Ma Santé 2022 : Emmanuel Macron lance son "plan massif" pour l’hôpital

Ma Santé 2022 : Emmanuel Macron lance son "plan massif" pour l’hôpital
Santé

L'APRÈS-CORONAVIRUS - Emmanuel Macron a annoncé ce jeudi, au cours d'une rencontre avec des médecins à l'hôpital, le lancement du plan Ma Santé 2022 pour transformer l'hôpital et le système de santé français. Parmi les mesures, on retrouve la revalorisation des salaires et un meilleur accès aux soins.

Emmanuel Macron donne le coup d'envoi de Ma Santé 2022. Jeudi, lors de sa rencontre avec des médecins hospitaliers, le chef de l'Etat a annoncé le lancement du "plan massif" pour l'hôpital et le système de santé français. Emmanuel Macron a demandé à son ministre de la Santé, Olivier Véran, de démarrer "dans les prochaines semaines", sans toutefois fixer d'échéance. "C'est le début d'un processus", ont précisé ses conseillers, soulignant que la priorité restait pour l'instant la gestion du déconfinement. Ma Santé 2022 doit se concrétiser dans neuf chantiers et un projet de loi. 

Pour tirer les enseignements de la crise, Emmanuel Macron recevait ce jeudi une dizaine des médecins qui ont signé le 3 mai dans le journal Le Figaro une tribune intitulée "Libérons l'hôpital du fléau bureaucratique". Les signataires, vingt éminents médecins et professeurs de médecine, soulignaient combien l'épidémie avait remis les soins au premier plan, balayant les lourdeurs bureaucratiques, la "gouvernance comptable" qui avait "fait de l'hôpital une entreprise", affaibli par une politique d'économies et de suppressions de lits.     

"Maintenant, il faut aller plus vite"

Un principe qu'ils souhaitent voir perdurer après la crise du Covid-19 et guider le "renouveau de l'hôpital". Tirant les leçons de l'épidémie, les médecins invités à l'Elysée jeudi ont tous réclamé une meilleure attractivité de l'hôpital, à travers de meilleures rémunérations ou encore l'abandon de la tarification à l'acte, un point enclenché par le plan "Ma Santé 2022". Ils ont aussi souligné que l'épidémie leur avait permis de retrouver le sens de l'équipe, selon l'Elysée. "Maintenant il faut aller plus vite dans la revalorisation des salaires, des carrières et des compétences" ainsi que sur une stratégie médicale contractualisée plutôt qu'un pilotage budgétaire, leur a promis le chef de l'Etat.

En vidéo

Hôpitaux : ces héros invisibles

Il a aussi souhaité que perdure une forme de simplification, afin de garder l'agilité de la gestion des malades du Covid-19, à travers une plus grande autonomie à tous les niveaux. Dans le cadre de ses consultations, le chef de l'Etat recevra vendredi à déjeuner des économistes pour échanger sur "les conséquences économiques et sociales de la crise", a annoncé la présidence.

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières informationsLes pays les plus touchés par le Covid-19

Un projet de loi doit enclencher dès septembre prochain la suppression du numerus clausus et l'intégration du nouveau dispositif dans Parcoursup.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent