Coronavirus : inquiétude en Italie pour les 500 collègues d'un trentenaire porteur du virus

Un cadre de cette usine d'Unilever infecté, en Italie
Santé

Toute L'info sur

Coronavirus : la pandémie qui inquiète la planète

TRANSMISSION - Alors qu'un Italien a été confirmé porteur du coronavirus, les autorités ont réalisé une première batterie de tests sur ses collègues les plus proches, ont fait savoir les autorités ce vendredi. Problème : ils sont cinq fois plus à graviter autour du patient quotidiennement. De quoi faire craindre le début d'une épidémie.

Comme tout le monde, après les vacances, le trentenaire est retourné au travail. Sauf qu'il était porteur du coronavirus. En soins intensifs depuis ce mercredi, il fait partie des 15 cas confirmés de coronavirus dans la région de Lombardie, en Italie, dont 14 infectés à son contact. Mais ce n'est que vendredi dernier que ce cadre italien a cessé le travail. Chez Uniliver, une usine de cette région du nord de l'Italie, l'heure est donc à l'inquiétude. Quelques 500 personnes gravitent quotidiennement autour de cet employé. 

Lire aussi

L'homme a passé plusieurs jours au travail

Hospitalisé en soins intensifs, ce premier cas dans la région est un cadre chez Unilever. Cette usine est la plus grande de la zone industrielle de Casalpusterlengo, une commune au cœur de la région de Lodi. Ce vendredi matin, c'est donc avec une certaine consternation que les employés ont repris le travail. Car pour le moment, seule la cantine de l'entreprise est restée fermée. Interrogés par La Reppublica, les salariés ne comprennent pas. Si elle est, dans les faits, à l'arrêt, la multinationale spécialisée en produits de grande consommation n'a en effet pas encore décidé de fermer ses portes. En début d'après-midi, médecins et agents de santé y sont mêmes apparus afin de réaliser des tests. Ne sont concernés pour le moment qu'une centaine de collègues du patient de 38 ans, à savoir ceux qui travaillaient directement dans son département. Une décision qui interroge les organisations syndicales. "Chaque jour, des gens de toute la région viennent ici, puis rentrent chez eux !" s'indigne un salarié. De quoi contaminer une très large zone. 

Une propagation qui a d'ores et déjà commencé. Le malade a déjà infecté sa femme, enceinte de huit mois, et un ami avec lequel il courait. C'est pourquoi, contrairement à l'entreprise, le maire de Codogno, une localité d'environ 15.000 habitants, d'où est originaire le trentenaire, a pris des mesures fermes. La municipalité a ordonné la fermeture immédiate des écoles, bureaux municipaux, magasins d'alimentation, bars, discothèques et salles de sport. Une mise à l'arrêt qui durera de 48 heures à cinq jours. La région a elle aussi invité les habitants de cette commune, et dix autres, à "rester chez eux". Pour témoigner de l'inquiétude des autorités sanitaires, rien de mieux que les chiffres. En tout, 250 personnes ont été mises à l'isolement.

Voir aussi

De son côté, le président du Conseil des ministres, Giusseppe Conte à appeler la population à "ne pas paniquer". Difficile cependant pour elle de rester sereine. Alors, les employés reviendront-ils lundi ? Il faudra attendre la fin du week-end pour le savoir.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent