La transmission du Covid-19 au sein d'un foyer réduite de près de moitié par une dose de vaccin

La transmission du Covid-19 au sein d'un foyer réduite de près de moitié par une dose de vaccin

BONNE NOUVELLE - Au fur et à mesure des études, il paraît de plus en plus évident que la vaccination permet non seulement de se protéger soi-même du Covid-19, mais aussi ses proches. Selon les travaux de l'agence publique de santé anglaise, une dose de vaccin réduit de près de 50% le risque de transmission dans un foyer.

Les données sur la transmission du Covid-19 par des personnes vaccinées sont encore peu nombreuses. Mais une étude de l'agence publique de santé anglaise (PHE) publiée lundi se veut rassurante. Selon ses auteurs, les personnes infectées par le virus trois semaines après avoir reçu une dose de vaccin sont de 38% à 49% moins susceptibles que celles n'ayant pas été vaccinées de transmettre le virus aux membres de leur foyer. Ce niveau de protection, observé autour du quatorzième jour suivant la vaccination, est similaire quel que soit l'âge de la personne vaccinée ou des membres du foyer.

Toute l'info sur

Covid-19 : le défi de la vaccination

"Une nouvelle fantastique"

Cette étude a suivi 57.000 personnes appartenant à 24.000 ménages où une personne vaccinée a été testée positive, et les a comparées à près d'un million de contacts de personnes non vaccinées. Alors que les ménages sont considérés comme des lieux "à haut risque" en termes de transmission, PHE souligne que "des résultats similaires pourraient être observés dans des endroits présentant des risques de transmission similaires, comme les logements partagés et les prisons".

"C'est une nouvelle fantastique. Nous savions déjà que les vaccins sauvaient des vies et cette étude, la plus complète menée en conditions réelles, montre aussi qu'ils réduisent la transmission de ce virus mortel", s'est réjoui le ministre britannique de la Santé Matt Hancock.

Lire aussi

Environ 60% de risques en moins de développer des symptômes après 4 semaines

L'organisme souligne qu'une dose de vaccin permet également, après quatre semaines, de réduire de 60 à 65% le risque de développer des symptômes. De précédentes études de PHE avaient démontré que les vaccins Pfizer et AstraZeneca avaient permis d'empêcher 10.400 décès chez les plus de 60 ans à fin mars.

Dans les colonnes du Parisien le 22 mars, le Professeur Jean-François Timsit avait quant à lui indiqué que 40 morts étaient évitées pour 100.000 personnes vaccinées. Auprès de LCI, il avait indiqué avoir réalisé ce calcul en se basant sur l'incidence actuelle de la région Île-de-France, qui était alors de 500 cas pour 100.000 habitants.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Crise des sous-marins : Joe Biden assure vouloir "mettre fin aux tensions"

Crise des sous-marins : le contrat américain est-il meilleur que le français ?

EN DIRECT - Le QR code de Macron diffusé sur Internet, une "faille déontologique" de professionnels de santé

"On est ici comme des mendiants, en train de vous supplier" : Macron interpellé durant son discours sur les Harkis

Pneus hiver ou chaînes obligatoires : voici la liste des 48 départements concernés

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.