cas sont recensés dans le pays, qui ne compte cependant que 60 décès. Les Coréens sont les premiers à avoir initié des contrôles "drive-in" où les citoyens font la queue dans leur voiture et ne quitte même pas l'habitacle durant le test. Un système repris en Angleterre, en Belgique, en Norvège et en Allemagne.

Dans la région de Francfort, chez nos voisins allemands, les patients suspects - considérés comme tels après une consultation téléphonique avec leur médecin traitant et les autorités sanitaires régionales - obtiennent désormais un rendez-vous pour un test à effectuer sur le parking de l'hôpital. Ils sont invités à se garer sur un espace dédié, à quelques mètres du bâtiment, afin qu'un médecin en tenue complète de protection vienne faire les prélèvements à travers la fenêtre. Le patient rentre ensuite chez lui et reçoit les résultats par téléphone. Certains hôpitaux allemands ont même élargi le processus en faisant de leur parking de véritables salles d'attente. Les patients ne sortent pas de leur voiture jusqu'à ce qu'un bipeur sans fil les prévienne de leur tour pour passer devant le docteur. Une façon de faire plus de tests, sans avoir à mettre en place de larges dispositifs de sécurité ni risquer de contaminer d'autres patients, ou le personnel soignant.

Voir aussi

L'Italie est le pays le plus durement touché en Europe et bien que sa situation ne soit pas comparable à celle la France, la différence entre le nombre de tests effectués dans les deux Etats est notable. Dès la découverte tardive de la propagation du coronavirus dans le nord du pays, les autorités transalpines ont dépisté systématiquement tous les cas suspects, à savoir toutes les personnes souffrant d'une légère fièvre ou d'une petite toux. Depuis le début de l'épidémie, le pays a effectué 60 761 tests au 10 mars, selon les chiffres du ministère de la Santé italien. Des tests revenus positifs pour 10 149 Italiens, soit environ 17%. 

En France : le flou sur les "1000 tests par jour"

A titre de comparaison, on peut calculer que la France a effectué environ 12 000 tests depuis le 24 février, date à laquelle le virus a véritablement commencé à se développer dans notre pays. Un calcul fait par les médias, comme dans cet article de CheckNews, avec le peu de données rendues disponibles par l'Etat. Le gouvernement et la Direction générale de la santé (DGS)  communiquent exclusivement sur "la capacité de 1000 tests par jour" de la France. Sans donner le nombre exact de dépistage effectués chaque jour en Hexagone.

Le détail a pourtant été temporairement disponible. Le 5 et le 6 mars, les points épidémiologiques quotidiens de Santé publique France intègrent un graphique représentant "l'activité des laboratoires". On peut y voir que le nombre de tests est passé d'une centaine le 24 février, à plus de 1000 le 3 mars. Mais le tableau disparaît des points épidémiologiques suivants. Interrogée par LCI, la DGS justifie l'arrêt du décompte précis des tests en disant que "beaucoup de dépistages sont faits, dans de nombreux endroits différents" et qu'il n'était "plus tenable de demander des chiffres pour tout, tout le temps".

Des tests réservés symptomatiques et aux cas graves

L'objectif affiché par les autorités est cependant de viser juste plutôt que taper dans le vide. "Nous n'avons pas la prétention de tester 100% des malades", assume sur TF1 Bruno Coignard, responsable de la direction maladie de Santé publique France. "Détecter seulement les personnes avec des symptômes nous permet de détecter la très grande majorité des infections".

Sont ainsi éligibles au test les personnes présentant déjà plusieurs symptômes et ayant reçu un avis favorable d'un infectiologue référent. Actuellement, rien qu'en région parisienne, les hôpitaux Bichat, Cochin, Pitié Salpêtrière et l'Institut Pasteur réalisent chacun une petite centaine de tests chaque jour. Sur LCI, le docteur Gérald Kierzek souligne néanmoins une hétérogénéité des pratiques selon les régions. Si la doctrine de la direction générale de la santé est de tester tous les individus présentant des symptômes, les zones les plus touchées par le virus comme le Bas-Rhin ou Creil, doivent désormais "privilégier les cas graves".

Les cas bénins - les personnes dont la santé n'est pas plus en danger que lors d'un gros rhume - ne sont plus dépistées. Ces patients sont invités à se soigner à domicile, confinés pour éviter la propagation et surveillés à distance par leur médecin généraliste. La bonne solution pour le médecin urgentiste Gérald Kierzek : "Il faut trier les malades, les hôpitaux n'ont plus le temps et surtout, cela ne servirait à rien de tester tout le monde"

En vidéo

Le docteur Kierzek sur le nombre de tests réalisés en France

Mais cela suffit-il ? Sur les environ 12 000 dépistés, les contaminés représentent 1784 personnes en France ce mercredi 11 mars. On obtient donc presque comme l'Italie : 15% de cas positifs. La preuve que la France teste de façon restreinte... Mais obtient des résultats restreints ? Pas forcément, puisque encore une fois, la situation épidémique a progressé bien plus rapidement en Italie qu'en France.

 

Devant la demande grandissante de citoyens inquiets voulant faire le test, le gouvernement entend cependant augmenter les capacités. Un arrêté pris dimanche autorise désormais les laboratoires de ville à faire les tests. Une solution mise en place pour soutenir les 50 établissements habilités à recevoir et analysés les tests pour l'instant, mais qui devra attendre que les laboratoires reçoivent le matériel de protection adéquat.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent