Coronavirus : les enseignants vont-ils devoir réaliser eux-mêmes les tests salivaires ?

Un enfant réalise un test salivaire de dépistage du coronavirus, le 25 février 2021

ÉCOLES - Un syndicat d'enseignants s'inquiète d'une note du ministère de l'Éducation nationale qui semble leur donner la responsabilité du prélèvement salivaire chez les enfants. Nous avons passé cette information au crible.

L'objectif est colossal. Réaliser "entre 50.000 et 80.000 tests" salivaires par semaine dans les écoles du territoire. Mais encore faut-il s'en donner les moyens. Or, selon le SNUipp-FSU, cette tâche incombera directement aux enseignants et professeurs des établissements. Alors que la campagne de dépistage salivaire débutera dans les écoles de la zone A dès le lundi 1er mars, une note du ministère semble en effet aller dans ce sens. 

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Les Vérificateurs, une équipe de fact-checking commune aux rédactions de TF1, LCI et LCI.fr

Des enseignants "pour l'encadrement"

Publiée par Guislaine David, porte-parole du syndicat, majoritaire dans le premier degré, on y lit effectivement que "l'encadrement" des prélèvements sera "assuré par les personnels de l'Éducation nationale ou des collectivités territoriales". Mais le ministère de l'Éducation nationale se veut rassurant. Contacté par LCI.fr, il explique que la présence d'un membre du corps éducatif durant toutes les interventions est demandée "afin de ne pas laisser seuls les enfants sans professeurs". De fait, ce dépistage va "essentiellement cibler les écoles maternelles et primaires", pour qui il est plus compliqué de passer un test PCR. Il apparaissait donc essentiel aux yeux du ministère qu'une personne des rangs de l'établissement puisse être mobilisée.

Le ministère de l'Éducation nationale affirme toutefois que le "prélèvement" sera bien pratiqué par un "personnel de santé scolaire" - à savoir un médecin ou un membre de l'infirmerie. Sauf que le syndicat s'inquiète de la disponibilité de ce personnel, déjà largement occupé par les impératifs du traçage des "cas contact". 

Une deuxième note, publiée le lendemain, est venue renforcer cette inquiétude. Selon le syndicat, il s'agit de la "notice pour l'organisation du recueil salivaire dans les écoles" qui aurait été envoyée dans des établissements du département du Rhône. On y lit noir sur blanc que "les prélèvements sont à faire par les personnels de l'école qui seront dotés d'équipements de protection individuelle". Puis : "Autant que possible, une infirmière scolaire sera en appui de cette campagne."

Lire aussi

L'authenticité du document a été confirmée à LCI.fr par l'académie de Lyon. Qui précise cependant que "les professeurs ou enseignants ne seront jamais seuls pour ces opérations". "Il y aura systématiquement un personnel médical, qu'il soit de l'établissement ou des collectivités." Même promesse rue Grenelle, où on assure que dans le cas d'une absence de l'infirmière d'établissement, "des renforts seront prévus", notamment via la mobilisation des "personnels de santé des collectivités", tels que les secouristes. "On a l'impression que le professeur sera seul pour tout le faire, ce ne sera pas le cas", martèle le ministère.

En vidéo

Tests salivaires à l'école : les enseignants pourront être mis à contribution

Mais dans les faits, les enseignants, devront-ils eux-mêmes réaliser les prélèvements comme l'écrit la notice lyonnaise ? Interrogé, le ministère confie qu'en effet, ils "pourront bien être amenés à faire passer ces nouveaux tests, mais sans aucune obligation"." Peut-être qu'un professeur pourra faire cracher dans un tube, il n'y a pas besoin d'une expertise santé pour cela", nous glisse-t-on. En réalité, pour le ministère, le plus important est le déploiement de cette nouvelle stratégie massive de dépistage, tant attendue.

Vous souhaitez nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pourquoi le Chili se reconfine-t-il alors qu'il est le 3e pays le plus vacciné au monde ?

Aurélien éliminé de "Koh-Lanta" : "Avec Thomas, on peut clairement parler de trahison"

EN DIRECT - Covid-19 : 510.000 doses injectées ce vendredi, annonce Macron

Vacances confinées : ces Français qui trichent (sciemment ou sans le savoir)

EN DIRECT - La Reine a perdu son "roc", son "soutien indéfectible" : nombreux hommages ce samedi après la mort du Prince Philip

Lire et commenter