Coronavirus : que sait-on sur le 2e avion de rapatriés qui a atterri ce dimanche ?

Coronavirus : que sait-on sur le 2e avion de rapatriés qui a atterri ce dimanche ?
Santé

Toute L'info sur

Coronavirus : l'épidémie meurtrière qui inquiète la planète

SANTÉ - Le deuxième avion affrété par le gouvernement français ramenant 250 personnes, des Français et près de 180 étrangers dont des Britanniques ou des Portugais, a atterri dimanche vers 14h30 sur la base militaire d'Istres (Bouches-du-Rhône). Parmi eux, 36 "présentent des symptômes" du coronavirus, selon le ministère de la Santé.

Français, Portugais, Grecs mais encore Belges, Néerlandais ou Suédois... "Des personnes de trente nationalités" étaient présentes à bord du deuxième avion ramenant des expatriés de Wuhan, épicentre de l'épidémie de nouveau coronavirus en Chine, a indiqué Jean-Yves Le Drian, ministre des Affaires étrangères, ce dimanche 2 février sur LCI. L'appareil a atterri dans l'après-midi, aux alentours de 14h30, sur la base militaire d'Istres, près de Marseille. 

Voir aussi

180 étrangers rapatriés

A bord de l'avion, plus de 250 personnes, dont seuls 64 Français. Parmi les 180 rapatriés de nationalités étrangères, la France a embarqué des expatriés venant de 29 pays différents parmi lesquels deux tiers d’Européens (18 Portugais, 2 Grecs, 3 Italiens, 9 Belges, 11 Danois, 23 Néerlandais, 5 Tchèques, 2 Slovaques). Il y a aussi, selon nos informations, 9 Britanniques mais également des ressortissants mexicains, suisses ou rwandais.

La majorité des passagers ne présentaient aucun symptômes et a donc été accueillie dans deux lieux différents où ils resteront en confinement pendant 14 jours. Une partie à l'Ensosp (Ecole nationale supérieurs des officiers de sapeurs-pompiers), un centre proposant plus de 500 studios sur la commune d'Aix-en-Provence, où ils seront placés en confinement pour 14 jours. Ce site est situé dans une zone rurale, à près de dix kilomètres du centre-ville d'Aix-en-Provence. Une autre partie des personnes accueillies en France - les familles - rejoindra quant à elle les premiers rapatriés dans un centre de vacances de la station balnéaire de Carry-le-Rouet, où ils sont confinés depuis vendredi. Dans ce centre de vacances, a indiqué dimanche le secrétaire d'Etat Adrien Taquet, tous les tests effectués sont négatifs au coronavirus.

En vidéo

Coronavirus : "Tous les premiers tests sont négatifs", assure Adrien Taquet

20 personnes "présentent des symptômes"

Une troisième partie était cependant toujours sur le tarmac d'Istres ce dimanche soir. Lors du point presse quotidien, Agnès Buzyn a ainsi annoncé que parmi les passagers, 36 présentaient "des symptômes à leur arrivée". La ministre de la Santé a précisé qu'une vingtaine d'entre eux, les seize autres étant partis dans leur pays d'origine, resteraient sur le sol français et seront "mis en quarantaine". Soumis à un test médical, ils sont en attente des "résultats de ces analyses". En fonction, ils seront ensuite soit hospitalisés au CHU de la Timone, soit orientés vers l'un des deux centres de confinement ouverts dans les Bouches-du-Rhône.

En vidéo

Coronavirus : une vingtaine de rapatriés présentent des "symptômes"

Sur LCI ce dimanche Jean-Yves Le Drian précise par ailleurs que "tous les Français qui ont demandé à être rapatriés l'ont été". 

Lire aussi

Deuxième escale en Belgique

Une autre partie des rapatriés de dimanche ne débarquera toutefois pas à Istres, mais en Belgique, selon une source diplomatique à Bruxelles citée par l'AFP, un appareil emmènera ensuite vers l'aéroport militaire de Melsbroek des ressortissants belges et d'autres nationalités. D'après l'agence Belga, 9 Belges, 11 Danois, 23 Néerlandais, 5 Tchèques et 2 Slovaques seront débarqués à Melsbroek. Ces derniers seront alors pris en charge par les autorités diplomatiques de leurs pays, ajoute l'agence.

Lire aussi

Un nombre croissant de pays a décidé de fermer leurs frontières avec la Chine, alors que l'épidémie a déjà fait 305 morts, dont un premier décès enregistré hors de Chine ce dimanche, dans les Philippines. Samedi, l'Allemagne a, elle aussi, organisé le retour par avion, de ses compatriotes.  Ces 126 personnes devront, comme en France, observer une période de quarantaine "pouvant aller jusqu'à deux semaines". Ils sont confinés dans les installations d'une base de l'armée de l'air à Germersheim, en Rhénanie-Palatinat. Huit cas positifs au coronavirus ont été constatés jusqu'à présent en outre-Rhin.

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent