Coronavirus : en France, l'épidémie est-elle en train de se terminer ?

Coronavirus : en France, l'épidémie est-elle en train de se terminer ?
Santé

BOUT DU TUNNEL - Touchée de plein fouet par le coronavirus, la France est-elle en train voir arriver la fin de l'épidémie ? Plusieurs scientifiques le pensent.

"Dans l'histoire, les coronavirus ne circulent pas l'été. Donc là, c'est fini." Certains scientifiques, comme le Pr Philippe Parola, membre de l'équipe du Pr Didier Raoult, l'affirment : l'épidémie de coronavirus est en train de prendre fin en France. Selon lui, le Covid-19 va même disparaître du pays dans les prochaines semaines. "Cette histoire de deuxième vague est fantaisiste", explique-t-il sur LCI (voir vidéo en tête de cet article).

Et le bras droit de Didier Raoult n'est pas le seul à adopter une telle position. "On s'apprête à avoir un été un peu plus calme", assurait mercredi Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de l'université de Genève. L'épidémie est "peut-être finie pour cette première vague", déclarait-il sur France info. "Il n'y a pas de deuxième vague, l'épidémie est finie", promettait de son côté le médecin rhumatologue Gérard Guillaume, sur RMC, dès la mi-mai.

La fin de l'épidémie ? "C'est une possibilité, mais..."

Alors l'épidémie de coronavirus, qui a entraîné huit semaines de confinement strict en France et provoqué au moins 29.000 décès, appartient-elle désormais au passé ? "Je ne serais pas aussi affirmatif", répond à LCI Étienne Decroly, directeur de recherche au CNRS. "C'est effectivement une possibilité, mais pour l'instant nous manquons encore d'éléments." Selon lui, l'immunité dont bénéficierait une bonne partie de la population, acquise grâce à d'autres coronavirus (qui causent de banals rhumes), est un élément favorable pour prétendre que l'épidémie prend fin. "L'immunité croisée qui semble préexister est un élément positif", affirme le chercheur, "mais d'autres sont plutôt défavorables."

Lire aussi

Par exemple, la contagiosité du Covid-19 avant le confinement laisse encore craindre que ce virus ne soit pas saisonnier, et donc que la chaleur et les beaux jours ne soit pas suffisants pour endiguer le virus. "Au début de l'épidémie, le facteur R0 était de 4 à 5", rappelle Étienne Decroly, ce qui signifie qu'une personne infectée contaminait 4 à 5 autres personnes. Il est depuis descendu en dessous de 1, grâce aux effets du confinement. Mais avec un tel niveau de contagiosité en mars, et suite au déconfinement, "l'effet saisonnier ne sera peut-être pas suffisant pour qu'il reste en dessous de 1", craint le chercheur.

L'ouverture des frontières, la crainte de nouvelles contaminations ?

Autre interrogation : la situation internationale. "L'épidémie n'est pas finie dans le monde, il y a pleins de pays dans lesquels elle est en pleine croissance", rappelle Étienne Decroly. En effet, l'Amérique du Sud connaît actuellement une escalade du nombre de cas, et le Brésil est désormais le nouvel épicentre de la pandémie. En Iran, la situation est également préoccupante. Avec 3.574 nouveaux cas en 24 heures, les contaminations ont battu un nouveau record ce jeudi. Il s'agit d'ailleurs pour le pays de la redoutée deuxième vague, alors que le précédent pic avait été atteint le 30 mars dernier. De quoi inciter à la prudence.

Toute l'info sur

Les grands défis du déconfinement

Transports, rassemblements... : quelles sont les mesures de restriction toujours en vigueur ?Retour à l'école obligatoire : en quoi consiste le "protocole sanitaire assoupli" ?

En France, "les frontières vont être ouvertes alors qu'il y a beaucoup de cas dans d'autres pays", continue le directeur de recherche. "Est-ce que des cas vont être réimportés et vont réintroduire des chaînes de transmission ?" Pour l'heure, Étienne Decroly reste donc prudent, même si les indicateurs sont au vert dans le pays. "Nous ne pouvons pas dire de manière aussi simpliste" que l'épidémie est finie, reconnaît-il.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent