Hôpitaux franciliens saturés : le Pr Juvin appelle à créer "un pont aérien et ferroviaire"

Hôpitaux franciliens saturés : le Pr Juvin appelle à créer "un pont aérien et ferroviaire"

URGENCE - Les appels aux transferts de patients vers d'autres régions pour soulager les hôpitaux d'Ile-de-France qui arrivent à saturation se multiplient. Sur TF1, le professeur Philippe Juvin demande l'organisation d'un "pont aérien et ferroviaire" à travers l'Europe.

Le pic épidémique n'est pas encore atteint, mais les hôpitaux de la région parisienne sont sur le point d'être saturés. Alors ce vendredi, plusieurs médecins ont pris la parole pour demander le transfert de patients vers d'autres régions, comme cela a déjà été organisé ces derniers jours pour les hôpitaux de l'Est de la France, voire d'autres pays d'Europe.  

Ainsi, le directeur médical de crise de l'AP-HP Bruno Riou a déclaré ce matin sur France inter : "On pousse les murs partout pour accueillir le plus possible ces patients en réanimation, (mais) on n'est pas encore au plateau de la courbe de l'épidémie, il va falloir trouver des solutions." "Aujourd’hui (...) il faut aussi qu'on commence à transférer des patients dans des régions qui sont le moins touchées et qui ont des disponibilités en lits de réanimation", a-t-il poursuivi. 

Toute l'info sur

Coronavirus : la pandémie qui bouleverse la planète

A quel stade en est l'épidémie, département par département ?

Lire aussi

Le professeur Riou estime que ces transferts doivent être organisés au niveau national. "Il doit y avoir une définition des priorités. Jusqu'à présent la priorité c'était l'Est mais cette priorité va très vite être celle aussi de l'Ile-de-France et il faut qu'on commence déjà à envisager ce genre de chose", estime-t-il. 

Le but c'est de retrouver de la disponibilité pour les malades de demain ou d'après-demain- Pr Bruno Riou, directeur médical de crise de l'AP-HP

Bruno Riou a précisé que tous les hôpitaux de l'AP-HP n'étaient pas encore saturés, mais qu'ils ne devaient pas l'être, pour continuer d'être en capacité de recevoir de nouveaux malades. "Le but c'est de retrouver de la disponibilité pour les malades de demain ou d'après-demain". Il a en revanche confirmé que certains hôpitaux de la région avaient déjà atteint ce seuil critique, et qu'aucun lit de réanimation n'était disponible en Seine-Saint-Denis. C'est notamment pour cela que selon lui il "faut raisonner au niveau d'une région, et sur l'Ile-de-France aujourd'hui on n'est pas en manque de lits". 

"Juste à côté il y a d'autres lits de réanimation disponibles", a-t-il souligné, relevant une inadéquation entre la population du département dionysien et les infrastructures médicales disponibles.

"Il faut contacter toutes les capitales européennes"

Sur TF1, le professeur Philippe Juvin, chef des urgences de l'hôpital Pompidou, a appelé à aller plus loin, et à organiser le transfert de patients à travers l'Europe. "Il faut que nous envoyions des patients partout en Europe. (...) L’Union européenne elle doit servir à ça. Il faut organiser un pont aérien, il faut organiser un pont ferroviaire. Il faut contacter toutes les capitales européennes, il faut leur demander leur capacité d’accueillir nos patients. Si nous ne faisons pas ça, nous ne pourrons plus, en Ile-de-France, accueillir tous nos patients." 

Le médecin a insisté sur l'urgence de la situation. "Il faut prendre de grandes décisions. Il faut les prendre rapidement, c’est-à-dire dès aujourd’hui, au plus tard demain."

Sur le même sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la situation continue de s'améliorer à l'hôpital

Patrimoine, assurance-chômage... Les annonces d'Emmanuel Macron pour les travailleurs indépendants

Covid-19 : bientôt un allègement des restrictions en France ?

Prêt immobilier : faut-il se dépêcher d’acheter ?

Une Britannique déchue de sa nationalité qui avait rejoint l'EI en Syrie supplie le Royaume-Uni de la laisser rentrer

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI défend l'ambition d'une information gratuite, vérifiée et accessible à tous grace aux revenus de la publicité .

Pour nous aider à maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.