Coronavirus : plus de 9000 décès à domicile n’ont pas été pris en compte, selon un syndicat de médecins

Selon le syndicat MG France, 9000 décès ne seraient donc pas comptés dans les bilans officiels. Son président, Jacques Battistoni, était l'invité de LCI ce lundi 27 avril 2020.
Santé

DÉCOMPTE - Les décès en Ehpad, non comptabilisés les premières semaines, sont depuis début avril pris en compte dans le bilan des victimes du Covid-19 en France. Mais les morts à domicile, eux, ne le sont toujours pas. Selon le syndicat MG France, 9000 décès ne seraient donc pas comptés dans les bilans officiels.

Dimanche 26 avril, le bilan officiel de l’épidémie due au coronavirus en France s’élevait à 22.856 morts, avec selon la Direction générale de la Santé 14.202 décès dans les hôpitaux, et 8654 victimes dans les maisons de retraite et autres établissements médico-sociaux. Mais la barre des 30.000 morts aurait-elle en fait déjà été franchie dans l’Hexagone ? Oui, si l’on en croit le syndicat de médecins MG France.

D’après la principale organisation de généralistes du pays, le coronavirus aurait en effet tué plus de 9000 personnes chez elles. Or ces décès à domicile ne sont pas comptabilisés dans les bilans que communique tous les soirs Jérôme Salomon, numéro 2 du ministère de la Santé. 

"Nous avons fait une enquête auprès des médecins généralistes. Nous avons eu beaucoup de réponses, 2.339 réponses exactement. Ces médecins, on leur a demandé combien ils avaient vu de patients et on leur a demandé aussi combien, dans leur patientèle, de patients à domicile étaient décédés du Covid-19", a expliqué auprès de franceinfo Jacques Battistoni. Résultat de cette enquête : il y aurait environ 9000 décès à domicile entre le 17 mars et le 19 avril. Un chiffre "très dérangeant" qui "confirme que la France est l'un des pays les plus touchés", a par ailleurs déclaré le président du syndicat MG France au JDD.

Sans test, pas de lien formel

En l’absence de tests, ces morts sont seulement des "suspicions" de Covid-109, souligne Jacques Battistoni. "C'est pour ça que ces chiffres devront être vérifiés, corroborés par les évaluations fines qui seront faites quand on pourra comparer la mortalité en ville entre 2020 et 2019, l'année de référence, l'année dernière". C’est aussi l’absence de tests qui explique que ces morts ne sont pas pris en compte dans le bilan officiel délivré chaque jour, car aucun lien formel ne peut être établi entre le décès et le Covid-19.

Surmortalité

Les décès à domicile ne sont pas dissimulés, mais ne sont simplement "pas mesurés", insiste Jacques Battistoni. "Il faudrait demander à chaque médecin généraliste de faire un recueil et de le renvoyer au ministère de la Santé. Cela n'a pas été organisé", a-t-il expliqué sur franceinfo.

Lire aussi

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

Des pays sont-ils aujourd'hui confrontés à une deuxième vague de l'épidémie ?La progression du Covid-19 dans le monde

A défaut d’un décompte précis, il faut se contenter pour l’instant des données de l’Insee, qui mettent clairement en lumière une surmortalité : Le nombre de décès toutes causes confondues enregistrés en France entre le 1er mars et le 13 avril a augmenté de 25 % par rapport à la même période l'an dernier.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent