L'inserm recherche 25.000 volontaires pour tester des vaccins contre le Covid

L'inserm recherche 25.000 volontaires pour tester des vaccins contre le Covid
Santé

CORONAVIRUS - L'Inserm fait appel à 25.000 volontaires, y compris "les plus âgés", pour tester d'ici les prochaines semaines un ou plusieurs vaccins contre le covid-19. Son président Gilles Bloch se veut d'ailleurs optimiste et estime qu'un vaccin pourrait voir le jour "au cœur de l'hiver".

La recherche pour un vaccin contre le Covid-19 a besoin de volontaires. L'Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale) lance ce jeudi un appel à 25.000 volontaires sur le territoire français, pour tester d'ici les prochaines semaines un ou plusieurs des 300 candidats vaccins développés dans le monde contre la maladie. 

Optimiste, le président de l'Inserm, Gilles Bloch, estime d'ailleurs qu'un vaccin pourrait voir le jour "au cœur de l'hiver", dans le meilleur des scénarios.

A qui s'adresse cet appel ?

 Cet appel lancé ce jeudi concerne "toutes les personnes de plus de 18 ans, y compris les personnes les plus âgées", précise sur France Info, ce jeudi 1er octobre, la professeure Odile Launay, chargée de coordonner la plateforme de volontaires français. "Dans ces essais, on doit avoir un certain nombre de personnes âgées de plus de 65 ans, mais aussi de plus de 80 ans. Mais on va avoir aussi des personnes exposées à des risques graves comme des gens qui ont un diabète, des problèmes cardio-respiratoires, etc. Et on va aussi chercher des personnes qui sont peut-être plus exposées au risque, comme des gens en contact avec le public, donc c'est très ouvert", dit-elle. Les personnes qui ont déjà eu le Covid peuvent aussi y participer, car rien ne prouve qu'une réinfection est impossible.

La plateforme d'inscriptions est ouverte

À compter de ce jeudi 1er octobre donc, il sera possible de s'inscrire sur la plateforme dédiée. "Si un essai a lieu dans votre région et qu’il vous correspond, un médecin vous contactera pour vous proposer d’y participer, ce que vous pourrez refuser à tout moment. Les différents essais vont se dérouler sur environ deux ans, vous pourrez donc être contacté rapidement ou dans plusieurs mois", estime la chercheuse. Les volontaires, qui recevront une ou plusieurs injections,  seront surveillés de près par les médecins, notamment pour détecter tout effet indésirable éventuel. Reste que ces essais prennent du temps car il faudra être disponible : "mais c'est compatible avec une vie professionnelle familiale et sociale bien sûr", ajoute la spécialiste. 

Les patients pourront recevoir une indemnisation, mais "de quelques dizaines d’euros seulement", précise France Bleu, à qui l'Inserm explique que "c’est un geste pour la science avant tout".

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

Lire aussi

A ce jour dans le monde, onze vaccins expérimentaux entrent dans la dernière phase des essais cliniques, sur des dizaines de milliers de participants, dont en général la moitié reçoit un placebo et l'autre moitié le vaccin. Les projets occidentaux les plus avancés sont ceux développés par AstraZeneca, partenaire de l'université Oxford, par Pfizer et par Moderna. Des projets chinois et russes ont aussi atteint la dernière phase des essais.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

CARTE - Voici la liste des 54 départements désormais sous couvre-feu

Passage à l'heure d'hiver : est-ce vraiment la dernière fois ?

Covid-19 : une deuxième vague "pire que la première" ?

Jeune fille tondue à Besançon : condamnée à un an de prison, la famille a été expulsée ce samedi matin

EN DIRECT - Covid-19 : 45.422 contaminations, nouveau record quotidien

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent