L'âge moyen des victimes du Covid-19 est-il de 81 ans ?

Les patients de moins de 50 ans représentent moins de 2% des victimes de l'épidémie.
Santé

DONNÉES MÉCONNUES – Si les autorités sanitaires font des points réguliers sur les décès liés au Covid-19, le profil des victimes n'est pas forcément décrit en détails. L'âge moyen et médian des victimes est en effet peu relayé, et s'établit aujourd'hui à plus de 80 ans.

Ces derniers jours, le maire de la commune varoise de Cogolin a partagé sur Twitter deux chiffres à ses abonnés, des données dit-il, que "personne ne diffuse". Marc-Étienne Lansad, ex-FN et sans étiquette depuis 2017 a ainsi évoqué l'âge moyen et médian des victimes du Covid-19, qui serait respectivement de 81 et 84 ans. 

Ces éléments sont en effet assez peu commentés. Les bulletins hebdomadaires de Santé Publique France et des autorités de santé portant davantage sur le nombre de nouveaux cas, d'hospitalisations, ou sur l'évolution de l'épidémie à travers le territoire via une série de cartes détaillées. Si l'on sait que le virus se montre particulièrement virulent chez les seniors et que les plus jeunes présentent dans leur immense majorité des symptômes bénins, les données relatives à l'âge ne sont guère mises en avant. 

Des chiffres exacts, mais incomplets

Pour en savoir plus, LCI a sollicité Santé Publique France (SPF), en charge du suivi épidémiologique et qui compile les données relatives au Covid-19. L'agence souligne qu'à partir "des données de la certification électronique des décès, l’âge moyen des personnes décédées dont les certificats contiennent une mention d’infection à la COVID-19 est bien de 81 ans". L'âge médian, lui, divise les victimes en deux groupes numériquement égaux, une moitié étant plus jeune et l'autre plus âgée. Là encore, les 84 ans avancés sont exacts. 

On observe donc que le Covid-19 tue en grande majorité des personnes très âgées, une victime sur deux ayant plus de 84 ans. Pour visualiser plus précisément la répartition par âge de la mortalité, il est possible de s'appuyer sur des données de Santé Publique France compilées par l'Institut national d'études démographiques. Les chiffres, arrêtés au 26 juillet, mettent en évidence le fait que les personnes de moins de 50 ans sont dans leur immense majorité (plus de 98%) épargnées.

Il faut néanmoins souligner que les éléments dont nous disposons aujourd'hui demeurent incomplets. "La certification électronique des décès ne permet pas une vision exhaustive de la mortalité", explique SPF, en raison du fait que "les certificats de décès papier sont encore en cours de récupération et traitement par l’Inserm-CépiDc". Dès lors, il est difficile de parler de données définitives et exhaustives. "L’analyse de l’âge moyen/médian de l’ensemble des décès associés directement au COVID-19 n’est donc pas calculable actuellement", conclut l'agence de santé. 

En résumé, s'il est encore trop tôt pour parvenir à déterminer avec exactitude l'âge moyen et médian des victimes de l'épidémie, nous disposons malgré tout de données solides qui nous donnent un aperçu de la situation. Des chiffres qui mettent en lumières une mortalité importante chez les 80 ans et plus, avec un âge moyen de 81 ans pour les décès et un âge médian de 84 ans.

Toute l'info sur

L'info passée au crible

Vous souhaitez réagir à cet article, nous poser des questions ou nous soumettre une information qui ne vous paraît pas fiable ? N'hésitez pas à nous écrire à l'adresse lesverificateurs@tf1.fr

Sur le même sujet

Et aussi

Lire et commenter

Alertes

Recevez les alertes infos pour les sujets qui vous intéressent