Quel est donc ce "confinement éco-compatible" que réclament deux médecins Lillois ?

Quel est donc ce "confinement éco-compatible" que réclament deux médecins Lillois ?

EN MÊME TEMPS - Moins sévère que le confinement du printemps, mais plus contraignant que le seul couvre-feu, la solution proposée par deux spécialistes lillois qui pourrait être assez efficace pour freiner l'épidémie, tout en préservant la marche de l'économie.

Rendre compatibles deux objectifs en apparence inconciliables. Dans l'éventail des réponses possibles à l'accélération de la propagation de l'épidémie de Covid-19, deux médecins en santé publique du Nord de la France viennent d'apporter une contribution qui pourrait mettre tout le monde d'accord, en ce qu'elle place le curseur au milieu, quelque part entre le tout-sanitaire et le tout-économique.

But avoué : imaginer un système capable d'épargner au pays un reconfinement à Noël, sans attendre de pouvoir jauger l'impact éventuel du couvre-feu en cours aujourd'hui, dont les effets ne seront pas visibles sur les courbes de progression de la maladie avant une dizaine de jours au moins. L'idée de Philippe Amouyel et Luc Dauchet, qu'ils ont détaillé dans une tribune parue dans le JDD, c'est ce qu'ils appellent un "confinement éco-compatible".

Toute l'info sur

Covid-19 : la France touchée par une deuxième vague d'ampleur

Huit mesures pour lisser la courbe

En fait, parmi les mesures que préconisent les deux épidémiologistes, aucune n'est vraiment inédite, c'est plutôt sur leur effet cumulatif que l'on compte, un peu comme dans la technique de l'emmental qu'évoquait sur LCI leur consœur Karine Lacombe.

Lire aussi

Des mesures qui commencent par un compromis en faveur de l'activité économique, avec des écoles et lycées qui resteraient ouverts - permettant ainsi aux parents d'aller travailler sans jongler avec la garde de leurs enfants seuls les étudiants du supérieur seraient invités à étudier à distance. Idem pour les transports en commun, mais repensés pour favoriser des horaires de début et de fin de journée étalés, pour éviter des heures de pointe bondées. Et si les entreprises doivent rester ouvertes, c'est en étendant notoirement le télétravail, comme y appelait ce lundi encore la ministre du Travail, Elisabeth Borne. 

En vidéo

"Sur le télétravail, on a été assez mauvais", regrette Karine Lacombe

À l'inverse, il y a bien dans les préconisations des deux médecins des mesures contraignantes. Ainsi, ils voudraient voir ouverts les seuls commerces de produits essentiels, et demandent l'annulation de toutes les réunions publiques et privées. Chaque sortie du domicile devrait aussi se faire avec une attestation de sortie en poche, comme lors du confinement du mois de mars.

Autant de mesures dont l'empilement pourrait produire des effets en quatre à six semaines, à temps pour préserver les fêtes de fin d'année, mais si et seulement si le dépistage de la maladie s'amplifie en parallèle. Parmi les moyens de réponse mis en avant par nos épidémiologistes, des campagnes répétées de dépistages systématiques, grâce à l'arrivée des tests rapides antigéniques. Autant de mesures ciblées selon la conjoncture épidémique, région par région.

Si Philippe Amouyel et Luc Dauchet ont tenté d'imaginer cette voie médiane entre le reconfinement dur et le maintien de l'activité coûte que coûte, c'est parce qu'aucun des deux n'est vraiment satisfaisant. Privilégier l'économie à tout prix finit par avoir des effets délétères sur l'économie, justement, comme l'a prouvé l'expérience Suédoise, qui a payé cher son choix de ne pas confiner, en voyant son économie tomber en récession et son chômage augmenter, affichant en parallèle le pire bilan sanitaire des pays de la région.

À l'inverse, si le confinement le plus radical a bien des effets positifs sur les courbes de l'épidémie, il n'est pas sans effets sanitaires. En retardant certaines interventions, certains examens, en compliquant l'accès aux soins, sauver des vies du Covid-19 peut entraîner des morts ailleurs, même si c'est en moins grands nombres. Moins visibles, les effets psychologiques du confinement ne sont pas à ignorer non plus. 

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

93 médicaments commercialisés en France seraient dangereux, selon la revue Prescrire

EN DIRECT - Déconfinement : en Allemagne, des restrictions jusqu'au printemps ?

Voici l'attestation de déplacement dérogatoire nécessaire à partir de ce samedi 28 novembre

Nombre de convives, aération... quels conseils pour passer des bonnes fêtes de fin d'année ?

Producteur de musique tabassé : retour sur la chronologie des faits

Lire et commenter