Coronavirus : pourquoi la France, contrairement à ses voisins, n’a-t-elle pas mis en place de contrôles dans les aéroports ?

Coronavirus : quelles mesures pour détecter les potentiels malades en France et en Europe ?
Santé

ÉCLAIRAGE - Contrairement à d'autres pays européens, à l'instar de l'Italie ou du Royaume-Uni, la France n'a pas pris de mesures de précaution spécifiques dans ses aéroports quant aux vols en provenance de Chine, où une épidémie de coronavirus fait rage. Assurant qu'un dispositif très bien rodé existe en cas de besoin, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a expliqué que de telles dispositions ne faisaient pas partie des recommandations de l'OMS.

Les autorités chinoises ont pris les devants. Et ce de manière drastique. Ce vendredi 24 janvier, ce sont plus de 40 millions d'habitants qui ont été mis en quarantaine en Chine pour tenter de "stopper la diffusion du virus" auquel le pays fait face depuis le mois de décembre. 

Si aucun cas avéré de coronavirus n'a été relevé en Europe, plusieurs pays ont néanmoins instauré des mesures de précaution pour éviter toute contamination. En Italie, tout comme au Royaume-Uni, des dispositifs de surveillance des passagers ont été mises en place. Même chose en Russie, où la température de chaque passager arrivant de l'Empire du Milieu est "inspecté" par des agents équipés de caméras thermiques et de masques de protection. Une vigilance que la France ne semble pour l'heure pas vouloir mettre en place. 

Lire aussi

Des affiches à Roissy Charles-de-Gaulle

Ce mardi 21 janvier, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn s'est voulu rassurante, estimant que le risque d'introduction du virus en France est "faible" même s'il "ne peut être exclu". C'est d'ailleurs pour cette raison que des affichettes ont tout de même été épinglées dans l'enceinte de l'aéroport Roissy Charles-de-Gaulle. Des "conseils aux voyageurs" qui recommandent notamment de se laver les mains régulièrement, d'éviter tout contact avec des animaux, les personnes ayant de la fièvre et de la toux, mais aussi la consommation de viande.

"Dispositif de surveillance renforcé"

Les passagers français du dernier vol à atterrir en France en provenance de Wuhan expliquaient ce jeudi 23 janvier, leur surprise de ne pas voir de contrôles à Roissy Charles-de-Gaulle. "On nous a demandé nos coordonnés si d'aventure il se passait quelque chose mais c'est tout", explique un passager. Pour quelle raison ? Selon Agnès Buzyn, ces mesures de précaution ne font tout simplement pas partie des recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 

De fait, l'OMS "ne recommande aucune mesure sanitaire particulière concernant les voyageurs". "En présence de symptômes évocateurs d’une affection respiratoire pendant ou après un voyage, les voyageurs sont invités à consulter un médecin, à qui ils feront part de leurs antécédents de voyage", peut-on lire sur ce sujet sur le site de l'organisation. 

Santé publique France estime de son côté que "le risque de propagation secondaire du virus dans la population française est considéré actuellement comme très faible". En revanche, les personnes qui présentent des symptômes - assez proches de ceux de la grippe - sont invitées à rester chez elles pour éviter les contacts, et à appeler les services d'urgence. Ce seront alors ces professionnels de santé, préalablement informés, qui prendront en charge les personnes supposément contaminées. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Lire aussi

Reste que si des mesures spécifiques aux aéroports n'ont pas été prises, la France a tout de même mis en place un "dispositif de surveillance renforcée destiné à détecter d’éventuels cas importés". Une mission confiée à la Direction générale de la santé et les infectiologues (COREB) ainsi que Santé publique France et le Centre National de Recherche Virus et infections respiratoires dépendant de l'Institut Pasteur. Celui-ci doit permettre d'immédiatement déterminer les patients "suspects" en les signalant, en les prenant en charge et en les traitant. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Attentat de Conflans : la légion d'honneur sera décernée à Samuel Paty à titre posthume

CARTE - Covid-19 : à quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Stéphane, témoin du meurtre de Samuel Paty : "A 30 secondes près, on aurait pu faire quelque chose"

EN DIRECT - Covid-19 : des élèves français et leurs enseignants placés en quarantaine en Grèce

Enseignant tué : ce que disait son cours sur la liberté d'expression

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent