"Plus de 50% de nos patients sont obèses" : pourquoi le coronavirus s'attaque-t-il aux personnes en surpoids ?

"Plus de 50% de nos patients sont obèses" : pourquoi le coronavirus s'attaque-t-il aux personnes en surpoids ?

CRISE SANITAIRE - Selon une étude réalisée par le CHU de Lille, le nombre de personnes obèses admises en réanimation pour une infection liée au coronavirus serait bien plus importante que la moyenne. Pourquoi le Covid-19 s'attaque-t-il plus facilement aux personnes en surpoids ? Éléments de réponse.

Alors que la pandémie de coronavirus est toujours à un très haut niveau partout dans le monde, les recherches pour en savoir plus sur ce virus émergent progressent. En France, dans le service de réanimation du CHU de Lille, un élément a très vite intrigué les soignants : le profil des patients gravement atteints par le Covid-19. La plupart sont des hommes, mais il y a surtout "beaucoup de personnes en surpoids", constate Cyrille Dhennin, infirmier au sein du service de réanimation de l'hôpital.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Jusqu'à présent, si l'obésité faisait partie des facteurs de risques connus du coronavirus, qui frappe durement les patients atteints de comorbidités (association de deux pathologies), aucune étude ne s'était intéressée au poids des malades. Le CHU de Lille a donc décidé d'éclaircir le sujet. "L'étude montre une fréquence élevée d'obésité chez les patients admis en réanimation pour une infection au Sras-Cov-2", le nom scientifique du Covid-19, écrivent les chercheurs dans leurs travaux.

Au sein du service de réanimation du CHU de Lille, "plus de 50% des patients sont obèses", explique d'ailleurs la responsable, le professeur Mercé Jourdain, au micro de TF1 (voir vidéo en tête de cet article). "Normalement, ils ne représentent qu'une petite frange de patients, de l'ordre de 15 à 20%. Quand ces personnes obèses ont un BMI (indice de masse corporelle) au-dessus de 35, ils sont à plus de 85% intubés et ventilés dans le service." Dans leur étude réalisée sur 124 patients admis en réanimation au sein de l'hôpital, les chercheurs estiment même que "la gravité de la maladie augmente avec l'IMC" : plus les patients sont obèses, plus ils développent une forme grave du Covid-19.

Lire aussi

Quelles explications ?

Alors pour quelles raisons les patients obèses sont-ils plus sévèrement touchés par le coronavirus ? "L'obésité s'accompagne d'un fond inflammatoire, d'un terrain particulier, probablement lié à des phénomènes biologiques qui ne sont pas tous bien élucidés", explique le professeur François Pattou de l'institut de recherche Egid. "Le virus Covid y fait alors son chemin d'une façon très particulière, avec un retentissement pulmonaire particulier chez les obèses."

Si la plupart des formes graves du coronavirus touchent des patients âgés, la Ligue contre l'obésité rappelle qu'en cas de comorbidités, toutes les générations doivent faire particulièrement attention. "Le virus affecte majoritairement les personnes fragiles, qui ont des maladies associées : diabète, insuffisance cardiaque, antécédents de pathologie pulmonaire... Parmi les jeunes, nous avons noté qu'il y avait des facteurs péjoratifs sur les sujets qui ont, par exemple, à gérer une obésité", indique l'association.

Malgré le confinement, les personnes suivant un protocole médical doivent continuer d'échanger avec leur médecin. C'est le cas des personnes obèses, à qui les autorités sanitaires recommandent de poursuivre leur suivi, tout en restant confinées chez elles.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Joe Biden estime que le Covid-19 fera "plus de 600.000" morts aux États-Unis

EN DIRECT - États-Unis : l'acte d'accusation contre Donald Trump transmis au Sénat lundi

"Langue Covid" : un nouveau symptôme du virus ?

6 doses au lieu de 5 : la baisse des livraisons de Pfizer est-elle liée à une nouvelle stratégie de vaccination ?

Procès en destitution de Trump : l'article transmis lundi au Sénat, et après ?

Lire et commenter