Coronavirus : "La deuxième vague a démarré, le plus à craindre est devant nous"

Coronavirus : "La deuxième vague a démarré, le plus à craindre est devant nous"
Santé

ÉCLAIRAGE - Interrogé ce lundi sur la généralisation du port du masque à Paris, Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'Hôpital Raymond-Poincaré, a estimé qu'il fallait en passer par des "mesures drastiques" pour éviter que la résurgence du virus se révèle "extrêmement forte et violente".

"On est aux pieds de la deuxième vague."  Alors que ce lundi marque une nouvelle étape pour la capitale vers un durcissement des mesures sanitaires, le professeur Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'Hôpital Raymond-Poincaré de Garches (Hauts-de-Seine), a estimé sur LCI que "si on ne prend pas des mesures drastiques et notamment la généralisation du port du masque dans toutes les circonstances où la distanciation physique n'est pas possible", la deuxième vague de l'épidémie, selon lui déjà amorcée, s'annonce redoutable. 

Il va falloir s'habituer à porter le masque en toutes circonstances- Pr Djillali Annane, chef du service de réanimation à l'Hôpital Raymond-Poincaré

"Le plus à craindre est devant nous", a-t-il expliqué ajoutant que "la deuxième vague a démarré il y a une dizaine de jours environ" et que "tout l'enjeu c'est d'éviter qu'elle prenne des proportions plus importantes que la première".

Lire aussi

Et de détailler : "Contrairement à la première où on partait de zéro, ici ne part pas de zéro, on part d'un résiduel de circulation du virus et donc la remontée pourrait être extrêmement forte et violente voire supérieure à la première."

Toute l'info sur

Covid-19 : la France face au rebond de l'épidémie

Les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19

"Je crois qu'il va falloir s'habituer à porter le masque en toutes circonstances dès lors qu'on n'est pas en mesure de respecter une distanciation physique d'un mètre", a-t-il encore indiqué, alors que le masque devient partiellement obligatoire à Paris, ce lundi, à l'instar de nombreuses villes de l'Hexagone, tout en soulignant que cela vaut "à l'intérieur ou à l'extérieur, et ça non pas pour les jours qui viennent mais pour les mois qui viennent".

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent