Coronavirus : un médecin hospitalier de Moselle est décédé

Coronavirus : un médecin hospitalier de Moselle est décédé

CORONAVIRUS - La pandémie de Covid-19 continue de propager à travers le monde, et notamment aux Etats-Unis, avec un nombre de cas en forte hausse. En France, où la population connaît son 14e jour de confinement ce lundi 30 mars, l'évacuation des patients des régions les plus touchées se poursuit.

Un médecin hospitalier est mort du Covid-19, a annoncé la directrice générale du centre hospitalier régional de Metz (Moselle).  Sixième de cette profession à succomber au coronavirus, il comptait parmi "un peu plus de quarante personnels hospitaliers" de cet hôpital à être infecté, a noté Marie-Odile Saillard, lundi 30 mars. Parmi eux, des personnes placés aussi en réanimation, mais "aussi des gens malades, mais pas gravement malade".

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Il s'agit du sixième médecin hospitalier à mourir du Covid-19, huit jours après qu'un urgentiste de Compiègne, deux médecins (un gynécologue et un généraliste) du Haut-Rhin, et deux généralistes de Moselle et de Haute-Saône avaient été tués.

Lire aussi

Live

DE NOUVEAUX PROFESSIONNELS POURRONT VACCINER


Ce vendredi, le gouvernement a mis à jour la liste des professionnels autorisés à participer à la campagne nationale de vaccination, "au regard de la très vive circulation de l'épidémie".


Dans un arrêté, les services du ministère de la Santé évoque plusieurs professions para-médicales : les orthophonistes, les pédicures-podologues, les orthoptistes, les physiciens médicaux. Les ergothérapeutes, psychomotriciens, audioprothésistes, diététiciens, opticien-lunetiers, orthoprothésistes, podo-orthésistse, ocularistes, épithésistes, orthopédiste-orthésistes et assistants dentaires sont également placés sur la liste des professions autorisées.


À noter aussi, les vétérinaires vont aussi pouvoir prendre part à la campagne vaccinale.

DE NOUVEAUX PROFESSIONNELS POURRONT VACCINER


Ce vendredi, le gouvernement a mis à jour la liste des professionnels autorisés à participer à la campagne nationale de vaccination, "au regard de la très vive circulation de l'épidémie".


Dans un arrêté, les services du ministère de la Santé évoque plusieurs professions para-médicales : les orthophonistes, les pédicures-podologues, les orthoptistes, les physiciens médicaux. Les ergothérapeutes, psychomotriciens, audioprothésistes, diététiciens, opticien-lunetiers, orthoprothésistes, podo-orthésistse, ocularistes, épithésistes, orthopédiste-orthésistes et assistants dentaires sont également placés sur la liste des professions autorisées.


À noter aussi, les vétérinaires vont aussi pouvoir prendre part à la campagne vaccinale.

OUTRE-MER 


Des violences ont éclaté jeudi en Guadeloupe où un gendarme a été blessé à balle réelle à Pointe-à-Pitre. Le pronostic vital du gendarme n'est pas engagé. 


Ces violences font suite à une forte mobilisation dans l'île contre l'obligation vaccinale décidée par le gouvernement à propos des personnels soignants. Le procureur de la République doit tenir une conférence de presse, ce vendredi.

Violences en Guadeloupe : un gendarme blessé par balle, six personnes interpellées

UN RAPPEL POUR 70% DES ADOS DÈS FÉVRIER


Le gouvernement, par la voix de Jean Castex, a annoncé l'ouverture du rappel vaccinal pour les adolescents de 12 à 17 ans dès ce lundi, hier lors d'une conférence de presse.


Sans obligation, cela pourrait concerner 70% des adolescents éligibles d'ici au 1er février prochain, selon un avis du conseil d'orientation de la stratégie vaccinale (COSV). Ce dernier prône, en effet, la mise en place des mêmes règles que celles concernant les adultes à savoir, une dose de rappel dans les trois mois suivant la seconde injection.


Enfin, le COSV appelle à une vaccination des adolescents dans les établissements scolaires - notamment - en plus des centres de vaccinations.

PASS VACCINAL : "UNE GRAVE ERREUR DE COMMUNICATION"


Invité ce vendredi sur LCI, Arnaud Chiche estime que l'instauration d'un pass vaccinal est "un échec". Selon l'anesthésiste-réanimateur d'Hénin Beaumont, "on ne parle plus de l'épidémie et de l'intérêt du vaccin".


Il regrette que le débat se soit déplacé sur une éventuelle "stratégie politique". "C'est très dommage, et je pense une grave erreur de communication et de raisonnement", poursuit-il, ce vendredi sur LCI.

UNE VACCINATION DES LIONS ? 


C'est une première. Six zoos indiens vont se lancer dans la recherche d'un vaccin visant à protéger du coronavirus les lions et léopards.


En 2021, plusieurs félidés étaient morts des suites d'une infection au Covid-19, dans un zoo du sud de l'Inde.


Selon les premières informations fournies, les essais cliniques viseront une quinzaine d'animaux de l'un des parcs zoologiques basés dans le pays en lien avec le sérum développé par l'Institut national de recherche des équidés (NRCE).

LA PANDÉMIE AU PLUS HAUT EN ALLEMAGNE


Pour la troisième journée consécutive, nos voisins Allemands ont enregistré un record de contaminations, sur les dernières 24 heures.


Dans le détail, 140.160 nouveaux cas ont été détectés ce jeudi, dans le pays, quand 170 décès sont à déplorer. Selon les données fournies par l'institut Robert Koch, le taux d'incidence dans le pays est de 638.8 cas pour 100.000 habitants. Un niveau record, une fois encore.

ADELE ANNULE SA TOURNEE


"Je suis désolée mais le spectacle n'est pas prêt (...) nous avons été laminés par les délais de livraison et le Covid": c'est en pleurs que la chanteuse britannique Adele a annoncé ce jeudi le report sine die de sa série de spectacles en résidence à Las Vegas


La star devait jouer tous les week-ends pendant douze semaines à partir du 21 janvier son dernier album studio "30", mais son équipe a été décimée par le Covid à la veille de la première représentation. D'après une vidéo diffusée sur le compte Instagram de la chanteuse, la moitié de son équipe serait tombée malade du virus. 

UN AVION ATTERRIT POUR CAUSE DE MASQUE


Un avion de la compagnie American Airlines qui reliait Miami, aux États-Unis, à Londres a fait demi-tour à mi-chemin ce jeudi, l'une des passagères refusant de porter son masque, a indiqué la compagnie aérienne dans un communiqué.


Le Boeing 777, qui transportait 129 passagers et 14 membres d'équipage, a été accueilli, à son retour en Floride, par la police de Miami. "Une fois l'avion arrivé à la porte d'embarquement, la passagère a été escortée hors de l'avion par la (police de Miami) sans incident", a indiqué un responsable de la police à la chaîne américaine CNN.


La cliente impliquée dans cet incident a été placé sur la "liste interne de refus" de la compagnie American Airlines, "en attendant une enquête plus approfondie".

VACCINATION OBLIGATOIRE EN AUTRICHE 


Le parlement autrichien a largement adopté jeudi la loi sur la vaccination obligatoire pour tous les adultes, devenant le premier pays de l'Union européenne à prendre une telle mesure pour lutter contre la pandémie de Covid-19, malgré une virulente opposition dans la rue et de l'extrême-droite.


La mesure entrera en vigueur le 4 février dans ce pays où seulement 72% de la population est vaccinée. L'objectif, selon le gouvernement, n'est pas d'imposer la vaccination de force ni de multiplier les sanctions financières. 


Celles-ci pourront aller de 600 à 3.600 euros mais seront levées si le contrevenant se fait vacciner dans les deux semaines. Pour donner du temps aux récalcitrants, la phase de contrôles ne débutera que mi-mars.

ETATS-UNIS: OBLIGATION VACCINALE AUX FRONTIERES


Les étrangers souhaitant entrer aux Etats-Unis par voie terrestre et maritime devront être vaccinés à compter de samedi, quels que soient les motifs de leur voyage, a annoncé jeudi le ministère américain de la Sécurité intérieure.


Les Etats-Unis, qui avaient fermé leurs frontières à une grande partie du monde à partir du début de la pandémie, les ont rouvertes en novembre aux voyageurs du monde entier à condition qu'ils soient vaccinés. 


Mais les étrangers arrivant par les frontières terrestres ou par ferry depuis le Mexique ou le Canada en étaient exemptés s'ils avaient "des motifs essentiels".

Ce ne sera donc plus le cas à partir de samedi, ce qui devrait surtout affecter les transporteurs et les travailleurs transfrontaliers

INTERVIEW


Invité par Ruth Elkrief ce jeudi soir sur LCI, le professeur Eric Caumes, infectiologue, a réagi à l'instauration d'un pass vaccinal par le gouvernement, une "manoeuvre politique".

VIDÉO - "Avec le pass vaccinal, on est dans la manœuvre politique", estime le Pr Eric Caumes

PASS VACCINAL


Dès ce lundi prochain, les Français de plus de 16 ans seront soumis au pass vaccinal, a annoncé le Premier ministre ce jeudi. Quels seront alors les lieux où il ne sera pas nécessaire ?

Pass vaccinal dès lundi : quels sont les lieux où il ne sera pas obligatoire ?

"UN PASS STIGMATISANT"


"Ce pass vaccinal est fait pour stigmatiser les non vaccinés. Et puis, le virus circulant tellement dans la population, le souci est de convaincre les non vaccinés", relève Eric Caumes sur LCI.


"Vacciner nos enfants, cela ne sert plus à rien. Ils s'immunisent naturellement. Pourquoi forcer les gens à se vacciner alors que cette immunité est plus efficace ?"

SOUS VARIANT OMICRON


Sur le nouveau variant d'Omicron, le pr  Caumes estime sur LCI que "s'il a pris la place d'Omicron au Danemark, c'est qu'il est moins grave que ce dernier."

"CE N'EST PAS UN TRES BON VACCIN"


"Je suis pour le vaccin. C'est une des plus belles trouvailles de la science au cours du XXe siècle. En temps qu'infectiologue, je trouve qu'on a pas un très très bon vaccin. Faire la promotion d'un vaccin qu'on se réinjecte tous les six mois... On est sur un terrain mouvant. J'ai peur qu'on ait abimé "l'esprit" de la vaccination."


"Ce virus va devenir endémique, comme les autres coronavirus."

"MANOEUVRE POLITIQUE"


"La campagne électorale pollue Omicron", estime sur LCI le pr Caumes. "Avec le pass vaccinal, on est dans la manoeuvre politique". 


"On sait très bien que la vague va retomber", ajoute l'épidémiologiste. "Je reste méfiant". "Il ne faut pas croire que la protection du vaccin dure dans le temps. Ce n'est pas un pass vaccinal, c'est un pass immunitaire. Je pense qu'ils voulaient cliver sur le vaccin."


"Depuis que nous sommes entrés en campagne, nous n'avons plus la bonne boussole."

PROTOCOLE SANITAIRE


Le gouvernement a décidé de desserrer la vis sur les mesures de restrictions. Jean Castex a annoncé ce jeudi un calendrier échelonné d'allègements et de réouvertures. Notamment celle des discothèques.

VIDÉO - Allègement des restrictions : l'agenda des principales dates et mesures

ALLOCUTION


Dès lundi prochain, le pass vaccinal sera obligatoire pour toutes les personnes d'au moins 16 ans, a annoncé le Premier ministre ce jeudi. Le dispositif doit cependant être encore accordé par le Conseil constitutionnel ce vendredi.

Covid : le pass vaccinal en vigueur lundi, ce qu'il faut savoir

MASQUE A L'INTERIEUR


"Le masque en intérieur va rester une protection nécessaire", estime Olivier Véran. "Regardez le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Italie... (...) Il n'y a pas un rythme uniforme en Europe."

CE QU'IL FAUT RETENIR


Voici les principales annonces à retenir de la conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran :


- Le gouvernement va ouvrir à partir de lundi et sans obligation, le rappel de vaccin contre le Covid-19 à tous les 12-17.


Le 2 février : les jauges sont levées, le port du masque n'est plus obligatoire à l'extérieur. Le télétravail n'est plus obligatoire. 


- Le 16 février : les discothèques, qui étaient fermées depuis le 10 décembre, pourront rouvrir. Les concerts debout pourront reprendre à cette date. La consommation debout sera également à nouveau possible dans les bars. En outre, elle sera à nouveau possible dans les stades, les cinémas et les transports.

 PASS VACCINAL 


Jean Castex l'assure : "Le pass pourrait tout à fait être suspendu si la pression épidémique est surtout hospitalière venait à se réduire fortement et durablement".

LES REGLES POUR LE 16 FEVRIER


Le 16 février, révèle Jean Castex, "la consommation dans les stades, les cinémas ou les transports sera à nouveau autorisée. Les concerts debout et la consommation debout dans les bars pourront reprendre. Les discothèques pourront rouvrir. J'ajoute que nous pourrons aussi envisager, au retour des vacances scolaires de février, un allègement du protocole scolaire sur la levée du port du masque pour les élèves dans les écoles élémentaires". 

UN ALLEGEMENT DES MESURES LE 2 FEVRIER


Jean Castex dévoile le nouveau calendrier : "Nous allons alléger les mesures en vigueur en deux étapes qui interviendront les 2 puis 16 février. Ces délais devant permettre le déploiement d'ordre du pass vaccinal et à nos hôpitaux d'absorber les effets du pic épidémique à compter du mercredi 2 février. Tous les équipements, notamment sportifs et culturels, qui accueillent du public vont retrouver un fonctionnement à pleine capacité, en respectant cependant l'obligation du port du masque à cette même échéance."


"Le télétravail ne sera plus obligatoire, mais restera recommandé en laissant aux entreprises de maintenir le bon niveau dans le cadre de leur dialogue interne. Le port du masque ne sera plus exigé en extérieur à compter du mercredi 16 février."

NOUVELLE REGLE POUR LA PRIMO VACCINATION


Jean Castex : "Je vous annonce que nous allons permettre à celles et ceux qui feront leur première dose d'ici le 15 février de bénéficier d'un pass vaccinal valide à deux conditions bien faire leur deuxième dose un mois plus tard et, dans l'intervalle, justifier également d'un test négatif de moins de 24 heures."

PASS VACCINAL


Sauf décision contraire du Conseil constitutionnel demain, le pass vaccinal entrera en vigueur lundi pour les Français de plus de 16 ans.


D'après Jean Castex, "l'ensemble des français de 16 ans et plus devront justifier d'un schéma vaccinal complet pour aller au restaurant, au cinéma, au théâtre, dans un stade ou pour prendre le TGV, sauf pour les temps de 12 à 15 ans. Il ne sera plus possible de rentrer dans ces lieux avec un simple test négatif. Seuls les visites dans les hôpitaux, maisons de retraite ou autres établissements médico sociaux pourront rester accessibles avec un test, comme c'est déjà le cas aujourd'hui."

UN RAPPEL POUR TOUS


La dose de rappel de vaccin sera accessible à tous les 12-17 ans à partir de lundi.Jusqu'ici, seuls les 12-17 ans les plus à risque pouvaient recevoir une dose de rappel.


Jean Castex : "Je vous annonce que nous allons étendre cette possibilité d'un rappel vaccinal pour tous, mais sans obligation, à compter de lundi prochain. Pour tous les autres, nous devons sans relâche poursuivre notre stratégie d'aller vers les vacciner, en particulier les populations les plus éloignées du système de soins."


Le Premier ministre assure que "son choix était le bon" de ne pas fermer les écoles : "J'ai vu les représentants des personnels de l'Education nationale et nous avons apporter les correctifs nécessaires, mais rien n'aurait été pire que de fermer des établissements scolaires, voire de retarder la rentrée. Car la réouverture, vu la flambée du nombre de cas, aurait été très difficile. Avant hier mardi, 17037 classes étaient fermées. C'est beaucoup, mais cela représente 3,2% des classes en France."

"OUI, ON PEUT FACILEMENT ATTRAPER LE VIRUS AVEC LE VACCIN"


Jean Castex : "Oui, les caractéristiques du nouveau variant font qu'on peut facilement attrapé le virus en étant vacciné. Mais là aussi, deux chiffres très parlants : une personne complètement vaccinée a quatre fois et demie moins de risque d'attraper le Covid s et surtout, 25 fois moins de risque d'être hospitalisé en soins critiques, c'est-à-dire des formes graves par rapport à une personne non vaccinée."


"Seuls 7% des adultes ne sont toujours pas vaccinés et pourtant, ils représentent l'écrasante majorité des patients hospitalisés dans les services de réanimation, au grand dam de nos soignants qui se battent au quotidien depuis deux ans de façon admirable, inlassablement."

CE VIRUS N'A RIEN D'ANODIN"


"Je vous le dis clairement, même atténué, ce virus n'a rien d'anodin", estime Jean Castex. "Il ne s'agit absolument pas d'une simple grippe. Un seul chiffre pour le démontrer au cours d'une année normale l'épidémie grippe provoque en moyenne 10.000 hospitalisations sur toute la période de l'hiver. Avec Omicron, nous atteignons ce chiffre en trois mois, mais en cinq jours seulement."


"Omicron a déjà touché plus de 5 millions d'entre nous, et probablement au moins le double si on ajoute le nombre estimé de ceux qui ne sont pas allés se faire tester faute de symptômes notables".

"LA VAGUE EST EN NET REFLUX"


La conférence de presse de Jean Castex et Olivier Véran commence. "La France, comme tous les autres Européens, est frappée depuis maintenant près de deux mois par une vague d'une ampleur exceptionnelle. Exceptionnelle parce qu'elle est alimentée par le cumul de deux variants Delta et Omicron qui se sont succédés, mais en fait additionné depuis la fin de l'année dernière", assure le Premier ministre.


"La première évolution positive est que la vague liée aux Varian Delta est partout en net reflux", ajoute Jean Castex. "C'est en particulier le cas en Ile de France, où la décrue est maintenant engagée." 


Jean Castex va préciser le calendrier afin que "courant février", "nous puissions lever la plupart des restrictions prises pour freiner l'épidémie à la faveur du nouveau passe vaccinal qui entrera en vigueur lundi prochain". 

EDITION SPECIALE SUR TF1 


En attendant la prise de parole de Jean Castex et d'Olivier Véran, TF1 est en édition spéciale. 

BILAN QUOTIDIEN


Selon les autorités, 27.931 personnes sont hospitalisées ce jeudi (+701) dont 3.842 en soins critiques (-10).


On recense aussi 251 décès en 24h.


Côté contaminations, il y a eu 425.183 nouveaux cas en 24h (+39% par rapport à jeudi dernier), ce qui confirme une reprise depuis lundi.


Autre chiffre (et record) qu'on apprend ce jeudi soir  : 525.527 personnes ont été testées positives lundi 17 janvier.

L'AVIS DU CONSEIL SCIENTIFIQUE


Toujours selon le dernier avis du Conseil scientifique, une remontée importante du nombre de cas a été notifiée le 18 janvier avec environ 460 000 cas déclarés en 24h. Il semble que cette remontée s’explique par un regain de l’épidémie chez les moins de 15 ans et chez les 30-44 ans, suggérant un effet important de la rentrée des classes : le virus circule de façon intense chez les plus jeunes et se propage ensuite aux parents. Il y a un risque que ce rebond touche progressivement les autres groupes d’âge, et notamment les plus fragiles.


La situation va être plus difficile dans les régions du Sud de la France (Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, et Provence-Alpes-Côte d'Azur) où les niveaux d'occupation des lits sont déjà similaires à ceux rencontrés au pic des vagues précédentes.

L'AVIS DU CONSEIL SCIENTIFIQUE


Les recommandations du Conseil scientifique. Peu avant la prise de parole de Jean Castex, les membres du conseil ont dévoilé les fruits de leurs dernières recherches.


Selon eux, entre 9 à 14 millions de Français pourraient avoir déjà été infectés par le variant Omicron depuis son émergence début décembre 2021.


Son impact sur le système de soins va se poursuivre durablement jusqu’à mi-mars 2022. Les projections suggèrent que le retentissement sur le système de soins pourrait être géré si, et seulement si, la réduction des contacts et la conservation des gestes barrières se poursuivent durant les semaines qui viennent, estiment les scientifiques.

LES VÉRIFICATEURS


En pleine affaire Novak Djokovic, expulsé car non vacciné, l'Open d'Australie aurait vu au moins trois joueurs vaccinés souffrir de difficultés respiratoires. Ces derniers auraient été obligés de renoncer à participer au tournoi du Grand Chelem. C'est ce que suggèrent plusieurs publications virales. C'est faux.

Open d'Australie : les effets du vaccin ont-ils vraiment forcé trois joueurs à abandonner ?

CLUSTER À VENISE


En football, le match qui doit opposer samedi l'Inter Milan, leader de la Serie A, à Venise risque d'être reporté après que l'équipe de la Cité des Doges a annoncé dix nouveaux cas parmi ses joueurs et son encadrement. Ce nouveau décompte porte le nombre de cas au sein de l'équipe vénitienne à 14, mais le club n'a pas indiqué combien parmi ceux-ci touchaient des joueurs, dont un nombre minimum doit être réuni pour que la rencontre ait lieu.


Selon un nouveau protocole mis en place pour la Serie A, les matches doivent être reportés si plus de 35% des 25 joueurs d'une équipe sont testés positifs, soit neuf joueurs.

LE TAUX DE REPRODUCTION DU VIRUS STABLE


Selon le Pr Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de Genève, le taux de reproduction du virus (à savoir le nombre de personnes que contamine un malade) est toujours fixé à 1,18, comme la veille. Ce qui signifie que l'épidémie est toujours en hausse sur le territoire.

ENQUÊTE


Soupçonnés d'avoir harcelé sur les réseaux sociaux deux parlementaires et un médecin, deux hommes et six femmes, membres du groupe antivaccin "V_V", ou ViVi, viennent d'être interpellés. Qui sont-ils et comment ont-ils été identifiés ? Le 20H de TF1 a enquêté sur ce coup de filet.

VIDÉO - Cyberharcèlement : que sait-on des membres interpellés du groupe antivax "ViVi" ?

LE SPOUTNIK V PEINE À CONVAINCRE


Les autorités peinent toujours à convaincre les Russes d'aller se faire vacciner, malgré la conception de plusieurs sérums nationaux. Un peu moins de la moitié de la population est totalement vaccinée à ce jour. Ce jeudi, les concepteurs du vaccin phare de Moscou, le Spoutnik V, ont revendiqué dans un communiqué une "protection forte" contre le variant Omicron, des propos similaires à ceux du président Vladimir Poutine qui a affirmé que le vaccin russe était "plus efficace que les autres utilisés dans le monde".


Le Fonds souverain russe a dit que son sérum avait "un effet neutralisant de l'activité virale deux fois supérieur" à celle de son concurrent Pfizer, citant une étude du laboratoire italien Spallanzani en association avec des chercheurs du Centre Gamaleïa, inventeur du Spoutnik V. Le vaccin russe n'a toujours pas été homologué par l'OMS, le processus ayant été bloqué pendant plusieurs mois en raison d'incompréhensions de Moscou quant aux informations à fournir.

QUEL CALENDRIER DE LEVÉE DES RESTRICTIONS ?


Quand les restrictions vont-elles être levées ? Le Premier ministre Jean Castex dévoilera le calendrier ce jeudi soir à 19h. L'édition spéciale est à suivre dès 18h35 sur TF1.

ACCORD POUR DONNER ACCÈS À LA PILULE MERCK À 105 PAYS DÉMUNIS


Un vaste accord a été signé ce jeudi avec la Communauté de brevets sur les médicaments (MPP) pour donner accès à 105 pays à faible et moyen revenu à la pilule anti-Covid du groupe pharmaceutique Merck, selon un communiqué de l'agence soutenue par l'ONU. Plusieurs dizaines de fabricants de médicaments génériques ont signé cet accord.


 "C'est un pas crucial vers un accès universel à des traitements dont on a cruellement besoin et nous sommes persuadés [...] que ces traitements très attendus seront rapidement disponibles dans des pays à faible et moyen revenu", a déclaré Charles Gore, le directeur exécutif de MPP, cité dans un communiqué. L'accord donne aux entreprises retenues, qui répondent aux stricts critères de la MPP, l'autorisation de fabriquer soit les ingrédients en gros, soit le médicament lui-même.

UN SOUS-VARIANT D'OMICRON EN FRANCE ?


Attendu depuis plusieurs jours, le pic de la cinquième vague ne semble toujours pas atteint en France. Selon le Pr Antoine Flahault, directeur de l'Institut de santé globale de Genève, un sous-variant d'Omicron pourrait compliquer la sortie de crise. Interview.

Covid-19 : la nouvelle hausse des contaminations en France provoquée par le BA.2, un sous-variant d'Omicron ?

MOSCOU FACE AU VARIANT OMICRON


La Russie, le pays le plus endeuillé d'Europe par le Covid-19, a recensé 38.850 nouveaux cas ces dernières 24 heures, un chiffre élevé sans atteindre le record de novembre, selon les chiffres du gouvernement.


En revanche, la capitale Moscou, épicentre de l'épidémie dans le pays, a enregistré un record absolu avec 11.557 nouveaux cas. Le précédent plus haut datait de juin 2021, au plus fort de la vague due au variant Delta. Ces chiffres sont en nette progression ces derniers jours.

UN MILLION DE PRIMO-INJECTIONS EN UN MOIS


Depuis l'annonce du pass vaccinal, qui va prochainement entrer en vigueur, un million de primo-injections ont été réalisées, annonce le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. "C'est uniquement les adultes. Les enfants, c'est en plus", confirme-t-il.

LE CALENDRIER DU BAC TRANCHÉ "DANS LES PROCHAINS JOURS"


Alors qu'elles doivent se tenir en mars, le sort des épreuves anticipées du baccalauréat n'est pas encore tranché, indique le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. "Un travail de concertation, de dialogue va être conduit pour prendre une décision. Les échanges ont eu lieu ces derniers jours et vont se poursuivre pour certains d'entre eux. Dans les prochains jours, une décision sera prise et communiquée par le ministre" Jean-Michel Blanquer.

A QUELLES ANNONCES S'ATTENDRE ?


Sans vouloir révéler ce qui sera annoncé par Jean Castex et Olivier Véran dans la soirée, le porte-parole du gouvernement Gabriel laisse entendre que les annonces concerneront notamment les discothèques, les restrictions sur les grands événements mais aussi l'entrée en vigueur du pass vaccinal. "Sur tous ces sujets, ils s'exprimeront", précise-t-il à l'issue du Conseil de défense sanitaire.

Urgent

UN CALENDRIER DE SORTIE DE CRISE DÉVOILÉ À 19H


Une conférence de presse du Premier ministre Jean Castex et du ministre de la Santé Olivier Véran aura lieu jeudi à 19h, annonce le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal. Ils feront un point sur la situation sanitaire. "Ils présenteront ainsi un calendrier précis, un calendrier détaillé de levée progressive des dernières mesures dans notre pays", indique-t-il.

"L'ÉPIDÉMIE EST ENCORE EN EXPANSION", AFFIRME G. ATTAL


"Nous avons pas à pas vers ce qui pourrait être plus facile une vie plus facile avec le virus. Ne nous y trompons pas la situation sanitaire est encore tendue", affirme le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, jeudi, à la sortie d'un Conseil de défense sanitaire. "Nous comptons en moyenne plus de 320.000 contaminations chaque jour. Pour vous donner une idée, la probabilité qu'une personne au moins soit positive dans un événement qui rassemble 50 personnes est de l'ordre de 96%. L'épidémie est encore en expansion. Si nous espérons, comme l'indiquent certains scientifiques, que le pic Omicron approche, nous constatons en réanimation une baisse de 15% des admissions en soins critiques."

Urgent

ÉDUCATION NATIONALE : FORTE BAISSE DU NOMBRE DE GRÉVISTES, SELON LE MINISTÈRE


Selon les chiffres du ministère de l'Éducation nationale, 1,63% des personnels de l'éducation sont en grève ce jeudi pour protester contre la gestion de la crise sanitaire dans les établissements scolaires. Dans le détail, les enseignants grévistes représentent 1,15% dans le premier degré, et 2,18% dans le second degré.


Pour rappel, selon le ministère, plus de 27% des personnels étaient en grève jeudi dernier, dont 38% des enseignants du premier degré.

L'AUTRICHE S'APPRÊTE À ADOPTER LA VACCINATION OBLIGATOIRE


Le Parlement autrichien doit adopter dans la journée la loi sur la vaccination obligatoire pour tous les adultes, devenant le premier pays de l'UE à prendre une telle mesure. "La vaccination est la chance pour notre société d'atteindre une liberté durable et continue, sans que le virus nous restreigne", a déclaré le chancelier conservateur Karl Nehammer devant la presse. C'est "un sujet qui fait l'objet d'un débat très intense et passionné".


Le projet, annoncé en novembre pour doper une campagne d'immunisation chancelante au moment où flambait le nombre de contaminations, est soutenu par un large pan de la classe politique. Outre les Verts, partenaire de coalition des conservateurs, les cheffes des partis social-démocrate et libéral ont appelé à voter pour. Seule l'extrême droite y est opposée, au nom de la protection des libertés individuelles.

LE ROYAUME-UNI ET L'ESPAGNE ENTREVOIENT LA FIN DE LA VAGUE


Le Royaume-Uni a annoncé mercredi la levée prochaine de l'essentiel des restrictions. De son côté, l'Espagne a fait part de sa volonté de traiter le Covid-19 comme une maladie "endémique". Sur quels indicateurs se basent-ils ?

Covid-19 : sur quels indicateurs le Royaume-Uni et l'Espagne se basent-ils pour lever les restrictions ?

Infos précédentes

Toutes nos infos sur la pandémie en cliquant ici.

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

Pass vaccinal : la fleur faite aux non-vaccinés

Covid-19 : 525.527 cas positifs en 24 heures, nouveau record de contaminations en France

EN DIRECT - L’Autriche adopte la vaccination obligatoire, une première dans l’Union européenne

EXCLUSIF - Présidentielle 2022 : découvrez les résultats de notre sondage quotidien du 20 janvier

Covid-19 : la nouvelle hausse des contaminations en France provoquée par le BA.2, un sous-variant d'Omicron ?

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.