Coronavirus : les Bouches-du-Rhône comptent-elles moins de morts que les autres départements ?

Coronavirus : les Bouches-du-Rhône comptent-elles moins de morts que les autres départements ?
Santé

PANDÉMIE - L'ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy soutient que Marseille pourrait faire office de laboratoire à grande échelle. A l’entendre, en comparant la situation dans les Bouches-du-Rhône avec celles des autres départements, il sera possible de savoir si le traitement proposé par le Pr Didier Raoult permet ou non de sauver davantage de vies.

Un brin provocateur, le professeur Didier Raoult a partagé jeudi 30 mars dernier sur son compte Twitter une série de cartes (voir ci-dessous) montrant un faible nombre d'hospitalisations et de décès dans les Bouches-du-Rhône. En s’y penchant de plus près, on constate en effet que le département, où le microbiologiste et son équipe mènent actuellement des dépistages du Covid-19 associés à un traitement à l'hydroxychloroquine, se distingue par un nombre encore faible de décès et d’hospitalisations. Les Bouches-du-Rhône figurent, en outre, parmi les départements dans lesquels les services de réanimation sont encore le moins saturés. Doit-on en déduire que le traitement mis au point par le directeur de l'IHU-Méditerranée porte bel et bien ses fruits ?

Pour  l’ancien ministre Philippe Douste-Blazy, à l’initiative d’une pétition en faveur du traitement préconisé par le professeur Raoult, ce n'est pas une coïncidence si les Bouches-du-Rhône sont jusqu'à présent moins durement touchées que les autres régions de France. "Nous allons rapidement pouvoir comparer le taux de mortalité, entre les gens hospitalisés et ceux qui décèdent (...) Imaginez que le rapport entre les gens hospitalisés et ceux qui décèdent est beaucoup plus bas à Marseille qu’il ne l’est à Lyon ou en Île-de-France ? Ce jour-là, il faudra quand même commencer à se poser des questions au plus haut niveau des autorités sanitaires (...) Aujourd’hui, la courbe des malades, à Marseille, est complètement cassée. C’est un effet effet incroyable. C’est le premier endroit en France où il n’y a presque plus de malades", a expliqué Philippe Douste-Blazy sur LCI. 

Imaginez que le rapport entre les gens hospitalisés et ceux qui décèdent est beaucoup plus bas à Marseille qu’il ne l’est à Lyon ou en Île-de-France ?- L'ancien ministre de la Santé Philippe Douste-Blazy, interrogé sur LCI.

Pour autant, se référer au nombre de personnes hospitalisées, en réanimation ou décédées, dans les différents départements, ne permet aucunement de déduire que le traitement, dont le professeur Raoult fait la promotion, est à l'origine de la baisse du nombre de cas. Ces données nous informent simplement sur l’historique de la propagation de la pandémie. Et comme le souligne CheckNews, "les premiers décès dans les Bouches-du-Rhône ne remontent qu’au 24 mars". Le fait de comparer la situation à d'autres régions, comme le Grand-Est, premier foyer de l’épidémie dans l’Hexagone, à celle des Bouches-du-Rhône, touchées plus modérément et plus tardivement, n’aurait donc aucun sens. En tout cas, pour le moment.

Une étude sur 1061 patients

"On a détecté et traité énormément de cas, et on voit qu’on est sur une courbe très très décroissante",avait expliqué le Pr Raoult, qui a conduit deux études à la méthodologie contestée sur ce dérivé de l’antipaludéen chloroquine, dans une nouvelle vidéo postée le 8 avril sur YouTube. Le microbiologiste y évoque un nouvel essai portant sur  un millier de patients. "On est en train de finir l’analyse de 1.000 cas que l’on a traités, les choses sont très rassurantes sur ce traitement sur lequel on n’a pas eu d’ennui", assure-t-il. D'après Les Echos, le médecin aurait même donné les résultats de cette étude lors de la visite du président Macron à Marseille jeudi 9 avril.973 des 1061 patients auraient connu une "guérison virologique" en dix jours.

En vidéo

Visite de Macron au Pr. Raoult :"C’est une marque de lucidité"

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Actuellement, en tenant compte des données disponibles, il est cependant impossible de déterminer si la pandémie coronavirus (Covid-19) a été jugulée plus efficacement dans les Bouches-du-Rhône qu’ailleurs en France.  Et encore moins de savoir si le traitement à Hydroxychloroquine-Azithromycine en est à l'origine. Seule une autre étude à grande échelle, qui tiendrait compte du profil des patients pris en charge - âge, sexe, poids, facteurs de risque, gravité des symptômes à l’admission etc.- permettrait de répondre concrètement à cette question. Et pour l'heure, hormis l'essai clinique européen Discovery, dont les résultats ne sont pas attendus avant la fin du mois, rien ne permet de le démontrer de manière irréfutable son efficacité, y compris les résultats de la nouvelle étude du Professeur Raoult.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent