Muriel Pénicaud juge "très important" que le télétravail se poursuive jusqu'à l'été

Muriel Pénicaud juge "très important" que le télétravail se poursuive jusqu'à l'été

COVID-19 - La fin du confinement ne signera pas celle du télétravail. Après Edouard Philippe, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a rappelé sur France Info lundi 4 mai l'importance de poursuivre le travail à domicile.

Le télétravail survivra au déconfinement. Le Premier ministre l'avait annoncé lors de sa présentation du plan de déconfinement, le 28 avril à l'Assemblée nationale, sa ministre du Travail lui a emboîté le pas, lundi 4 mai sur France Info. Muriel Pénicaud a en effet jugé "raisonnable de dire" que le recours au travail à domicile serait massif jusqu'à l'été. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Les dernières infos sur l'épidémieA quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Afin de limiter la propagation du virus, cet outil a fait ses preuves, permettant à 5 millions d'actifs (sur près de 30 millions, tandis que 11,7 millions sont au chômage partiel) d'exercer leur métier depuis chez eux. Muriel Pénicaud a toutefois prévenu que, s'il était "très important qu’au maximum possible, ceux qui télétravaillent continuent à télétravailler", ce dispositif se devait d'être encadré : "Le télétravail ne peut pas être la disponibilité jour et nuit, 18 heures par jour, sept jours sur sept", a souligné la ministre. "On ne peut pas rester pendu à son téléphone ou à son ordinateur tout le temps. C'est une source de surmenage, de stress", a-t-elle reconnu, alors qu'une récente enquête montrait que 44% des télétravailleurs étaient "en détresse psychologique".

Lire aussi

"Travailler, c'est mieux pour l'économie"

Au micro de la station, Muriel Pénicaud a donc plaidé pour l'ouverture d'une négociation nationale entre syndicats et patronat à ce sujet. De cette négociation, l'ancienne directrice des ressources humaines du groupe Danone espérerait qu'elle débouche sur une "charte" ou un "accord" de télétravail, qui prévoirait notamment "les heures de déconnexion". Ces dernières sont d'autant plus difficiles à percevoir quand le travail s'immisce ainsi dans la sphère privée, et quand les télétravailleurs doivent également, fermeture des écoles oblige, s'occuper de leurs enfants. Aux employeurs d'être "bienveillants", demande la ministre, qui reconnaît qu'"on ne peut pas travailler de la même façon avec deux enfants à la maison".

"On ne peut pas travailler comme avant pour l'instant', a poursuivi la ministre. "Mais, entre ne pas travailler et travailler quand même, travailler c'est mieux pour l'économie, pour l'emploi et pour chacun. Il faut être compréhensif", a-t-elle conclu.

Suivez toute notre actualité sur la pandémie de coronavirus dans nos différentes thématiques

- Coronavirus : la pandémie qui bouleverse le monde

- Des conséquences économiques interminables

- Nos conseils face au confinement

- Comment bien vous occuper en période de confinement

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : plus de deux millions de morts dans le monde depuis le début de la pandémie

Covid-19 : Frédéric Mitterrand hospitalisé en urgence à Paris

Impôts : faites-vous partie des bénéficiaires de l'acompte versé ce vendredi ?

Vaccination : c'est parti pour la prise de rendez-vous en ligne sur le site Sante.fr

Les alertes neige sont levées, un département en vigilance crues

Lire et commenter