Coronavirus : "peu probable" que la France échappe au "stade 3" de l'épidémie, selon le gouvernement

Coronavirus : "peu probable" que la France échappe au "stade 3" de l'épidémie, selon le gouvernement
Santé

ÉPIDÉMIE - Sibeth Ndiaye a concédé ce mercredi qu'il était "peu probable" que la France échappe au "stade 3" de l'épidémie, qui correspond à une large circulation du virus sur le territoire. Alors que le pays compte désormais 257 cas de coronavirus, les mesures de restriction décidées le weekend dernier restent cependant inchangées pour l'instant.

Il est "peu probable" que la France échappe au "stade 3" de l’épidémie du nouveau coronavirus. C’est ce qu’a déclaré mercredi 4 mars la porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye lors d'un point presse à l'issue d'un Conseil de défense spécial à l'Elysée. Le ministre de la Santé Olivier Véran a quant à lui assuré que le gouvernement continuait de mettre "tout en œuvre" pour freiner la progression du Covid-19. 

Au "stade 2" depuis vendredi soir, niveau d'alerte qui a pour objectif de ralentir l’épidémie afin de permettre au dispositif sanitaire de se mettre en ordre, le pays enregistre désormais 257 cas de coronavirus, dont 45 nouveaux cas ce mercredi. Quatre personnes sont décédées au total, tandis que cinq clusters ont été identifiés. 

"La vie du pays ne s'arrêtera pas à cause du coronavirus"

En cas de passage au "stade 3", qui correspond à une large circulation du virus en France, les mesures de restriction décidées le weekend dernier seront "réexaminées", a en outre affirmé Sibeth Ndiaye. Reste que, pour l’heure, "nous n’y sommes pas encore". Ces mesures restent donc inchangées. 

Les rassemblements restent ainsi "strictement limités au sein des territoires où le virus circule activement", et ceux de plus de 5000 personnes en lieu confiné "restent interdits", a rappelé Olivier Véran, soucieux par ailleurs de gérer les "conséquences" de l'épidémie et de "préserver la vie sociale et économique de la nation".

Lire aussi

Au stade 3, "le pays ne va pas s'arrêter de fonctionner purement et simplement, y compris si nous avons une épidémie de coronavirus, c'est important à comprendre", a insisté Sibeth Ndiaye. À un tel stade, "on a l'impression que le pays va s'arrêter, que les enfants n'iront plus à l'école qu'on ira plus travailler... Ce n'est pas ce qui va se passer", a-t-elle assuré. "Les métros continueront à circuler jusqu'à nouvel ordre, les transports en commun continueront à circuler jusqu'à nouvel ordre... la vie du pays ne s'arrêtera pas à cause du coronavirus."

Le ministre de la Santé s’est lui aussi voulu rassurant, rappelant que seuls 4% à 5% des cas de nouveau coronavirus en France "pouvaient conduire à une hospitalisation en soins intensifs ou en réanimation" et que la maladie pouvait conduire au décès "dans 1% à 2% des cas".  "Tous les décès enregistrés à ce stade concernaient des personnes qui avaient un état de fragilité, et étaient généralement avancées en âge", a-t-il souligné.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent