L'hydroxychloroquine plébiscitée par 6.000 médecins dans une étude ? C'est bien plus compliqué que ça…

Les résultats présentés comme des preuves proviennent d'un sondage auprès de médecins et pas d'études épidémiologiques approfondies.
Santé

À LA LOUPE – Plusieurs personnalités issues de différents milieux ont mis en avant les résultats d'une étude mettant en avant l'efficacité de l'hydroxychloroquine. 6.000 médecins l'auraient en effet désigné comme le meilleur traitement contre le Covid-19. Des conclusions très largement exagérées.

En France comme ailleurs dans le monde, les chercheurs tentent de mettre au point des traitements pour traiter le Covid-19. L'utilisation de chloroquine et de son dérivé, l'hydroxychloroquine, font aujourd'hui partie des pistes envisagées, sans pour autant qu'un consensus ne s'opère en faveur de ces molécules. Cette dernière, si l'on en croit une série de publications, serait pourtant plébiscitée par 6.000 médecins. 

Diverses personnalités, à commencer par le sénateur LR de la Côte-d'Or Alain Houpert, ont relayé les conclusions de ce qu'ils désignent comme une "étude internationale". Des résultats qui semblent tout aussi incontestables aux yeux de Philippe Herlin, docteur en économie et qui regrette que la France reste réticente à accélérer l'utilisation de l'hydroxychloroquine. "C’est bon cette fois ???", lance-t-il, laissant entendre que les preuves de son efficacité son largement réunies. 

Les résultats d'un questionnaire à prendre avec des pincettes

Quel crédit accorder à ces résultats ? Viennent-t-ils confirmer les travaux du Pr Raoult et donner raison aux défenseurs de la chloroquine ? Rapidement, quelques voix se sont élevées pour relativiser ces discours enflammés. En effet, l'étude dont il est ici question n'en est pas vraiment une : il s'agit en réalité de la synthèse d'un questionnaire, mené auprès d'un peu plus de 6.000 médecins à travers le monde. Parmi les personnes ayant répondu, il faut par ailleurs souligner que seule une moitié environ a pris en charge des patients atteints du Covid-19.

Lire aussi

Dans les médias qui ont pu relayer les conclusions de cette enquête, une question en particulier a retenu l'attention : celle concernant le meilleur traitement. Et d'énormes pincettes sont nécessaires, comme l'a justement fait remarquer sur Twitter un ingénieur évoluant dans le secteur du nucléaire. Contacté par LCI, il explique avoir "tiqué" en découvrant les résultats, ce qui l'a poussé à s'intéresser à la méthodologie du sondage. Outre certains calculs hasardeux, qui rendent incohérent le nombre de réponses en Italie et en Espagne et peuvent traduire des erreurs dans la restitution écrite, il a découvert que sur les 6.000 médecins ayant participé, seul un gros tiers a émis un avis sur le traitement le plus pertinent. 

Au total, parmi les quelque 2171 répondants sur ce point précis, environ 800 seulement ont cité l'hydroxychloroquine. Un constat qu'il faut à nouveau nuancer en précisant que les médecins avaient la possibilité de citer plusieurs traitements différents dans leur réponse, et que de nombreux en ont ainsi mentionné plusieurs. "Il ne s'agit pas d'une étude épidémiologique", insiste l'ingénieur, que l'on retrouve sur Twitter sous le pseudonyme @AStrochnis. "Ce traitement, on espère tous qu'il puisse marcher, mais il faut des éléments concrets pour en attester."

Dans le fil de messages qu'il a publié suite à sa plongée dans la méthodologie de l'enquête, il a remarqué que "rien ou un analgésique, c'est le traitement numéro 1 pour 63% des médecins interrogés". De quoi tempérer la véhémence affichée par les partisans de la chloroquine sur les réseaux sociaux.

"Pas des recommandations"

Sermo, la plateforme sur laquelle ont répondu les médecins, a mis en garde contre les interprétations hâtives de ces données. Dans des notes de bas de page régulièrement insérées, il est notamment stipulé que les résultats mis en avant "ne doivent pas être considérés comme des recommandations ou un plan de traitement". Les personnes qui pensent développer de symptômes du Covid-19 sont par ailleurs invitées à se rapprocher de professionnels de santé.

Les résultats de cette enquête ne peuvent donc pas être considérés comme une preuve irréfutable de l'efficacité de l'hydroxychloroquine. À l'heure actuelle, en l'absence d'essais cliniques poussés et d'études épidémiologiques de grande ampleur, aucun traitement ne peut être présenté avec certitude comme étant le plus adapté. 

En vidéo

Chloroquine : "On ne connait toujours pas de l’efficacité du médicament", pour Olivier Bouchaud

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

La progression du Covid-19 dans le monde

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse alaloupe@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent